22 mars 2010

Mrs Dalloway de V. Woolf : ISSN 2607-0006

50822430

Mrs Dalloway est le roman londonien de V. Woolf ( biographie ici), décrivant à travers l'intériorité des personnages, un Londres d'après guerre peu conformiste, poétique et sombre. Lisez Mrs Dalloway, où sans discontinuité, vous serez submergé par "des myriades d'impressions", les pensées de Clarissa Dalloway, de son mari Richard, d'un de leur ami Peter Walsh. Une fois entré dans le tourbillon des pensées des personnages, on suit avec attention les sensations, les sentiments et les souvenirs de chacun d'entre eux. Jamais le langage particulier des personnages ne se confond avec une autre voix, qui sont toutes singulières : Mrs Dalloway est entièrement tournée vers cette réception qu'elle organise. Elle est bien différente de celle de Septimus en proie à la folie, peuplée des images de la mort, de l'enfer et du suicide.
Lisez ce roman qui vous emmène au-delà des apparences où les mots naissent, se pressent, semblent vouloir s'échapper des pages, semblables au flux et reflux de la mer. Portrait d'une femme, de la parfaite hôtesse, Mrs Dalloway laisse transparaître aussi une description impressionniste du Londres d'après-guerre. Lisez ce roman de la beauté des sensations, saisissant l'instant de cette journée londonienne de juin, comme dans ce magnifique passage : "Puis elle ouvrit les yeux : qu'elles étaient fraîche, les roses, comme du linge tuyauté tout propre, rentrant de la blanchisserie dans des corbeilles d'osier ; et sombres et soignés les oeillets rouge qui redressaient la tête ; et tous les pois de senteur s'étalant dans leurs vases, veinés de violet, d'un blanc de neige, pâles - comme si c'était le soir, et que des jeunes filles en robes de mousseline étaient venues cueillir les pois de senteur et les roses à la fin de la superbes journée d'été, avec son ciel bleu nuit, ses delphinium, ses oeillets, ses arums ; que c'était le moment où toutes les fleurs - les roses, les oeillets, les iris, les lilas - luisent d'un doux éclat ; où chaque fleur semblent brûler de ses propres feux, avec douceur, avec pureté, au milieu des massifs embrumés ; et comme elle aimait les paillons de nuit gris pâles qui tourbillonnaient en tous sens au-dessus de l'héliotrope, au-dessus des primevères du soir !". Lisez Mrs Dalloway !

 Woolf, Mrs Dalloways, Folio, 321 p.

Lu dans le cadre du challenge, V. Woolf, organisée par Lou et d'une lecture commune avec Keisha, AGFE, Pauline, Mango, Cynthia, Papillon, George Sand, Tif, Dominique, l'or des chambres...

Posté par maggie 76 à 08:04 - - Commentaires [23] - Permalien [#]


18 mars 2010

Pofondeurs glacées de Wilkie Collins : ISSN 2607-0006

50981091

Après la Suisse (Hôtel hanté), l'Italie (L'abîme), Collins nous dépayse complètement avec un expédition polaire, très loin de l'Angleterre victorienne : très vite, on quitte l'univers d'un bal londonien pour les grandes étendues polaires. Mais même dans le grand Nord, on retrouve le style de Wilkie Collins, avec les déchirements  de personnages à la personnalité trouble, une place faite au destin ou aux coïncidences et son habileté à créer le suspense, sans oublier le surnaturel et l'aventure !  A conditions de vie extrême, sentiments extrêmes !

Richard est repoussé par Clara, qui aime Frank. Les deux hommes s'embarquent pour le Nord : c'est l'expédition Franklin. Richard arrivera-t-il à supprimer son rival ? La manière dont Richard apprend l'identité de son rival est tout simplement époustouflante ! L'aventure des hommes perdus dans la blancheur des étendues glacées se déploient lentement. L'affrontement des deux hommes est assez elliptique et l'auteur accorde quelque importance à son héroïne, qui est pourtant falote. Trahison, amour, suspense et un dernier rebondissement spectaculaire nous entrainent vers la fin de ce roman passionnant, ce qu'on ne pressent pas à la lecture du  titre ou de la quatrième de couverture. Certes, l'intrigue écrase un peu les personnages, qui manquent de consistance mais un roman de Wilkie Collins est toujours à découvrir !

