08 décembre 2010

L'homme au complet marron d'Agatha Christie : ISSN 2607-0006

59775825

Les whodunits d'Agatha Christie (biographie sur le site Larousse) semblent tous se ressembler. Et pourtant, ses intrigues traditionnelles présentent toujours des inventions narratives : dans L'homme au complet marron, comme dans Le meurtre de Roger Accroyd, la célèbre "duchesse du crime", nous emmène de surprises en révélations. Mais quelle est l'originalité de ce roman policier d'énigme ?

A côté d'un père paléontologue, Anne Beddinfield meurt d'ennui, en Afrique du Sud, alors que son seul rêve est de "voir le monde et de courir l'aventure". A la mort de son père, qui la laisse orpheline et sans le sou, Anne est emmenée à Londres par le notaire de son père, Mr Flemming. Peu de temps après son arrivée, Anne assiste à un meurtre : un homme tombe sous les rails d'un métro après avoir vu quelque chose qui l'a effrayé. Le médecin qui a constaté la mort dans le métro ne s'est pas présenté même pas après la publication d'un article sur le double meurtre. L'homme tué sous les roues du métro, n'avait pas de papier : autant d'événements mystérieux qui va amener notre héroïne à enquêter. Quelques heures plus tard, elle apprend le meurtre d'une jeune femme dans le pavillon d'un certain sir Eustache, tuée semble-t-il par un homme portant un complet marron. Ces deux meurtres sont-il liés ? 

Agatha Christie joue avec les clichés littéraires dans ce roman : notre jeune héroïne courageuse rêve de romanesque. Elle compare les personnes qui gravitent autour d'elle avec ses héros de romans comme le Rhodésien farouche et sombre de ses romans qu'elle s'imagine sous les traits du capitaine Race. Puis, elle est malade pendant la traversée, contrairement aux héros de romans, pense-t-elle. Cependant, Anne se révèle être une jeune fille pleine de ressources : "une aventurière qui se respecte ne peut être à cheval sur les principes". Agatha Christie s'est souvent plu à se représenter sous les traits de Mrs Oliver, une romancière, aidant parfois Poirot dans ses enquêtes ; cette fois-ci, elle s'est amusée à faire des réflexions sur l'écriture romanesque à l'intérieur de son histoire : "je soupçonne tout le monde, répliquai-je [Anne], l'air sombre. Si vous avez lu des romans policiers, Suzanne, vous sauriez que le coupable est toujours celui qu'on soupçonnait pas. Les criminels gras et joyeux comme sir Eustache ne se comptent plus".

Contrairement aux romans policiers où les indices sont parfois cachés au lecteur, ici, hypothèses, déductions sont livrées au lecteur. La narration d'ailleurs est menée de front par notre héroïne mais aussi par Sir Eustache : cet homme qui ne songe qu'au confort accumule les ennuis avec des secrétaires zélés : il supplée à l'histoire d'Anne en racontant les mêmes événements dans son journal intime, mais sous un autre angle, pour mettre le lecteur sur de fausses pistes ! Cette enquête est aussi originale par l'exotisme des lieux, et les nombreux rebondissements. L'auteur fait preuve d'une grande inventivité dans l'intrigue et la complique à souhait : déguisements incessants de tous les personnages, retournement de situation, fausses identités et bien sûr un tueur des plus improbables !

Notre jeune héroïne avec beaucoup d'humour nous conte ses aventures. Elle n'a pas le sérieux et l'orgueil du célèbre Poirot, donnant ainsi à son récit un ton pétillant et frais. Ajoutez à cela, le journal de sir Eustache, non moins humoristique, brimé par son secrétaire. Cette enquête effrénée, avec amour idyllique et déguisements rocambolesques, vous entraînera jusqu'en Afrique du sud, sans un moment de répit mais avec beaucoup d'humour : une enquête originale, qui révèle une surprise de taille au niveau de la narration, pleine de drôlerie et de fraîcheur !

