1001 classiques

01 février 2023

Intraitable de Choi Kyu Sok tome 2 : ISSN 2607-0006

intraitableintraitable-tome-2-format-broche-2294344482_L

Que devient Lee Su-In dans ce deuxième tome d'Intraitable de Choi Kyu-Sok ? Dans la multinationale Les fourmis, un des employés Jun Cheol Hwang est accusé de corruption : il a accepté de l'argent d'une boîte concurrente pour payer le taxi et il est allé dans un bar avec des hôtesses... Cette mise à pied fait clairement partie du dégraissage des petits salariés...

Comment vont réagir ses collègues et Lee Su-In ? Aussitôt, il décide d'élire des délégués et d'organiser le syndicat, ce qui ne va pas se faire facilement. En effet, les employés sont tous effrayés par leur situation précaire et redoutent d'être traités de la même manière que Jun Cheol Hwang.

Pourtant, Ju Gang Min, un jeune homme charismatique vient au secours du sévère et courageux Lee Su-in. Peu à peu, les travailleurs se révoltent face à leurs conditions de travail...

Dans ce deuxième tome, on voit les progrès de Go Shin, Lee Su In et Ju Gang Min pour aider les salariés précaires de l'entreprise. On perçoit aussi les différences entre les méthodes françaises du patron Gaston et celles de la société coréenne. Un bras de fer s'engage mais les syndiqués s'unissent et font face devant tant d'injustices.

Si l'on découvre les manigances des cadres, on en apprend un peu plus sur Go Shin, qui a été torturé après un voyage en Corée du Nord et qui en a gardé des séquelles. Quant à Lee Su In, les retours en arrière nous font comprendre son caractère : sous ses aspects froids, il aide toujours ses collègues...  On s'attache à tous ces personnages dont on a envie de découvrir le sort ! A suivre !

Choi Kyu Sok, Intraitable, tome 2, éditions rue de l'échiquier

Autre manga de la série : Intraitable tome 1

Posté par maggie 76 à 23:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]


C'est le premier, je balance tout (janvier 2023) : ISSN 2607-0006

128622564

logo d'allez-vous faire lire

1) LES FILMS

The pale blue eye de Scott Cooper (lien IG)

Jung e de Yeong Sang-Ho

L'école du bout du monde de Pawo Choying Dorji

Seules les bêtes de Dominik Moll (lien IG)

 

2) LES LECTURES DU MOIS

Je voudrais signaler deux challenges auxquels je me suis inscrite : les étapes indiennes qui reviennent toujours organisées par Blandine et par Hilde et le challenge coréen organisé par Celine ici. Voici les logos :

132422653Capture d’écran 2023-02-01 221526

Ce mois-ci, j'ai lu un album pour les étapes indiennes, La tresse de Laëtitia Colombani illustrée par Clémence Pollet (en cliquant sur les couvertures, vous pouvez lire les posts) mais aussi Le bois dormait de Rebecca Dautremer.

intraitableJ'ai lu plusieurs mangas : Moon light act de Fujita, Frieren de Yamada (tome 2), Intraitable de Choi Kyu Sok et Les carnets de l'apothicaire (tome 10) de Nanao.

J'ai découvert deux bédéistes : L'odyssée d'Hakim de Fabien Toulmé et Le journal inquiet d'Istambul d'Ersin Karabulut.

J'ai repris avec rAchel, Claudia, Pativore, les LC balzaciennes (Les secrets de la princesse Cardignan de Balzac ci-dessous 3 logos qu'on a créés avec Rachel et que vous pouvez utiliser) et les LC coréenne avec Rachel (Monsieur Han de Hwang Sok Yong)

logo balzac jaunelogo balzac roselogo balzac

9782246816300-001-Tles_carnets_de_lapothicaire_tome_10-5043595-264-432M0B09NCM8ZT1-large

moonlight-act-29-kaze81C8OlyP3qL9782205085761-couv

132509352monsieurhanplat1-hd-570-375x570M02070372502-large

3) LES ACHATS

Capture d’écran 2023-02-01 222433J'ai acheté Fuir et revenir de Parajuly pour participer à une LC des étapes indiennes de Blandine et de Hilde en février et la colère des aubergines de Bulbul Sharma.

Pour une LC avec Claudia (et peut-être Rachel et Pativore) j'ai acheté La recherche de l'absolu (LC balzacienne pour 19 février).

Pour une LC coréenne en avril avec Rachel, j'ai acheté Le vieux jardin de Hwang.

