512TJ2V0V4L

Les chroniques de Mudfog contiennent tout ce qu'on a appelé "the dickensian charm" même s'il est moins présent dans la première partie " la vie publique de Monsieur Tulrumble", très édifiante, sur l'ascension d'un humble charpentier devenu un odieux maire : l'Argent et le Pouvoir le corrompt et le transforme en infâme rigoriste.

Mais la suite des chroniques sont complètement délirantes bien que sous leur vernis de non-sense, percent parfois les réalités de l'époque comme la lecture de " quelques réflexions sur les puces laborieuses, et sur la nécessité de créer des maternelles parmi les classes industrieuses de la société ; de diriger leurs activités vers des fins utiles et pratiques et de consacrer l'excédent de leur production  à assurer une retraite confortable et respectables aux plus âgées d'entre elle". Et notre auteur de développer des paragraphes cocasses sur les "puces savantes", des duels de puces etc... Parfois incongrus, souvent absurdes, "Ces rapports complets des réunions de l'association de Mufog pour l'avancement de toute chose" suscitent un rire subversif et contestataire, tout en jouant du grotesque : les personnages sont tous des caricatures de scientifiques avinés, au nom éloquent.

Quelle maîtrise dans ces peintures caricaturales de scientifiques ! Ces chroniques écrites au début de la carrière et encore signé Boz ( biographie de Dickens sur le site Larousse) abordent aussi le théâtre dans des propos très shakespeariens - " La ressemblance étroite entre les clowns de cirque et ceux de la vie quotidienne sont frappantes" ( p. 127) - où la pantomime serait le vie, où tous les grands ressorts du romanesque dickensien sont portés en germe. On passe en compagnie de ce livre, un véritable moment d'humour britannique : " gaieté d'imagination et veine comique". Un récit allègre...

Les choniques de Mudfog, Dickens, le Rocher, 153 p.

Autres oeuvres : Le grillon du foyer, L'homme hanté, Oliver Twist,

challenge Dickens d'isil

Lu aussi par Lou, Mango,