La préface présente un grand intérêt : Le Bris nous décrit le rapport conflictuel entre les deux grands romanciers victoriens, que sont Dickens et Collins. Petite anecdote amusante, nos deux romanciers jouèrent cette oeuvre et lorsqu'on sait la rivalité qu'il existait entre les deux hommes, l'affrontement de Dickens en Wardour et Collins en Aldersley, sur les planches a dû être peu banale : Le Bris imagine " le plaisir qu'eut Collins, pour une fois, à se donner un rôle d'officier quand Wardour était simple matelot - mais aussi le plaisir qu'eut Dickens à délirer devant un Aldersley réduit à sa merci, rêvant d'assassiner dans les pires souffrances celui qui se croyait son ami...".

Collins, Profondeurs glacées, Phébus Libretto, 135 p.

 Lu dans le cadre du challenge Wilkie Collins Addicts organisé par Chryssilda.

Posté par maggie 76 à 20:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

13 mars 2010

L'abîme de Charles Dickens et Wilkie Collins : ISSN 2607-0006

50761759

L'abîme m'apparaissait comme une curiosité rassemblant l'écriture de deux célèbres victoriens. Malgré les avis très nuancés des blogolectrices, j'ai toutefois commencé la lecture du roman qui s'est révélée plaisante, voire comique avec ses personnages caricaturaux et son intrigue alambiquée amplifiant les caractéristiques des romans de Dickens et de Collins : à la mort de sa mère Walter Wilding apprend de la bouche d'une ancienne employée de l'Hospice des enfants trouvés, où il a grandi, avant d'être adopté par une femme fortunée, qu'il n'est pas le véritable Walter Wilding. Ce riche négociant  en vin, ébranlé par cette nouvelle, mettra tout en oeuvre pour retrouver le véritable Walter Wilding.

Jouant sur les coïncidences de la vie, de la petitesse du monde, qui provoque des rencontres surprenantes, nos deux auteurs font se croiser, de manière improbable, en Angleterre, puis en Suisse, tour à tour, un méchant Obenreizer, deux notaires Me Voigt et Mr Bintrey, et mademoiselle Marguerite, une jeune femme en détresse ! Ajoutons à ce petit monde, un caviste superstitieux et un amoureux transi, l'associé de Wilding, George Vendale. A partir de la quête de Walter Wilding, les situations rocambolesques s'enchaînent : mort soudaine d'un personnage qui "perdit connaissance... et [il] mourut", un autre affronte une terrible tempête dans les froides montagnes suisses et un faussaire doublé d'un meurtrier ! Certains épisodes semblent hâtivement rédigés et les dialogues parfois négligés.

Toutefois, le lecteur passera un agréable moment de lecture, dans ce qui semble être une parodie des romans respectifs de chaque auteur tant les ficelles de l'intrigue sont grosses. Le donquichottisme et la gentillesse extravagante des personnages, des enfants trouvés, perdus et à nouveau trouvés, les questions sociales utopiques de Dickens sont saupoudrés du suspense, des superstitions et de mystères propres à Wilkie Collins...

Les avis de Lou et des participantes au challenge Wilkie Collins addict sur le blog de cryssilda...

Wilkie Collins et Charles Dickens, L'abîme, les éditions du masque, 212 p.

Autre lecture de Wilkie Collins : L'hôtel hanté

Posté par maggie 76 à 08:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 mars 2010

La souris bleue de Kate Atkinson : ISSN 2607-0006

51-xQL0Lh7L

La souris bleue de Kate Athinkson, Livre de poche, 412 p.

chapitre 1 : Où on découvre la vie mouvementée de la famille Land. Cette famille comprend un père mathématicien, complètement absent, une mère, qui fait "tout par devoir, rien par amour", entourée de quatre filles, Amélia, Sylvia, Julia et Olivia, bouillonnantes de vie, au grand désespoir de leur mère ! Dans le lot, Olivia "fille de lumière", toujours accompagnée de sa souris bleue, sort du lot par sa beauté et sa mignardise. Un soir, où l'aînée et Olivia obtiennent la permission de dormir dehors, dans une petite tente, la petite dernière disparaît. Trente cinq ans de recherche n'ont pas permis de la retrouver.