Autre LC prévues :

gettyimages-902452584-612x612En février, j'attends les dates de publication du Lecteur de cadavre avec A girl et Rachel.

Je rappelle aussi une LC coréenne en mars avec Rachel : Les carnets d'enquêtes d'un beau gosse nécromant.

 Bonne lecture à tous !

 

41np8ku6-uL

La-Recherche-de-l-absolu-La-Mee-de-l-athee

Le vieux jardin

 

Posté par maggie 76 à 22:55 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Le bois dormait de Rebecca dautremer : ISSN 2607-0006

81C8OlyP3qL

©Rebecca Dautremer, LE bois dormait

Ouvrons l'immense album (30 x40 cm)Le bois dormait de Rebecca Dautremer. L'illustratrice nous a laissé un mot : "Toi qui tiens ce livre entre les main, je te remercie de prendre le temps de tourner les pages. Je l'ai écrit et je l'ai illustré avec beaucoup d'attention et de plaisir.

Regarde là. Juste là, sur la page d'à côté, ces deux bonhommes qui discutent. Il me semble qu'ils vont partir en ballade. Tu peux les suivre discrètement, peut-être ? Ecoute-les. Ils vont parler d'une histoire qui te rappellera quelque chose, je crois".

J'ai donc regardé ces magnifiques illustrations où animaux, personnages dorment sereinement... Effectivement, si on regarde bien, deux bonhommes discutent à côté de chaque illustration, sur la page de gauche. Que racontent-il ?  Ils commentent chaque chose qu'ils voient. Sont-ils morts ces endormis ? Qui pourrait réveiller des voyageurs dans une gare, ces balayeurs, ces boxeurs, ces spectateurs, ces papillons...?

Avec humour et beauté, Rebecca Dautremer revisite un conte pour notre plus grand plaisir !

Rebecca Dautremer, Le bois dormait, Editions Sarbacane, 2016, 64 pages,

index

©Rebecca Dautremer, LE bois dormait 

Posté par maggie 76 à 22:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]

L'école du bout du monde de Pawo Choying Dorji : ISSN 2607-0006

Film bhoutanais, L'école du bout du monde est un superbe film de Pawo Choying Dorji.

Ugyen Dorji est instituteur au Bhoutan mais son rêve est d'aller en Autralie pour devenir chanteur. Malheureusement, il doit 5 années à l'Etat et pour effectuer sa dernière année, il est envoyé à Lunana, le village le plus reculé du pays, voire du monde ! Quel périple ! Il doit pendant 6 jours grimper des montages jusqu'à plus de 4000 mètres d'altitude pour atteindre ce petit village. Son voyage à pieds commence à peine qu'il méprise les chants des gardiens de yack venus l'accueillir et qu'il refuse de se plier aux traditions des habitants de Lunana.

Pourtant ces derniers, bien que démunis, tentent de lui apporter tout le confort qu'ils peuvent lui donner car le maître est vénéré pour le savoir qu'il peut leur apporter. Alors que le premier jour de classe, Ugyen ne se réveille même pas et ne cesse de se plaindre du froid, il finit par s'investir dans son métier et s'attacher aux 56 habitants de Lunana si hospitaliers et si désarmants. Si la vie est rude, les habitants ne sappitoient pas sur leur sort.

Des plans larges mettent en valeur des paysages spectaculaires et ce petit village niché au milieu de ces pics enneigés, complètement coupé de la modernité. En filmant le quotidien de l'instituteur, le réalisateur montre les coutumes des bhoutanais, notamment leur rapport à la nature, leur chant et leurs activités. Un film plein d'humanité et de beauté, une vision du Bhoutan à découvrir !

Capture d’écran 2023-01-07 120044Pawo Choying Dorji, L'école du bout du monde, 2019, 109 min.

Participation au challenge les étapes indiennes organisées par hildelle et blandine

Lecole-au-Bout-du-Monde-affiche

LEcole-du-bout-du-monde-Banniere-01-e1651497002463

Posté par maggie 76 à 21:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 janvier 2023

Journal inquiet d'Istanbul d'Ersin Karabulut : ISSN 2607-0006

9782205085761-couv

#JeNeSeraiPasIngenieur

Le journal inquiet d'Istanbul est l'autobiographie en image d'Ersin Karabulut, qui a reçu le prix de la BD Fnac France Inter. Ce dernier raconte son parcours qui l'a amené à devenir un bédéiste turc très connu en étant publié dans le Penguen, un journal satirique. Enfant, il restaurait les bd abîmées qu'il trouvait et s'est farouchement opposé à la volonté de ses parents qui le poussait à faire des études. A chaque étape importante de sa vie, les héros de ses bd l'ont accompagné.