 Christie, L'homme au complet marron, Le masque, 252 p.

Autres romans  : Poirot joue le jeu, Les indiscrétions d'Hercule Poirot, La mystérieuse affaire de style
challenge Agatha Christie de George

Posté par maggie 76 à 20:47 - - Commentaires [18] - Permalien [#]


25 novembre 2010

Meurtres pour mémoire de Didier Daeninckx : ISSN 2607-0006

Meurtres-pour-mémoire-180x300

"La littérature vous jette dans la bataille , écrire, c'est une certaine façon de vouloir la liberté, si vous avez commencé, de gré ou de force vous êtes engagé", disait Sartre dans Qu'est-ce que la littérature ?. Didier Daeninckx a aussi cette vision de la littérature et dans Meurtres pour mémoire, il dénonce certains dysfonctionnements du système politique. Publié en 1977, ce deuxième roman noir de Daeninckx, aborde l'un des points sensibles, scandaleux de l'histoire contemporaine.

La guerre d'Algérie n'a pas épargné la France car depuis 1954, des mouvements nationalistes luttent pour l'indépendance de l'Algérie. Le 17 octobre 1961 des Algériens, vivant à Paris, manifestent de manière pacifique contre le couvre-feu qu'on leur impose. Face à ces hommes désarmés, des femmes et des enfants, les CRS ouvrent le feu sur la demande du préfet de Paris, Veillut. Profitant de la confusion, un homme abat  Roger Thiraut, un jeune historien dont la femme attend un enfant. Un chapitre plus loin et vingt ans plus tard, son fils devenu lui aussi historien est  tué à Toulouse dans des conditions mystérieuses. L'inspecteur Cadin commence une enquête qui va l'amener sur les traces du passé, remontant jusqu'à la seconde guerre mondiale.
Quels sont ces meurtres évoqués dans le titre ? Ce sont bien sûr les meurtres des Thiraud mais aussi celui des Algériens : ces hommes sans défense qui sont brutalisés. Ce roman noir dénonce en effet, les exactions commises mais passées sous silence pendant la plus grande manifestation des Algériens, en France à cette époque. Mais ce sont aussi des meurtres plus lointains et anonymes, liés à la seconde guerre mondiale. La scène première, celle de la manifestation, est d'ailleurs racontées par plusieurs témoins, comme le photographe Rosner, la femme de Roger Thiraud ou le réalisateur belge Deril, montrant ainsi par là combien combien cet événement a marqué la vie de ces personnes, par son injustice et sa violence gratuite. En voyant le documentaire de Deril, présent sur les lieux, l'inspecteur Cadin pense : "Les images défilèrent, toutes plus insoutenables les unes que les autres. La première partie du document avait été tournée depuis une voiture roulant à travers Paris. Une multitude d'affrontements opposaient des manifestants désarmés, hébétés, à des groupes compacts de CRS, de gardes mobiles décidés et motivés. L'absence de son donnait plus de poids encore aux scènes de violence".
Roman à clés, Daeninckx dénonce aussi les dysfonctionnements du pouvoir qui a maintenu un homme déjà coupable de crimes. C'est tout d'abord les agissements de Maurice Papon qu'a voulu dénoncer Daeninckx. Il critique aussi le système politique et la loi du silence qui pèsent sur certains conflits. Certes c'est un roman noir avec des meurtres, un mobile, mais aussi un roman historique, étant donné que deux épisodes majeures de l'histoire contemporaine sont évoqués : la plus grande manifestation algérienne en France et la collaboration sous Vichy. Peut-on parler de travail d'historien ? Daeninckx explique qu'il a écrit son livre en s'appuyant sur des articles de presse et des lettres de survivants de la manifestation. L'auteur explique, dans le paratexte, son travail de recherche :