Chapitre 2 : Où on découvre l'amour absolu d'un père pour sa fille. Théo, avocat, élève seul ses deux filles. Il est très proche de sa fille Laura qu'il adore et pour mieux la protéger des dangers extérieurs, il lui propose de faire un stage dans son cabinet : pour le premier jour de stage de sa fille, il est absent, et c'est ce jour-là que choisi un fou dangereux pour la tuer !

Chapitre 3 : Où on découvre la vie de Michèle. Michèle est une jeune mère, qui recherche la perfection dans sa vie. Pour pouvoir être une parfait épouse, elle s'occupe de sa fille, jardine, cuisine... jusqu'où jour où elle tue son mari à coups de hache dans un accès de désespoir.

Chapitre 4 : Où apparaît un détective privé... Jackson Brodie, ancien militaire et ancien inspecteur de police est devenu détective privé : il est chargé de trouver des chats, de surveiller une jeune hôtesse de l'air suspectée par son mari d'être infidèle... et est appelé par Amélia Land pour retrouver sa soeur Olivia. En effet, celle-ci, à la mort de son père, a retrouvé la fameuse souris bleue dans les tiroirs du bureau de son père... Que faisait le jouet d'Olivia dans le bureau de leur père ? Comme si cela ne suffisait pas, Théo Wyre fait aussi appel à lui, pour retrouver l'assassin de sa fille. Surgit aussi soudainement dans sa vie, la soeur de Michèle qui recherche l'enfant de cette dernière... Jackson se lancent alors dans une triple enquête pleine de rebondissements extravagants...

Avec causticité et humour, Atkinson nous plonge dans l'univers bouillonnant de vie de tous ses personnages, qui sont tous attachants et haut en couleur. Ce roman foisonne de détails et de vie, et on suit avec ravissement l'enquête de Jackson qui réserve bien des surprises. On retrouve avec plaisir des références et l'imaginaire de la littérature victorienne : Victor Land se représentait sa mère dépressive comme une folle typiquement victorienne, chemise de nuit blanche et échevelée, hantant les couloirs de sa maison tandis qu'Amélia la prude voudrait vivre dans l'univers des romans de James et est une lectrice d'Edith Wharton.  Mais le roman comporte aussi à côté de situations cocasses, invraisemblables, des aspects très sombres. Y sont aussi abordés nombres de sujets de la société contemporaine tels que les relations familiales...
Le ton est décapant ! L'auteur sait nous captiver grâce à ce roman enlevé, à la fois cinglante étude de moeurs et remarquable enquête policière.

Posté par maggie 76 à 21:20 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

04 mars 2010

Toute passion abolie de Vita Sackville-West : ISSN 2607-0006

50443774

"Leonard et Virginia Woolf disaient de ce livre en 1931 qu'il était le meilleur de Vita Sackville-West. Elégance folle, finesse et charme rétro". Une pareille remarque ne peut qu'aiguiser la curiosité. Dans ce roman, on découvre la destinée de Lady Slane qui commence à revivre, à partir du jour où son mari meurt : véritable mythe vivant, vice-roi des Indes, membre du parlement, Lord Slane est une légende vivante mais, qui a ainsi relégué dans l'ombre sa femme, pendant toute sa vie. Femme dévouée, celle-ci élève leurs quatre enfants, Kay, Edith, Charles et Carrie, suivant son mari dans tous les coins du globe et surtout abolissant sa passion pour la peinture, au nom de l'amour qu'elle porte à son mari. Ses enfants cherchent à régenter sa nouvelle vie mais à quatre-vingt huit ans, Lady Slane est bien décidée à vivre comme elle l'entend : vivre de manière contemplative dans une petite maison de Hampteasd...
Vita Sackville est une véritable portraitiste. Quel don pour brosser des personnages originaux ! Sous sa plume fleurissent des excentriques : un milliardaire vivant comme un célibataire sans le sous et collectionneur d'objets d'art, Lady Slane qui a le sens de la beauté mais pas de l'argent, un propriétaire croyant aux théories millénaristes et aux chiffres prophétiques. Même Genoux, la fidèle servante de Mrs Slane, appartient à cette catégorie de personnages haut en couleur, parlant à son chat de manière théâtrale !

