product_9782070380527_195x320

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-classique/La-Maison-Nucingen-precede-de-Melmoth-reconcilie

Etiqueté comme un auteur "réaliste", on peut s'étonner de voir tout un pan de La comédie humaine confiner au fantastique. C'est le cas de Melmoth réconcilié dont le titre vous évoque certainement un roman noir irlandais de Maturin, dont le succès fut immédiat à l'époque, à tel point qu'il fut traduit en français en 1828, l'année de sa parution. Alors que Maturin développe l'histoire du pacte avec le diable, l'auteur de La comédie humaine balzacianise son héros réaliste.

Après avoir décortiqué l'aristocratie dans Le cabinet des antiques, les pères dans Le père Goriot ou les usuriers dans Gobsek, Balzac décrit en naturaliste les caissiers de Paris. Voici les premières lignes : " Il est une nature d'hommes que la Civilisation dans le Règne Social, comme les fleuristes dans le Règne végétal par l'éducation de la serrre, une espèce hybride qu'ils ne peuvent reproduire ni par semis, ni par bouture" (p. 67). "L'observation préparatoire" mise en place, Balzac introduit son deuxième thème de prédilection : "le principe d'honneur" est remplacé par "le principe Argent" (p. 70). Nous voici donc en présence de Castanier, le caissier de Nucingen, qui s'endette pour contenter une prostituée, Aquilina. Au moment où il projette une rocambolesque fuite en Italie, il rencontre Melmoth. Ce dernier lui propose un pacte faustien : "si le démon te demandait ton âme, ne la donnerais-tu pas en échange d'une puissance égale à celle de Dieu ?" (p. 97).

Castanier tout en côtoyant Rastignac, Nucingen, personnages récurrents de La comédie humaine, devient extrêmement puissant. Mais ce pouvoir le rend-il heureux ? Tout en employant les ressorts du fantastique,  Balzac est éminemment de son temps et introduit son caissier dans le monde de la bourse, tout en le montrant assister à une pièce au Gymnase, dans une mise en abyme. Après Don Juan, dans L'exilir de longue vie, l'auteur du Colonel Chabert, s'empare du mythe faustien pour dépeindre son époque. Que devient le pacte faustien sous la seconde Restauration ? le mythe déchoit dans les spéculations financières : ne dit-on pas de Castanier qu'il "alla joyeux à la Bourse, en pensant qu'il pourrait trafiquer d'une âme comme on y commerce des fonds publics" ?

Le mystère entourant l'omnipotence de Melmoth, puis de Castanier, nous attache à leurs pas, vers la chute de la nouvelle. Ce bref récit, s'appuyant sur deux scandales réels, permet à Balzac d'emblématiser son époque par le thème de l'argent. Encore une petite nouvelle balzacienne, qui prend place dans les études philosophiques, à découvrir !

Balzac, La maison Nucingen, précédé de Melmoth réconcilié, Folio, Saint-Amand, 1989.

LC avec Cléanthe et Miriam. La prochaine LC : La maison Nucingen est programmé pour le 22 juin.

La comédie humaine :

1. Scène de la vie de province : Eugénie Grandet, Le cabinet des antiques

2. Scène de la vie parisienne : "Pierre Grassou", La fille aux yeux d'or, La duchesse de Langeais

3. Etude philosophique : "Melmoth réconcilié", La peau de chagrin, L'auberge rouge, L'Elixir de longue vie

4. Scène de la vie privée :"Le bal de Sceaux",  Mémoires de deux jeunes mariées, Le père Goriot, La bourse, Le colonel Chabert, Gobseck

5. Scène de la vie de campagne : Le lys dans la vallée.