" Je suis allé à la bibliothèque nationale et j'ai dépouillé la presse de l'époque. Il y avait quelques informations datant de 1961 sur le 17 octobre. J'ai lu les pages des faits divers qui racontaient qu'on retrouvait des dizaines de cadavres dans la Seine, dans les écluses, au Havre, à Rouen, et encore un peu partout, comme ça, pendant des mois. Et puis, j'ai rencontré des témoins et j'ai consulté la presse clandestine. Un jour, un Algérien m'a donné un document extraordinaire, des photocopies de lettres : le FLN après la manifestation avait demandé aux survivants d'écrire tout ce qu'ils avaient vu. Il y avait là deux cents lettres poignantes qui ont été les principales sources d'émotion et de vérité de Meurtres pour mémoire. De plus, même s'il n'y avait pas eu de travail historique sur le 17 octobre 1961, de petites choses existaient de façon dispersée : un article dans Les temps modernes, d'autres dans L'express, des articles de Françoise Giroud, de Marguerite Duras et également de Jean Cau.

Les deux premiers chapitres se mettent lentement en place et la temporalité est très complexe, faisant des incursions dans l'Histoire, qui sert la phrase en exergue : "en oubliant le passé, on se condamne à le revivre". Cependant, ce livre est passionnant de part son intrigue policière bien ficelée et surtout par sa dimension historique et la force de la dénonciation. Un roman remarquable qui lutte aussi contre l'oubli...
 Daeninckx, Meurtres pour mémoire, Bibliothèque Gallimard, 378 p.

Lu dans le cadre du challenge histoire.

Posté par maggie 76 à 18:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

25 septembre 2010

Le chien des Baskerville de Conan Doyle : ISSN 2607-0006

 

Le-Chien-des-Baskerville

Les aventures de Sherlock Holmes écrite par Conan Doyle (biographie Larousse) sont des mécaniques bien huilées, où s'emboitent logiquement tous les indices. A un début très traditionnel où un client vient demander de l'aide au célèbre détective, suit une narration proche du roman noir avec des histoires de fantômes, légendes et manoirs très sombres.  Le docteur Mortimer expose son dilemme au célèbre Sherlock Holmes : sir Charles de Baskerville vient de décéder. Une terrifiante malédiction frappe cette famille : le premier Baskerville, Hugo, ayant maltraité une femme, finit par succomber sous les crocs d'un gigantesque chien. Son héritier Henry doit-il tout de même habiter la demeure sachant le danger qu'il encourt ?

A partir de ce moment, plusieurs incidents et pistes viennent complexifier l'affaire. Le mystère ne fait que s'épaissir dans ces marais et bourbiers de la lande entourant Bakerville Hall. Fausses identités, plusieurs meurtres et des découvertes stupéfiantes jalonnent cette enquête. S. Holmes use de toutes ses facultés intellectuelles et est des plus actifs. L'auteur développe une ambiance de roman noir tout autour de ces personnages : " Le propriétaire du domaine se souleva pour mieux voir : ses yeux brillaient, ses joues avaient pris de la couleur. Quelques minutes plus tard nous atteignîmes la grille du pavillon : enchevêtrement de nervures de fer forgé soutenu à droite et à gauche par des piliers rongés par les intempéries, marquetés de mousse, surmontés par les têtes d'ours des Baskerville. Le pavillon tout en granit noir et en chevrons nus était en ruine ; mais face à lui se dressait une bâtisse neuve, à demi terminée ; c'était la première réalisation dur à l'or sud-africain de sir Charles. Une fois franchie la grille nous nous engageâmes dans l'avenue ; le bruit des roues s'étouffa une fois encore dans les feuilles mortes : les branchages des vieux arbres formaient une voûte sombre au-dessus de nos têtes. Baskerville frémit en considérant la longue allée obscure au bout de laquelle, comme un fantôme, surgit le manoir". Cependant, une certaine légèreté est apportée par les lettres rapports de Watson, envoyé seul, pour protéger sir Henry, avant le dénouement final, car il apporte une touche de naïveté...