Les images envahissent le texte pour rendre plus tangible l'éphémère réalité de la vie, la fragilité des souvenirs. Et c'est là, lecteur, que tu risques d'être impatienté : les souvenirs de femme soumise de Lady Slane  ralentissent le roman qui perd son rythme alerte. Mais notre héroïne n'est pas à l'abri de nouvelles surprises. La passion peut-elle vraiment être entièrement abolie ?

L'écriture poétique des souvenirs alterne avec la verve sardonique des personnages tels qu'Edith ou Lady Slane, qui perçoit l'hypocrisie d'un monde régenté par l'argent et les ambitions, le jeu social qui a fait d'elle une femme soumise et qui a étouffé ses aspirations. Cette vieille dame anti-conformiste symbolise les rêves brisés, mais elle reste une femme hors du commun. Vita Sackville, avec finesse, raconte une vie au seuil de la mort, mêlée de mille réflexions sur le bonheur, sur le destin des femmes... tout en suscitant un monde rempli de sensibilité. Dans la lignée de l'écriture de romancières telles que V. Woolf ou K. Mansfield, avec délectation, le lecteur retrouvera une thématique et écriture post-victorienne : le chemin épineux des femmes au début du XXeme siècle.  Lien vers un billet très enthousiaste de Lou...

 Sackville-West, Toute passion abolie, Livre de poche, 221 p.

Posté par maggie 76 à 21:33 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


22 février 2010

Orgueil et préjugés de Jane Austen : ISSN 2607-0006

9782070338665FS

J'avais oublié combien Jane Austen pouvait être un auteur délicieusement ironique ! Je conçois bien tout ce qu'il y a de vain de parler d'une oeuvre très très connue mais j'ai tellement pris de plaisir dans cette relecture, que j'ai quand même voulu marquer quelques mots...

Jane Austen arrive à nous captiver avec l'histoire de la famille Bennet. Les soeurs Bennet sont toutes très différentes et en âge de se marier : la douce Jane, l'impétueuse Elizabeth, la laide et pédante Mary, et les deux cadettes, kitty et Lydia futiles et frivoles.  Lorsqu'un jeune célibataire, Mr Bingley, accompagné d'un autre jeune homme Darcy, s'installe dans la voisine et belle demeure de Netherfield, Mrs Bennet y voit tout de suite une opportunité de marier une de ses filles. Les filles Bennet se marieront-elles ? Surtout qu'un "entail", qui laisserait ces femmes dans le dénuement à la mort de l'original Mr Bennet, pèse comme une menace sur elles et attire, dans les parages, l'heureux bénéficiaire, Mr Collins.

Orgueil...
L'orgueil est incarné par Mr Darcy. Mille preuves de son orgueil vont être accumulées, tout au long de ce récit fort amusant : il dédaigne la société de Longbourn trop provinciale pour lui, pense qu'un mariage avec l'une des filles Bennet est une mésalliance... Mais peu à peu, il se sent attiré malgré lui, par la franche Elizabeth. L'amour sera-t-il vainqueur des préjugés ? Elizabeth épousera-t-elle un homme aussi orgueilleux ?
Et les préjugés...

Toute la bonne société anglaise est critiquée dans ce qu'elle peut avoir de rigide, d'hypocrite et de bienséant. Dans les premières pages, l'auteur entreprend de décrire les personnages en les installant dans un décor typiquement austenien, un bal. Mr Bennet, un homme sensé et sarcastique, est à l'opposé de son impétueuse femme obsédée par le mariage. Elle exulte de joie de savoir qu'il pleut dru sur la tête de son aînée, qui est allée rendre visite aux Bingley l'obligeant ainsi à rester chez eux, et la rapprochant ainsi d'un parti avantageux, sans se soucier que cette même pluie va se révéler dangereuse pour la santé de sa fille. Dès les premiers dialogues, elle est décrite de manière comique : "Oh ! mon cher Mr Bennet, s'écria-t-elle en entrant dans la pièce, quelle agréable soirée, quel bal réussi ! [...] Puis en voyant Jane, il [Bingley] a eu l'air charmé, a demandé qui elle était et, s'étant fait présenter, l'a invitée pour les deux danses suivantes. Après quoi il en a dansé deux avec Lizzy, la "boulangère" avec..."

