41yjVii5aLL

" les rapports humains : des énigmes" (p. 17). Joyce Carol Oates aime à décortiquer les tréfonds de l'âme humaine, à exhumer les cadavres dans les placards, à examiner sans complaisance la société... A travers plusieurs nouvelles, elle met en scène le comportement de personnages dont la clef n'est pas donnée. Dans "Mauvaises habitudes", nous suivons les réflexions de trois jeunes enfants dont le père serait un meurtrier en série. Pourquoi a-t-il fait ça ? Est-ce lui le véritable coupable ? Comment vivre ou plutôt survivre avec de tels doutes ?

"Cette histoire n'est pas jolie, jolie, et pas seulement parce qu'elle parle de boxe. D'une certaine façon la boxe n'est qu'accessoires. Le vrai sujet, c’est la trahison." (p. 33). Dans "L'homme qui a combattu Roland LaStarza", la narratrice s'interroge sur les liens entre trois adultes : sa mère, son père et leur ami, un boxeur. Le boxeur, s'est-il suicidé ? A-t-il été abattu par des hommes lui reprochant de ne pas avoir perdu le match truqué ? Mais ce qui la tourmente réellement et de savoir qui est réellement son père...

Mais comment parler de ce recueil sans parler de la nouvelle phare de ce recueil "Le musée du docteur Moss", quoique " fauve" et "les jumeaux" font frissonner d'horreur et sursauter au moindre bruit. La dernière nouvelle prend des accents de conte de fée pour terminer dans l'horreur : une jeune fille est en froid avec sa mère mais elle se souvient parfaitement que celle-ci lui a sauvé la vie. Dix ans sans la voir et puis, elle apprend que sa mère est mariée avec le docteur Moss. Un personnage inquiétant. Elle décide de leur visite et de découvrir le musée de médecine créé par le docteur Moss....Et c'est là qu'elle bascule peut à peu dans le malaise et dans un véritable cauchemar éveillé...

Peut-on parler de personnages ? Appelé par des lettres avant d'être individu avec un prénom, J.C. Oates en fait de véritable abstraction au service d'une démonstration : mais quelle démonstration ? Que l'homme est fondamentalement mauvais ? Que le réel reste opaque... La touche oatesienne de ces nouvelles est son art subtil de faire surgir "l'inquiétante étrangeté" de notre monde, on perçoit sa fascination pour les relations humaines troubles, le développement des obsessions : elle sait saisir le moment où l'homme bascule dans l'étrange et le malsain. Entrez dans un univers de récits diaboliquement noirs...

Joyce Carol Oates, Le musée du docteur Moss, histoire de mystère et de suspense, (12 nouvelles parues dans des revues différentes : "Salut comment ça va ?", " surveillance anti-suicide", " L'homme qui a combattu Roland LaStarza", Gage d'amour, canicule de juillet", " mauvaises habitudes", "Fauve", "Le chasseur", "Les jumeaux", "un mystères", "dépouillement", "Le musée du docteur Moss"), 249 p, Philippe Rey.

autres romans : L'oeil du serpent

Merci Dialogue et Caroline pour ce partenariat.

Participation pour le challenge la nouvelle de Sabbio.