Pour conclure sur les mots de Holmes : "jamais nous avons abattu d'homme plus dangereux que celui qui a sombré quelque part là-dedans". Ce roman policier fort bien mené est une de celle où Conan Doyle use de poncifs du roman noir où l'influence de la littérature victorienne est la plus visible et celle où le surnaturel est omniprésent sans jamais basculer dans le fantastique. Un classique de la littérature policière à lire !

Posté par maggie 76 à 18:54 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

11 septembre 2010

Hiver arctique / l'homme du lac d' Indridason : ISSN 2607-0006

indridason997286_gf

 

Le genre policier a souvent mauvaise presse. Est-ce seulement des romans d'énigmes, des romans à l'écriture peu recherchée ? Sont-ils tous inoffensifs comme peuvent l'être certains romans d'Agatha Christie ou de Patricia Wenworth ?  Parfois c'est le cas, d'autres fois, l'auteur y inclut des problèmes de société, des descriptions, qui sont le reflet de notre siècle. Dans Hiver arctique, l'auteur nous parle des problèmes d'intégration et de racisme envers la communauté cambodgienne implantée en Islande. Lorsque le corps d'un petit garçon cambodgien est retrouvé sans vie en bas de son immeuble, l'inspecteur Erlendur enquête pour savoir quels sont les mobiles de ce crime odieux. 

L'homme du lac renvoie à un contexte moins contemporain, avec des retours en arrière dans les années 60 où de jeunes étudiants islandais étaient envoyés à Leibzig pour étudier, séjours financés par le parti communiste. Dans un lac, qui se vide peu à peu à cause d'une faille créée par un séisme, une femme retrouve le corps d'un homme attaché à un appareil d'écoute russe. Cet objet va mettre Erlendur sur la piste d'un crime ancien lié aux agissements de la Stasi.

Ces deux romans ainsi que le premier roman d'Indridason La cité des Jarres, permettent à l'auteur de décortiquer la société islandaise contemporaine, se teintant parfois d'un arrière fond historique. Certes l'équipe d'enquêteurs autour d'Erlendur peut être qualifiée d'insipide, on a bien des difficultés à s'intéresser à la saga familiale de notre inspecteur à la limite du caricatural entre son ex-femme malveillante et sa fille toxicomane, sa solitude et ses plats surgelés. Sans consistance. L'écriture est d'ailleurs assez banale, et pourtant, l'auteur arrive à nous captiver, malgré un rythme très lent, à nous faire entrer dans ses enquêtes grâce à la peinture des moeurs de sa société : la lenteur du récit, le manque de spectaculaire ou de rebondissements invraisemblables contribuent à renforcer l'atmosphère glaciale et délétère de ce petit état insulaire que l'auteur n'hésite pas à stigmatiser...

Indridason, Hiver artique, Points, 405 p.
 Indridason, L'homme du lac, Points, 406 p.

Posté par maggie 76 à 23:45 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

12 août 2010

Le cadavre du métropolitain de Lee Jackson : ISSN 2607-0006

51u0BnGhPLL

Lee Jackson nous plonge dans le Londres victorien de la fin du XIXeme siècle : l'ère victorienne a de beaux jours devant elle et sert de cadre à cette première enquête de l'inspecteur Decimus Webb. On quitte les quartiers huppés des enquêtes d'Anne Perry, pour être jeté dans la corruption et les moeurs dissolues de Clark Market et dans  l'effervescence de la révolution industrielle. Le métropolitain vient de faire son apparition et c'est dans un de ses wagons de deuxième classe qu'une jeune fille est retrouvée morte. Un témoin, Henry Cotton, s'est enfui en laissant tomber un carnet. Parallèlement à ce meurtre, on découvre la vie sordide des femmes repenties du foyer de Miss Philomena Sparrow.... Heureusement, l'impassible inspecteur Webb veille sur les Londoniens...