- Pour l'amour du ciel, arrêtez cette énumération, s'écria son mari impatienté. s'il avait eu pitié de moi il n'aurait pas dansé moitié autant. Que ne s'est-il tordu le pied à la première danse!"

Le ridicule de Mrs Bennet n'a d'égal que le rire qu'elle suscite. Quant au coussin Mr Collins, tout aussi ridicule, il incarne l'ennui et la fatuité ! Tous les caractères et ses travers sont dépeints et les jeunes filles Bennet ne sont pas épargnées que ce soit Jane, l'aînée, parfaite femme victorienne, mesurée et retenue, ou les benjamines écervelées. Les préjugés des uns et des autres causeront bien du tort à certains de nos personnages et provoqueront plusieurs revirements de situation. Lydia pourra-t-elle épouser un homme endetté qui l'a enlevée et qui a mauvaise réputation ? Bingley verra-t-il la passion sous la retenue de Jane ? Sous couvert de bals et de mariage, la société bourgeoise anglaise est critiquée, moquée, caricaturée par l'écriture enlevée et légère de Jane Austen. Conventions, amour des apparences sont raillés sous la plume ironique de la romancière anglaise. On se laisse emporter par les différents revirements des sentiments des personnages. Quel bonheur que la lecture de ce roman ! Un véritable chef-d'oeuvre de la littérature anglo-saxonne !

Et j'ajoute un lien vers un billet très détaillé et lu en anglais de Lou.

Autre lecture sur ce site : Lady Susan

 Austen, Orgueil et  préjugés, 10/18, 369 p.

Posté par maggie 76 à 10:58 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

18 février 2010

L'hôtel hanté de Wilkie Collins : ISSN 2607-0006

49875863

 W. Collins, quel maître du suspense ! Voici la quatrième de couverture :
" Fiancée humiliée, veuve manipulatrice et soumise évoluant dans une famille en apparence respectueuse des usages de la haute société victorienne... Qui est vraiment la comtesse de Narona ? Une intrigante prête à tout pour toucher une prime d'assurance sur la vie de son époux, ou bien la victime de craintes superstitieuses sur laquelle le destin semble s'acharner ? Entre Londres et Venise, Collins campe des personnages facettes multiples et complexes qui seront consciemment ou non, les complices d'une mort naturelle qui ne tardera pas à être suspecte. Un des grands romans de Wilkie Collins !
Wilkie Collins (Londres, 1824-1889) est incontestablement, dans la littérature victorienne, le maître de la déduction littéraire. Ses oeuvres essentielles (Armadale, La dame en blanc, Pierre de lune...) sont toutes parsemées d'emprunts aux faits criminels, son talent s'épanouissant dans des intrigues d'une grande complexité, mais aussi dans la maîtrise et la finesse de ses portraits psychologiques".

Admirez aussi la splendide couverture : Saint Cecilia de Watherhouse. Cette quatrième de couverture tient ses promesses : les premières pages du roman suscitent mille questions. Qui est cette femme dont on s'interroge sur sa santé mentale ? Est-ce une folle ou une femme superstitieuse ? Le docteur Wybrow apprend rapidement son identité, c'est la comtesse de Narona. Elle aurait volé le fiancé d'Agnès Lockwood, Lord Monbarry. Elle a une réputation d'aventurière et un frère joueur, le baron Rivar. A la mort de Lord Monbarry, la compagnie d'assurance enquête pour savoir si sa mort est naturelle ou si un meurtre a été commis avant de verser la prime d'assurance du lord. De plus, le courrier, Mr Ferraris, a mystérieusement disparu... Agnès, la fiancée délaissée, une des anciennes élève Mme Ferraris, Henry Westwick, frère du Lord et la comtesse de Narona ont des rôles importants et dramatiques à jouer dans cette intrigue captivante, qui nous emmène de Londres à Vienne.