Finalement, il entre dans une université pour étudier le graphisme mais ses parents sont inquiets : Erdogan intente un procès à un journal satirique pour l'avoir représenté sous les traits d'un animal... Ersin prend-il des risques en continuant à dessiner pour Penguen. ?

En effet, ce journal qui a été d'abord publié sous la forme d'une autobiographie feuilletonnesque et intitulé du "Fond du coeur", a failli être interrompu à cause des incessantes disputes entre Ersin et son père. A un moment où Erdogan est populaire, n'est-il pas dangereux de s'opposer à son régime, surtout qu'Ersin est inquiété par des hommes barbus ? Au-delà de la vie d'un citoyen et d'un artiste d'Istanbul, se déploie toute une fresque politique des années 1980 à 2000.

Pourquoi continue-t-il ce métier ? "Erdogan peut perdre ce procès aujourd'hui. Mais il en intentera d'autres. Et ses successeurs feront pareil. Il nous appartient, à nous, de lutter contre ces gens.Voilà pourquoi nous dessinons. Pas pour épater les filles...", explique un des collègues d'Ersin. Maintenant, nous attendons la suite des aventures de ce caricaturiste ! Coup de coeur ♥♥ !

Karabulut Ersin, Journal inquiet d'Istanbul, Dargaud, 149 p.

p89-7a85c

Posté par maggie 76 à 12:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Monsieur Han de Hwang Sok-Yeong : ISSN 2607-0006

monsieurhanplat1-hd-570-375x570

Qui est Kwang sok-yeong ? «Né en 1943 en Mandchourie, où sa famille s’était réfugiée pour fuir les Japonais, Hwang Sok-yong se retrouve quelques années plus tard à Pyongyang, la cité rouge repeinte aux couleurs soviétiques, puis à Séoul, où il est surpris par la guerre de Corée. Avant de partir combattre au Vietnam, de rentrer au pays, et de se lancer dans d’autres luttes, au nom de la démocratie. De 1993 à 1998, il est expédié en prison pour avoir osé se rendre à Pyongyang, afin de soutenir les artistes du Nord. Lorsque j’étais en détention, raconte-t-il, on n’avait pas le droit d’avoir un stylo bille. On m’a mis au cachot pendant deux mois pour avoir gardé secrètement un stylo. Je me suis battu énergiquement. J’ai fait dix-huit fois la grève de la faim. Certaines ont duré jusqu’à vingt jours. Hwang Sok-yong est un écrivain du défi. Un idéaliste dans un monde privé d’idéal. » André clavel site des éditions Zulma).

 Monsieur Han débute avec la description d'un vieillard qui arrive dans un immeuble : il est vieux et pauvre. Ses voisins ne l'apprécient guère car il est associal. Ce dernier trouve un emploi dans une morgue mais il tombe rapidement malade. Ses voisins voulant mettre la main sur la chambre qu'il a acquise décide de s'occuper de lui. A sa mort viennent trois personnes. Qui est monsieur Han ?

Débute alors un long retour en arrière où toute la vie de Monsieur Han est évoquée : médecin ayant quitté la Corée du Nord lors de la guerre civile, il s'est retrouvé séparé de sa famille. Non seulement son origine en fait un suspect idéal dans toutes les situations mais en plus, il est naïf et borné, se faisant ainsi berner par tout son entourage.

Dans l'introduction, on apprend que Monsieur Han est qualifié de "chronique" car les faits racontés sont authentiques : elle montre les ravages de la guerre de Corée, à une époque où tout le monde est suspect d'espionnage. Les malheurs et l'injustice frappent encore plus durement les gens démunis. Mais comme dans Au soleil couchant, l'auteur sait écrire sur la misère et les injustices sans pathos. L'écriture reste toujours sobre, sans effusion, même pour dire les pires horreurs de la guerre civile...

La soeur de monsieur Han, une veuve qui élève seule ses enfants, est particulièrement touchante et courageuse. Seule face à l'adversité, elle tente de sauver son frère de la torture. Contrairement à son frère, elle n'est pas naïve et même si elle n'arrive pas à ses fins, elle ne baisse jamais les bras:  "elle se souvint de la maxime qui dit que volonté de femme en colère peut faire geler en plein mois de juin"(p. 123). Un beau portrait de femme !