L'auteur nous promène agréablement entre les flaques de boues, les quartiers mal famés, pluvieux, venteux, qui dissimulent derrière son brouillard de sordides personnages,- car que serait Londres sans son fog ? - et nous décrit la faune de Londres : bonimenteurs, crieurs de journaux, femmes aux vies dissolues...  Lecteurs, vous froncez les sourcils, car où tout ceci va-t-il nous mener ? Il y a une enquête n'est-ce pas à mener et un assassin à découvrir. Cependant les courts chapitres fragmentent trop l'histoire qui se met très lentement en place, multipliant les parcours de différents personnages. Dommage aussi, le personnage de l'enquêteur est assez peu présent, et ne présente aucune caractéristique originale. L'écriture est aussi très banale, quoique sous des allures de récit du quotidien des personnages, la trame peut paraître assez romanesque... Cependant l'auteur s'entend à créer un suspense qui va crescendo et vers une fin insoupçonnable et pas des plus gaies. Le personnage le plus intéressant serait ce Henry Cotton, sorte de journaliste assez dickensien dans son projet d'écrire sur les bas-fonds de Londres car finalement l'intérêt de ce roman policier réside dans cette description du Londres des années 1850.

 Jackson, Le cadavre du metropolitain, 10/18 grand détective, 286 p.

L'avis de Lou et celui de Lilly...

Posté par maggie 76 à 08:22 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


18 juillet 2010

Crime par ascendant de Ruth Rendell : ISSN 2607-0006

54844410

Martin Nanther décide de rédiger la biographie de son arrière grand-père, médecin ordinaire de la reine Victoria, spécialisé dans des recherches sur l'hémophilie. Lecteur, vous vous demandez certainement pourquoi et quel intérêt peut-il y avoir à écrire sur la vie d'un Victorien terne et sans histoire. Cependant, dès le début de sa collation de manuscrits et de documents, il découvre stupéfait des zones d'ombres et des éléments troublants.

Où il est question d'une lettre mystérieuse : mêlant adroitement les recherches sur la vie de son grand-père et sa vie personnelle de pair au Parlement, Martin va mener une enquête, après avoir reçu une lettre, sur un meurtre et une personnalité, vieux de plus de 150 ans, car la fille d'Henry a écrit dans cette lettre à une de ses soeur "qu'il a commis des actes monstrueux". Est-il l'assassin de sa première fiancée ? Pourquoi épouse-t-il  Edith, fille d'un avocat obscur et dans la gêne plutôt qu'Olivia, une fille richement dotée ?

Où on découvre un narrateur attachant : Narration à la première personne, Crime par ascendant met en scène un personnage principal plutôt atypique. Sous son costume guindé de pair, et ses cravates, le narrateur a une imagination débordante. Mais surtout, sous des allures de goujat, Martin reste lucide sur ses désirs, espoirs et sentiments. L'auteur arrive bien à nous décrire ses états d'âme et ses pensées contradictoires sur la paternité, à la fois égoïste et désireux de faire plaisir à sa femme qu'il adore... S'il n'est pas aussi sombre que son arrière grand-père, ses pensées ne sont pas toutes très catholiques !

Où on découvre l'époque victorienne : Difficile dans un premier temps de rentrer dans l'histoire où les noms abondent et les détails foisonnent et où on apprend en détails le système du parlement, la chambre des lords, que connaît bien son auteur pour la fréquenter. Et pourtant l'écriture minutieuse, quasi journalistique, nous entraîne à travers les très courts chapitres, dans une histoire très sombre et très mystérieuse. Jamais l'ennui ne s'installe malgré les longues descriptions. Ce n'est pas un roman historico-policier à proprement parler car l'intrigue se passe dans le monde contemporain mais de nombreuses références aux moeurs victoriennes sont souvent évoquées et comparées à la société actuelle permettant à la romancière de montrer l'évolution des moeurs et de la condition de la femme.