Des fantômes, un peu d'ésotérisme, des meurtres et de nombreux rebondissements, notamment un dénouement spectaculaire et des plus originaux, caractérisent ce roman où le lecteur est assailli sans cesse par de nouvelles interrogations. A cette intrigue passionnante, s'ajoutent des commentaires caustiques du narrateur, sur les moeurs des Français ou des Italiens, s'opposant à la prude Angleterre, et qui égratignent aussi ses personnages : "les autres femmes, élevées suivant les préceptes et les habitudes modernes, en entendant parler d'une semblable conduite, eurent naturellement pour Agnès du dédain plein de compassion. A partir de ce moment elles ne parlaient d'elle que comme d'une personne "des temps jadis", curieux spécimen des vertus des vieux âges".
Une fois commencé la lecture de cette intrigue passionnante tournant autour de la mort et de la folie, de personnages mystérieux comme des sphinx et typiquement, on ne peut plus lâcher ce roman. Un roman fascinant et  un auteur merveilleux !
Collins, L'hôtel hanté, Edition de l'aube, 278 p.  (Challenge Wilkie Collins addict, de Cryssilda)

Posté par maggie 76 à 10:33 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

16 février 2010

La troisième Miss Symons de Flora Mayor : ISSN 2607-0006

 

49802171

 

La troisième Miss Symons est un court roman de Flora Mayor (1872-1932) édité par V. Woolf. Chroniqué par Keisha, Titine ou Lou, je ne rajouterai donc qu'un ou deux mots sur mes impressions de lecture, pas des plus originales.
A quel destin peut rêver une fille cadette dans une famille bourgeoise du XIXeme siècle ?  C'est à cette question que répond F. Mayor à travers la vie d'Henrietta qui n'est pas celle d'une anti-héroïne mais celle d'une jeune fille malchanceuse sous l'ère victorienne : troisième fille d'une famille de sept enfants, Henrietta est une enfant banale, qui souffre d'un manque d'affection. Elle ne suscite ni l'affection de ses parents, ni celle de ses soeurs. Célibataire, elle voyagera à l'étranger toute sa vie, sans pour autant se cultiver ou s'attacher à d'autres personnes.
C'est donc la peinture d'un destin banal, celui de la vieille fille, et d'une époque, le début de l'ère victorienne. Ce qui est marquant dans cette narration, c'est le ton détaché qu'emploie le narrateur pour raconter les mésaventures d'Henrietta : ce détachement reproduit ainsi la cruauté d'une société victorienne où les apparences priment sur les sentiments, où la société écrase l'individu, notamment les femmes. Dans cette misogynie ambiante, une femme avec un caractère colérique est une "hystérique" et confier ses sentiments vaut la désapprobation de tous. De même, le mariage est une institution sociale qu'il faut respecter sous peine d'être un paria. Le personnage d'Henrietta est peut-être peu sympathique mais a-t-elle le choix d'une autre vie dans ce contexte difficile pour les femmes ?
Peinture de moeurs sans concession et portrait lucide d'une héroïne sans qualité, j'ai beaucoup apprécié l'écriture fluide, ironique et concise de Flora Mayor. Je remercie Keisha et Titine pour cette belle découverte et je suis comme elles, je voudrais bien découvrir les autres romans de cet auteur...

Posté par maggie 76 à 13:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

06 février 2010

Anna Karenine, c'est moi d'Elizabeth Jacquet : ISSN 2607-0006

49387243

 "Etre une héroïne de roman ne m'empêche pas de prendre le métro, au contraire. Portée par ma vocation, je m'y engouffre avec exaltation. Différents mondes superposés les uns aux autres ne nous apprennent-ils pas à vivre dans plusieurs dimensions ?"
Etablie avec succès dans sa nouvelle activité de traiteur à domicile, Alice Quester cherche toujours des réponses à ses multiples questions : en quoi consiste notre existence ? Comment lui donner l'intensité désirée ?
Son projet :
1. Lire et relire Anna Karenine
2. Se pencher sur le cas de Tolstoi.
3. Suivre de près sa soeur aînée, son frère altermondialistes, son voisin de palier... et aussi cet homme aperçu au volant d'une voiture ou sur les pages people d'un magazine : Neil Larue.
4. Voir si tous ces destins mêlés au sien peuvent former quelque chose de cohérent : un vrai roman de la vie, ou une vraie vie de roman.

