515LsBNZ1ZL

"La scène de l'accident était exempt de sang et empreinte d'une grande beauté.[...] La pleine lue était accrochée dans la ramure humide et nue d'un frêne. L'astre déversait ses rayons sur la fille, dont les cheveux blond étaient déployés en éventail autour du visage [...]" (p. 11 prologue), ainsi commence le récit du point de vue de Shelly, une enseignante de musique de la petite université de Godwin Honors College. Elle a vu Nicole Werner et Craig Clement avoir un accident de la route, ce qui provoquera le décès de la jeune fille. Pourtant, ce n'est pas ce qu'a constaté Shelly.

A ce premier point de vue, s'ajoute celui de Craig, un jeune étudiant riche et cynique, qui ne cherche qu'à coucher avec des filles, jusqu'au jour où il rencontre Nicole, dont il tombe éperdument amoureux. Perry, le meilleur ami de Craig, est l'une des voix polyphoniques de ce récit. Excellent étudiant, il croit avoir vu Nicole vivante. De fait, il va consulter un professeur, spécialiste des cultes funéraires, Mira Polson. Cette dernière se débat entre sa difficile vie privée et une thèse qu'elle n'arrive pas à commencer. Elle accepte d'aider Perry dans sa quête de la vérité sur la mort de Nicole. Est-elle réellement revenue des morts comme le prétendent plusieurs étudiants ? Quel lien existe-t-il entre des morts et la sororité des Omega Thêta Tau ? 

Habilement, avec fluidité, Kashishe tisse ces différents points de vue et différentes temporalités pour déployer les trois thèmes de la thèse à venir de Mira Polson : Superstition, sexualité et mort sur un campus américain. La romancière américaine déploie tous les caractères, les sentiments et les illusions liés à la jeunesse, aux sororités, à l'amour, "au délire collectif" des foules comme dans d'autres campus novels tels que La physique des catastrophes de Pessl, Délicieuses pourritures de Oates ou Le maître des illusions de Donna Tartt. Dommage, la fin s'essouffle un peu dans des invraisemblances. La mise en exergue des faux-semblants et de l'hypocrisie diffuse une image sombre et désespérée. Un bon campus novel à découvrir !

Les revenants de Kasischke, Livre de poche, 664 p.