" Une autre élément curieux de cette affaire me vient à l'esprit. Henry devait connaître les Henderson avant de monter le coup de main de Gower street, et il n'aurait pu les connaître qu'en menant des recherches à leur sujet. A-t-il eu recours  à une agence de détectives privés ? A un personnage similaire à Sherlock Holmes ? J'ai en tête l'image relativement sinistre, très victorienne, un personnage tout droit sorti de Wilkie Collins, suivant Samuel, surveillant sa maison, liant conversation avec le vieux M. Quendon quand il sortait pour son "petit tour", reluquant les jeunes filles depuis le pas de porte d'une boutique. Mais pourquoi ? dans quel but ? "(p. 241) Enquête bien agencée, elle ne manque ni de références littéraires, ni d'humour, ni de suspense car chaque chapitre accumule son lot de surprises et de questions, de découvertes et la vérité éclate encore plus sinistre qu'on ne le croit ! Ruth Rendell a su remarquablement bien mêler vie intime et contemporaine du narrateur, ses doutes et ses interrogations sur sa vie familiale, et une terrible enquête d'un "crime" odieux se déroulant sous l'ère victorienne. Une enquête captivante...

Rendel, Crime par ascendant, Livre de poche, 510 p.
Merci à Bob et à Livre de poche pour ce partenariat.

Posté par maggie 76 à 20:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

16 juillet 2010

La mystérieuse affaire de Styles d'Agatha Chritie : ISSN 2607-0006

bm_6217_400937

Dans ce premier roman écrit en 1920, Agatha Christie (biographie du Larousse) pose les bases du whodunit, qui lui apportera le succès : la mort par empoisonnement a été commis dans une chambre où tous les verrous étaient fermés. Plusieurs indices mettent le lecteur en déroute : un fragment de testament retrouvé dans un tas de cendre, une tasse en miettes, quelques fibres de tissu vert, une tache de cire sur le sol, voici les indices qui permettront à Hercule Poirot de retrouver l'identité du criminel. Lecteurs, saurez-vous faire les mêmes déductions que le détective belge ?

Plusieurs personnages sont suspects : chacun d'eux a un mobile, qui aurait pu les amener à tuer Lady Emily Inglethorp. Lorsqu'elle agonise, celle-ci s'écrie "Alfred" : son mari serait-il le coupable ? Tout semble l'indiquer, ce dernier étant de 20 ans son cadet et d'un milieu modeste. Mais ses beaux-fils, John et son frère Lawrence, pourraient aussi convoiter l'héritage conséquent qu'elle leur laisse. Sont aussi présents sur les lieux du meurtre, Mary Cavendish, la femme de John, Cynthia, la fille d'une amie d'enfance d'Emily et le docteur Bauerstein, un spécialiste en toxicologie. Mais surtout, Agatha Christie a eu soin d'inventer son exceptionnel  détective Hercule Poirot : " Poirot était un homme au physique extraordinaire. Malgré son petit mètre soixante-deux, il était l'image même de la dignité. son crâne affectait une forme ovoïde, et il tenait toujours la tête légèrement penchée de côté. Sa moustache cirée, lui conférait un air martial. Le soin qu'il apportait à sa tenue était presque incroyable, et je suis enclin à penser qu'il aurait souffert davantage d'un grain de poussière sur ses vêtements que d'une blessure par balle". Et pour que Poirot paraisse encore plus brillant et logique, la romancière anglaise lui adjoint un comparse "aux hypothèses échevelées". Lecteurs, évidemment, vous aurez reconnu le naïf Hasting. Pauvre Hasting qui est pour Hercule Poirot ce que Watson est pour Sherlock Holmes. :

" - Mrs Howard et vous-même [Hercule P.] semblez vous comprendre à merveille, lui dis-je [Hasting] avec quelque froideur. Mais peut-être n'avez-vous pas remarqué que je n'étais pas dans la confidence ?

- Pas possible ? C'est vrai mon bon ami ?

- Oui, éclairez-moi, s'il vous plaît..."

A la fin de l'enquête, après moult péripéties qui nous amènent à soupçonner tour à tour tous les personnages, Poirot réunit, pour ce qui deviendra comme un rituel, tous les membres de la demeure de Styles Court pour donner les explications qui dévoilent le nom du coupable, qui est toujours celui auquel on pense le moins. Une première enquête très classique, mais l'ingéniosité légendaire de Poirot, le style désuet font le charme de cette enquête bien distrayante.