Comme dans les romans japonais d'Aki Shimazaki, c'est à travers la destinée d'un personnage que l'histoire d'un pays se dévoile. Un livre à connaître !

gettyimages-902452584-612x612Kwang Sok-Yong, Monsieur Han, Editions Zulma, France octobre 2010, 151 p.

Lecture commune avec Rachel et Pativore

J'ai créé un logo, si vous souhaitez le rajouter aux lectures sur Hwang.

autres romans de l'auteur : Princesse Bari, Au soleil couchant

Posté par maggie 76 à 12:13 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

Intraitable de Choi Kyu Sok : ISSN 2607-0006

intraitable

Intraitable Choi Kyu Sok décrit le monde du travail lors de la crise financière des années 2000. Soo in, un jeune manager dans un magasin de grande distribution française Fourmi, doit "dégraisser le personnel de vente. Par n'importe quel moyen !". Idéaliste et épris de justice, va-t-il obéir aux ordres ? Peu à peu les conditions de travail de tous, y compris Soo in vont se durcir : " Les cadres prenaient peu à peu goût à la violence gratuite. Convaincus de leur impunité, ils me toisaient avec un mélange de mépris et d'hostilité. Il me faisait comprendre que j'étais un indésirable. C'était difficile pour les nerfs. Le rouleau compresseur était en marche. Même les plus aguerris n'y résistaient pas. Les meilleurs soldats se transformaient en bleus de deuxième classe".

Pauvre Soo In ! Harcelé par sa direction, détesté par ses employés, pourra-t-il continuer de rechercher un monde du travail plus équitable et plus juste ?

intraitable_1-01Parallèlement à l'histoire de Soo In, dont on découvre l'enfance et le passé dans l'armée, plusieurs affaires de licenciements abusifs, de problèmes avec le patronat entrecoupent l'histoire principale : derrière toutes ces affaires, un homme Gu Go Shin défend ces salariés exploités par le patronat... Lorsque ces deux hommes se rencontrent, vont-ils lutter ensemble ?

Intraitable est la description sans concession du monde des multinationales mais aussi de la société coréenne... A suivre...

Lu par blandine

Intraitable, Choi Kyu Sok, tome 1, Rue de l'échiquier, 245 p.

 

Posté par maggie 76 à 12:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

L'odyssée d'Hakim de Fabien Toulmé: ISSN 2607-0006

L-Odyee-d-Hakim

Qui est Hakim ? Quel est son parcours ? Dans L'Odyssée d'Hakim, de la Syrie à la Turquie, un bédéiste Fabien Toulmé se rend compte que l'immigration touche bien moins les Français que les événements concernant les pays proches. Lorsqu'il prend contact avec Hakim, il est loin d'imaginer le périple vécu par le jeune homme.

images©Fabien Toulmé, Delcourt, édition 2018.

Ce jeune Syrien est parti après les émeutes du printemps arabe et des répressions du régime de Bachar Al-Assad. Battu et emprissonné pendant 3 mois pour avoir aidé des manifestants blessés, ce jeune pépiniériste qui a monté sa propre entreprise florissante de surcroît, décide de quitter son pays lorsque son quartier est bombardé. D'abord parti pour le Liban, il rejoindra la Turquie pour trouver du travail... Mais l'odyssée du jeune Hakim continue alors que ses économies fondent...

Des schémas et des cartes présentent les enjeux de la guerre civile, les différentes ethnies peuplant la Syrie. Outre, la géographie et la politique, on nous présente aussi les moeurs des Syriens. Mais c'est surtout une destinée, qui est aussi celle d'autres migrants syriens que nous dépeint le bédéiste. Sans pathos, on comprend tout de même facilement la situation difficile de ces réfugiés et la nostalgie qui les habite. Que va-t-il arriver à Hakim dans les deux tomes suivants racontant un véritable et touchant témoignage ?

L'odyssée d'Hakim, Fabien Toulmé, tome 1, Delcourt.

49509538-785633591796251-6872289479982317568-n

©Fabien Toulmé, Delcourt, édition 2018.