1. Lire et relire Anna Karenine : Dès les premières pages, on est entraîné dans l'univers de l'héroïne à travers les plus beaux extraits du roman de Tolstoi, Anna Karenine vue par Vronski. "Il s'arrêta pour laisser sortir une dame, que son tact d'homme du monde lui permit de classer d'un coup d'oeil parmi les femmes de la meilleure société. [...] Il se retourna, ne pouvant résister au désir de la regarder encore"... On découvre ainsi l'héroïne la plus célèbre du grand romancier russe, mais le personnage est aussi un véritable révélateur de sentiments pour Alice : "Anna est la part d'enfant perdu affolé que nous portons en nous lorsque notre désir excède les normes du monde qui nous entoure". Tour à tour, au gré de l'histoire d'Anna et des autres personnages du roman de Tolstoi, Alice s'interroge sur l'amitié, l'amour, la mort, la solitude, ses relations aux autres. "Comment combler nos vides intérieurs ?" "Dans le roman comme dans la vie on ne sait rien, où est l'erreur, le bien, l'existence qu'il nous faut, à quoi à qui peut-on s'en remettre, le hasard existe-il, y-a-t-il une providence ?"... Oui, il faut lire et relire Anna Karenine : on l'aime, on suit ses pas et on souffre avec elle.
2. Se pencher sur le cas de Tolstoi. L'auteur s'est efforcé, tout en retraçant la vie d'Anna Karenine et de son héroïne Alice Quester, d'y mêler des éléments de la vie de Tolstoï et notamment la genèse du roman. On découvre ainsi un auteur russe préoccupé des problèmes de son temps, sensible à la misère sociale. Il est aussi décrit et perçu à travers le journal de sa femme comme un homme aimant l'action, heureux dans le mariage et obsédé par son roman, son Anna : on nous livre peu à peu la difficile écriture du roman, sa publication, sa réception. Des petites anecdotes au sujet de son amitié tumultueuse avec Tourgueniev sont tout à fait plaisantes : "7 février 1856. Disputé avec Tourguéniev. 13 février. Dîné chez Tourgueniev ; nous nous entendons de nouveau bien. 12 mars. Avec Tourgueniev, je crois que je suis définitivement brouillé. 20 avril. Eté chez tourgueniev et très gaiement bavardé avec lui [...]"
3. Suivre de près sa soeur aînée, son frère altermondialistes, son voisin de palier... et aussi cet homme aperçu au volant d'une voiture ou sur les pages people d'un magazine : Neil Larue. Les personnages secondaires, sans consistance, viennent abîmer l'histoire centrée autour des trois personnages principaux : Tolstoï, Anna et Alice.
4. Voir si tous ces destins mêlés au sien peuvent former quelque chose de cohérent : un vrai roman de la vie, ou une vraie vie de roman. Dommage, les grandes et bonnes idées ne font pas forcément les bons romans. L'écriture est complètement décousue et parsemée parfois de certains mots et d'un style relâchés. L'impression de désordre est renforcée par la superposition des différentes vies des personnages, par les pensées erratiques de l'héroïne et par des citations agréables à lire mais en trop grands nombres. Certains passage ressemblent davantage à des prises de notes qu'à un roman ! L'auteur semble montrer que toute vie peut être un roman et tout roman est une vie. Ah ! Comme on regrette cette écriture désordonnée qui gâche le plaisir de la lecture. L'intrigue a un air d'inachèvement et de divagations portées par le hasard ou par le vent...

Lorsqu'on referme ce livre, on a aimé Anna Karenine, celle de Tolstoi mais celle de Jacquet, un peu moins. Alice Quester, héroïne du XXIeme siècle est beaucoup moins séduisante et romanesque que sa comparse. Ici, la véritable héroïne est Anna Karenine. Lisez le roman de Tolstoi...