Christie, La mystérieuse affaire de Styles, Livre de poche, 222 p.

Autres romans : Les indiscrétions d'Hercule Poirot, Poirot joue le jeu,

Lu dans le cadre du Lady swap de Titine et Lou.

Posté par maggie 76 à 19:45 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

29 juin 2010

L'affaire est close de Patricia Wenworth : ISSN 2607-0006

54642973

Tout d'abord nous avons une jeune fille, Hilary Carew, qui fait des vers de mirlitons et qui vient de rompre ses fiançailles avec Henry. Ensuite, on apprend comment Marion Grey survit au procès de son mari emprisonné à vie. Le tout fait un début très mystérieux. Qui a tué qui ? Puis on nous révèle l'affaire : Geoff Grey aurait tué son oncle James Everton. Aurait-il été capable de le tuer sachant que ce dernier venait de le déshériter au profit d'un neveu qu'il haïssait ? Bien évidemment sa chère femme croit en son innocence mais tous les témoignages l'accablent, et les alibis en or des différents suspects semblent si beaux qu'Hilary commence à avoir des doutes...

"Très rares sont les gens qui recherchent la vérité" (p. 147)

Habile à créer le suspense, P. Wenworth retarde le début de l'enquête, par le rappel du procès de Geoff, vieux d'un an, pour nous exposer les faits entourant le meurtre de James, qui semblent bien l'accuser sans l'ombre d'un doute. Finalement, assez tôt, on devine qui est le véritable meurtrier mais la recherche de preuves nous tient en haleine, surtout que les détails délicieusement britanniques abondent, l'heure du thé étant aussi importante qu'un meurtre ou la présence de la vieille cousine ennuyeuse comme la pluie, et certains passages ne manquent pas d'humour, notamment dans l'emploi des comparaisons  : "Mrs Ashley semblait morte de peur. Hilary se dit que, de toute sa vie, elle n'avait jamais vu personne aussi ridiculement effrayée. D'autant plus ridicule que... mais enfin qu'elle raison avait-elle d'avoir peur ? Ce n'est pas parce qu'on a travaillé dans une maison dans laquelle un meurtre a été commis et qu'on vient vous poser quelques questions anodines  à ce propos qu'il faut se comporter comme un lapin pris au piège dans son terrier" !.

Finalement, la véritable enquêtrice, Mrs Silver, ne fait que de très brèves apparitions et est aussi falote que Miss Marple créée après par Agatha Christie. D'ailleurs le charme de L'affaire est close émane aussi du "couple" de détectives improvisé que forme la pétillante et intrépide Hilary et son fiancé, faussement arrogant et orgueilleux, Henry. En revanche, comme chez A. Christie, ce n'est pas la peinture psychologique ou le détail réaliste des lieux qui priment mais l'intrigue bien ficelée : chaque détail a son importance. Un roman policier très agréable à lire et qui réjouira tous les amoureux des whodunits traditionnels, dans la lignée de ceux d'Agatha Christie, l'ambiance désuète en moins mais la touche britannique bien présente...

J'ai découvert cette romancière anglaise, née en 1878, que j'ai lu avec délice, grâce à la lecture du billet les "Ennuis de Sally West" de Titine...

Wenworth, L'affaire est close, 10/18 grand détective, 313 p.

Posté par maggie 76 à 00:01 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

09 juin 2010

Pars vite et reviens tard de Fred Vargas : ISSN 2607-0006

9782290349311

Quel est le nouvel auteur à découvrir en ce mois de juin ? Pimprenelle a choisi Fred Vargas, chercheur en histoire et archéologie au CRNS, qui a écrit une dizaine d'ouvrages, dont des "rompol" L'homme aux cercles bleus, L'homme à l'envers...

