Les-delices-de-Tokyo

Vous avez déjà vu le délicieux film réalisé par Kawase ? Qu'à cela ne tienne ! Il faut absolument lire ce petit roman développant toute une philosophie de la vie, celle de l'accomplissement de soi, tout étant utile à la société.

Trois personnages sont au coeur de ce roman : Sentarô, ancien tolard, fabrique des dorayakis pour rembourser une dette bêtement contractée. Il a perdu sa mère et ne voit plus son père. Les jours passent de manière monotone, surtout qu'il n'aime pas son travail et rêvait de devenir écrivain, quand paraît une vieille femme aux mains déformées, Tokue. Agée de plus de 70 ans, elle voudrait être employée dans la pâtisserie de Sentarô. Ce dernier refuse à plusieurs reprises jusqu'au moment où elle lui fait goûter sa pâte de haricots rouges. Il finit par l'embaucher et cette dernière noue des liens avec la clientèle, notamment avec des jeunes lycéennes. L'une d'elle, Wakana, est particulièrement malheureuse, entre une mère absente et le manque d'argent...

Entre ces trois personnages vont se nouer une relation particulière. Alors que Sentarô et Kawana semblent indécis sur leur avenir, leurs désirs et leurs aspirations, Tokue leur apprend à être attentif au monde qui les environne. "Et si ni moi ni les humains n'existions plus, qu'en serait-il ? Pas seulement les humains, si le monde était privé de tous les êtres doués d'émotions, qu'en serait-il ?" ( p. 208), s'interroge la vieille femme.

Sans être moralisateur, sans être miève, la romancière nous narre l'histoire de trois destins bouleversés par une rencontre. Il ne s'agit pas que de recettes de gâteaux mais il est aussi question de liberté, de maladie, de nostalgie, d'originalité, de liens familiaux, de rêve à réaliser, de rapport au monde et à la société... Un bon livre qu'on dévore comme un dorayaki !

logo Japon 2021Sukegawa Durian, Les délices de Tokyo, Livre de poche, Paris, juillet 2020, 221 p.

Participation à un mois au Japon organisé par Lou et Hilde (LC : livre gourmand)

Sur le web : billet de Hilde, Lou, Niki,