Roman lu dans le cadre d'un partenariat : je remercie les éditions Philippe Rey et BOB pour cette découverte.

 Jacquet, Anna Karenine, c'est moi, Ed. Philippe Rey, 325 p.

Posté par maggie 76 à 08:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

27 janvier 2010

Madame Bovary de Flaubert : ISSN 2607-0006

product_9782070413119_195x320

Qui ne connaît pas le "bovarysme" ? Ce néologisme a été formé à partir du nom de la célèbre héroïne de Flaubert ( biographie ici) : Emma Bovary. Cette dernière est la fille d'un riche fermier. Son père blessé est soigné par Charles Bovary, un homme médiocre ayant fait un mariage médiocre dont le père est un ancien noceur ruiné. Charles, attiré par cette jeune fille, va l'épouser à la mort de sa première femme. Mais Emma, dès les premiers jours de son mariage ressent déjà une inadéquation entre ses rêves et la réalité : "Et Emma cherchait à savoir ce que l'on entendait au juste dans la vie par les mots de félicité, de passion et d'ivresse, qui lui avaient paru si beaux dans les livres" . Partagé entre sa prosaïque vie et ses rêves romanesques, Emma déchante et déchoit.

Classique parmi les classiques, Emma Bovary m'avait pourtant fait une effroyable impression lorsque je l'ai lu, pour la première, fois jeune. Avec le temps, on s'aperçoit que la médiocrité décrite et la narration de l'ennui quotidien, des petits riens d'une vie peut provoquer un sentiment de rejet. Cependant à y regarder de plus près, Emma Bovary n'est pas seulement un chef-d'oeuvre de réalisme, il est aussi une réflexion sur la vie, la mort, l'amour.

Emma Bovary est un personnage emblématique : elle incarne la désillusion d'un personnage confronté à une vie décevante. Emma est imprégnée de lectures de Lamartine et Chateaubriand et elle se voit obligé de subir la "conversation de Charles [qui] était plate comme un trottoir de rue". Sa vie est morne ; l'ennui, le quotidien ronge l'héroïne et le bal chez le marquis de Vaubyessard ne va faire qu'exacerber ses rêves de luxe (fin première partie). Son déménagement à Yonville bouleverse-t-elle sa vie ? Elle qui dit détester "les héros communs et les sentiments tempérés, comme il y en a dans la nature", elle y retrouve la même routine et des personnages insignifiants. Bovary est plus stupide que jamais et ne comprend pas sa femme. Il passe à côté de sa vie mais sans se poser de questions, sans souffrir. Quant à Rodolphe, l'amant d'Emma, c'est un rustre : il n'est qu'une désillusion supplémentaire dans la vie de l'héroïne.

Roman scandaleux parce que l'auteur ne condamne pas son héroïne, Madame Bovary ne fait pas l'éloge de l'adultère mais montre la condition de la femme mal mariée au XIXeme siècle. L'auteur ne condamne pas la lecture de romans mais un certain romantisme larmoyant. A chaque événement, Emma se projette dans les rêves décrits dans les livres : pour elle le coup de foudre est annoncé par des éclairs, des tempêtes... Son voyage avortée avec Rodolphe devait lui faire découvrir des villes dont les dômes seraient d'or, et elle est "en plein Walter Scott" lorsqu'elle assiste pour la première fois à un opéra... Le bovarysme, pour schématiser, c'est prendre la fiction pour la réalité. Surtout, il dénonce violemment, à mots couverts, l'étroitesse d'esprit des personnages, leur médisance, leur suffisance. Le curé se dit "guérisseur" des âmes mais lorsqu'Emma lui dit souffrir, ce dernier lui répond qu'il souffre aussi de la chaleur et puis du moment qu'il y a du feu et de la nourriture, de quoi se plaindrait-on ?

La lecture de ce roman de Flaubert réussit à faire surgir tout un monde médiocre et désenchanté, tout en intéressant le lecteur sur le sort de sa malheureuse héroïne. Cette relecture a été une belle redécouverte.

Flaubert, Madame Bovary, Petits classiques Larousse, 318 p.

Posté par maggie 76 à 06:57 - - Commentaires [16] - Permalien [#]