"La faute et l'apparence de la faute"

Adamsberg, le doux rêveur aux pensées informes, flanqué de son capitaine Danglard, organisé, précis et rigoureux, repartent dans une affaire criminelle qui s'avère beaucoup plus sombre qu'en apparence. Dans ce roman policier, Vargas ne met pas seulement en scène un traditionnel duo d'enquêteurs complémentaires mais elle les entoure d'une bande d'excentriques : un crieur ancien marin et tueur d'armateur véreux, un faux aristocrate qui exerce la profession de dentelière, Marc Vandoosler, une femme de ménage, et spécialiste du Moyen Age et quelques personnages récurrents comme Camille ou l'oncle de Marc... Ensembles, ils vont chercher à résoudre une mystérieuse affaire anodine en apparence  : de grands 4 inversés fleurissent un peu partout dans divers quartiers de Paris, ce qui ne semble qu'être l'oeuvre d'un tagueur. Mais Adamsberg les trouve "maléfiques"...

" Et puis, quand les serpents, chauves-souris, blaireaux et tous les animaux qui vivent dans la profondeur des galeries souterraines sortent en masse dans les champs et abandonnent leur habitat naturel ; quand les plantes à fruits et les légumineuses se mettent à pourrir et à se remplir de vers [...]" : lorsque Joss Le Guern, crieur de profession commence à trouver des messages sibyllins, parfois en latin, il soupçonne quelques choses de terribles... L'intrigue, qui repose sur le Liber Canonis d'Avicenne, traitant de la peste, est palpitante. Est-ce que ce fléau va bientôt s'abattre sur Paris ? Lorsque les premiers morts apparaissent, la panique s'empare de toute la population... Lecteurs, vous prendrez un véritable plaisir à plonger dans cette histoire de peste, donnant une dimension littéraire à cette intrigue policière, où se côtoient des personnages originaux. On regrette juste des dialogues peu subtils, au style relâché...

Vargas, Pars vite et reviens tard, J'ai lu policier, 347 p.

Belledenuit - Lilibook  - Kikine  - Zorane - - Isabelle - Del - George - pimprenelle et d'autres avis sur le site de Pimprenelle...

Posté par maggie 76 à 00:02 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

21 février 2010

Le secret de Noël d'Anne Perry : ISSN 2607-0006

49954290

Tout nouvellement pasteur, Dominic Corde et sa femme Clarisse arrivent à Cottisham où Mr Winter, le pasteur de ce petit village, est parti pour un mois de vacances. Sur les lieux, les jeunes mariés découvrent un beau site et des gens tout à fait charmants. Nos deux amoureux vivent particulièrement heureux jusqu'au moment où Clarisse fait une macabre découverte dans la cave du presbytère...

Autant vous dire que je ne m'étendrai pas beaucoup sur un livre qui m'a ennuyée, peut-être dû à ma récente découverte enthousiaste de W. Collins, qui rend, en comparaison, ce roman policier très fade et que j'ai failli abandonner en cours de route. Nos deux jeunes héros n'ont aucune envergure et n'ont pas l'étoffe de grands détectives tels que Holmes ou Poirot. Ils n'ont pas non plus le charme piquant et irrévérencieux du couple Pitt. Les personnages secondaires brossés à grands traits sont tout aussi falots. La mise en place de l'intrigue est des plus lentes et des plus simples. Il ne se passe quasiment rien pendant 150 pages, à part les considérations de la parfaite ménagère qu'est Clarisse. Le dénouement est rapidement expédié dans les dix dernières pages... Je crois surtout que les sentiments mièvres de notre jeune couple m'ont agacée ou alors les bons sentiments qu'ils éprouvent pendant une période telle que Noël. Bref, ce n'est pas le meilleur roman d'Anne Perry et j'ai de beaucoup préféré Resurrection row ou Le cadavre de Bluegate Fields...

Vous trouverez un autre avis sur le site de Lou.

 Perry, Le secret de Noël, 10/18, Grands détectives,  188p.

 

Posté par maggie 76 à 09:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]