Posté par maggie 76 à 12:12 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Les secrets de la princesse de Cardignan de Balzac : ISSN 2607-0006

M02070372502-large

"Les secrets de la princesse de Cardignan" fait partie de La comédie humaine de Balzac qui n'a jamais aussi bien porté son nom. La princesse de ce récit s'est retiré du monde, après une vie tumultueuse peuplé d'amants et d'amoureux ruinés, mais elle avoue à Mme D'Espard un incroyable secret : "Je suis poursuivie dans ma retraite par un regret affreux : je me suis amusée mais je n'ai jamais aimé". Elle repense soudainement à un ancien admirateur, mort en sauvant son mari, ami de D'Artez, le penseur et l'écrivain déjà présent dans Illusions perdues ou le Le Père Goriot.

Madame D'Espard décide d'organiser une rencontre entre ces deux personnes qui n'ont jamais aimé réellement quelqu"un. Commence alors une incroyable comédie jouée par la princesse, née duchesse de Maufrigneuse,  qui ment pour mieux séduire D'Artez. Sera-t-il dupe de sa comédie ?

Outre la peintures de amours et des moeurs aristocratiques après la Révolution de Juillet (1848), la nouvelle est surtout suprenante par la manière dont la princesse de Cardignan devient une figure de romancière. Elle invente et fait passer pour vrai ce qui est faux : mais n'est-ce pas la mission de ces auteurs réalistes ? Voici ce que dit le narrateur : " La perspiscacité rétrospective de cet homme si naturel et si profond fut mise en défaut par le naturel de ce roman, par sa profondeur, par l'accent de la princesse" !

De ces bavardages mondains naîtront un dénouement inattendu et une nouvelle balzacienne pleine de vivacité !

logo balzac roseLC avec Rachel, Pativore et Claudia

Prochaine LC : La recherche de l'absolu le 19 mars.

La comédie humaine (catalogue et organisation établis par Balzac):

biographie de Balzac : Honoré et moi, Titiou Lecoq

 Scène de la vie privée : La maison du chat-qui-pelote,"Le bal de Sceaux", La bourse, Un début dans la vie, La vendetta, Une double famille, La fausse maîtresse, "La femme abandonnée", Gobseck, Le père Goriot, Le colonel Chabert

Scène de la vie de province : Ursule Mirouet, Eugénie Grandet, " Pierrette", Le curé de Tours, La vieille fille, Le cabinet des antiques,

Scène de la vie parisienne : Ferragus, La duchesse de Langeais, La fille aux yeux d'or, La maison Nucingen,Fascino cane, "Pierre Grassou", La cousine Bette,

scène de la vie politique :

scène de la vie militaire :

Scène de la vie de campagne : Le lys dans la vallée,

Etude philosophique : La peau de Chagrin, Jésus-Christ en FlandreMelmoth réconcilié, Le chef d'oeuvre inconnu, "Adieu",Un drame au bord de la mer, Maître Cornélius, L'auberge rouge, L'élixir de longue vie, Louis Lambert, Les proscrits,

Posté par maggie 76 à 12:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]

La tresse de Laëtitia Colombani : ISSN 2607-0006

9782246816300-001-T

Quel est le sort réservé aux femmes de basses castes en Inde ? Les parents de Lalita sont des intouchables et sont obligés de faire des métiers jugés vils. Lorsqu'ils décident de mettre Lalita à l'école, elle est maltraitée par le maître. Sa mère décide de quitter le village malgré les dangers d'un voyage long et dangereux...

Dans des couleurs éclatantes Clémence Pollet illustre l'adaptation du roman de L. Colombani, La tresse. Elle illustre ce voyage où la petite fille découvre avec émerveillement un nouveau monde, loin de celui qu'elle a connu.

"Comme chaque matin, Smita démêle les cheveux de sa fille Lalita. Elle ne les a jamais coupés, en Inde les femmes gardent longtemps leurs cheveux de naissance, parfois toute leur vie. Elle divise la chevelure en trois mèches, qu'elle entrelace pour faire une tresse" : cette chevelure, Lalita va la sacrifier pour un avenir meilleur.

Cet album montre le combat d'une famille pour regagner leur dignité et offrir une meilleure vie à leur fille. Récit factuel, ce texte est rendu abordable pour un jeune public et fait connaître le sort de certaines femmes en Inde. Pour de petits lecteurs curieux, l'album permet d'entrevoir, de manière sobre, la condition féminine indienne...

Colombani Laëtitia et Clémence Pollet, La tresse, ou le voyage de Lalita, grasset jeunesse, Espagne, novembre 2018.

IWD6fxsvHCEk6IEk5P6EkeMX4-w

La tresse illustrée par Clémence Pollet

Posté par maggie 76 à 12:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]