05 février 2020

PRIX AUDIOLIB 2020 : ISSN 2607-0006

Pour cette huitième édition du prix audiolib, nous serons 20 blogueurs pour choisir 5 finalistes parmi la sélection suivante de 10 livres audio :

belovedNé d'aucune femmeLe bal

dans la forêt

L'homme qui savait 001

Miroir 001

 

 

 

 

 

 

 

orangeQuelle belle sélection ! Je suis ravie de participer à ce prix et j'ai hâte de lire Beloved de Morrisson et Dans la forêt d'Hegland. Ce sera l'occasion, pour moi, de découvrir aussi des auteurs comme Gaëlle Noant ( La femme révélée), Pierre Lemaître ( Miroir de nos peines) ou Franck Bouysse (Née d'aucune femme). Il y a également Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz, L'homme qui savait la langue des serpents et Girl d'Edna O' Brien.

J'ai commencé à écouter Ici n'est plus ici de Tommy Orange et c'est vraiment une lecture dure mais passionnante pour en savoir davantage sur la culture des "indiens urbains", notamment les Cheyennes d'Oakland...

05

© Annie Starkey Photography

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.prix-audiolib.fr

Posté par maggie 76 à 13:36 - - Commentaires [20] - Permalien [#]


02 février 2020

C'est le premier, je balance tout ( janvier 2020) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marineLogo d'allez-vous faire lire

1) LES CHRONIQUES VENUES D'AILLEURS

31-BOR-previewAprès une pause en janvier, reprenons les bilans mensuels avec le dernier événement littéraire en date : le festival d'Angoulême 2020. Il a débuté le jeudi 30 janvier et a mis en exergue un média désormais porteur. Libération ou 20 minutes lui a consacré sa une ( ci-contre avec l'illustration de Pénélope Bagieu, qui a dessiné Cadavre exquis ou Culottées et qui sort actuellement Sacrées sorcières, adaptation d'un roman de Roald Dahl. On peut aussi y lire une interview d'Olivier Mimran où elle revient sur son parcours, son féministe et la parité artistique au festival d'Angoulême). Vous pouvez découvrir le palmarès du festival dans Bibliobs où j'ai pu découvrir avec ravissement que Le tigre des neiges d'Higashimura avait été primé !

3) MES LIVRES

Les-fiances-de-l-hiverAvec son quatrième tome, sorti en 2019, La passe-miroir de Christelle Dabos est certainement l'un des grands succès de cette décennie en matière de fantasy : et quel monde créé ! Une magnifique citacielle sert de décor à des intrigues familiales et politiques. comme cette romancière est imaginative ! Quel monde surprenant !

Et pourtant, le caractère des personnages et de leur caractérisation répétitive deviennent assez vite agaçants : une fois qu'on a compris qu'Ophélie était une timide jeune fille cachée derrière son écharpe et que son fiancé est immense et dédie tout son temps à son travail, on voit les personnages piétiner dans une histoire amoureuse dont on connaît d'avance le dénouement... J'ai abandonné au milieu du roman, mais si vous passez outre ce défaut vous pourrez certainement découvrir un très bel univers.

Dabos, La passe-miroir, Les fiancés de l'hiver, folio, Italie, Avril 2016, 593 p.

sur le web  : Lilly et ses livres, lectures sans frontière...

***************************************************

liens-du-sang-1-ki-oon© by ÔSHIMI Shûzô

La joliesse de la couverture aquarellée Les liens du sang ( volume 1) annonce le thème principal de ce manga : la relation entre un fils Seiichi et sa mère Seiko. Le père travaille énormément et il est rarement présent dans son foyer. Il y a assez peu de paroles dans ce manga et beaucoup de gros plans sur les regards des personnages (planche 1). En effet, Seiichi assiste en spectateur au comportement déplacé de sa mère qui ne peut s'empêcher d'être omniprésente dans sa vie, l'empêchant de voir ses amis. Les actions banales, le quotidien, la vie d'un jeune collégien sont rendus oppressants et angoissants par de petits détails complètement anodins : le souvenir d'un chat mort, les remarques du cousin sur la mère protectrice... Malgré la qualité des dessins, je ne pense pas poursuivre ce seinen qui ne traite que de relations familiales malsaines.

134418Double page Les liens du sang © by ÔSHIMI Shûzô

Oshimi Shuzo, Les liens du sang, Kl-oon, ( 7 volumes, en cours).

Sur le web : Le nez dans les livres,

 

 

4) MES ACHATS

Quelques nouveaux achats sont venus agrandir ma PAL comme la série Mary Grave de Yamagi ( 4 volumes), celle de Demokratia de Motoro Masé ( 5 volumes) ou deux autres séries de SF ( Heart gear de Takaki et Reset de Tsutsui). J'ai acheté aussi un classique de la littérature de jeunesse Peter Pan de Barrie - l'ai-je déjà lu ? - et j'ai commencé la saga du Sorceleur car à moins d'habiter dans une grotte sans connexion, vous êtes peut-être déjà sorcelés ! Folio m'a envoyé deux romans : Le discours de Fabrice Caro et Le diamant gros comme le Ritz de Fitzgerald.

La saison des oragesLe-discoursLe-diamant-gros-comme-le-Ritz

marry-grave-1-kana

Peter Pandemokratia 2

heart-gear-1-ki-oonreset

Posté par maggie 76 à 09:43 - - Commentaires [34] - Permalien [#]

01 janvier 2020

Bonne année 2020 !

Belle et douce année 2020 !

Illustration de Benjamin Lacombe

81687081_2944317525587929_7619107039179964416_o

Posté par maggie 76 à 09:06 - Commentaires [20] - Permalien [#]

31 décembre 2019

C'est le premier, je balance tout ( meilleurs voeux 2020) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marineLogo d'allez-vous faire lire

TOP : FILMS

Comme l'année dernière, j'ai dressé un palmares de 4 fims qui m'ont plu cette année : Dieu existe, son nom est Petruyna de Mitevska, At eternity's gate de Shnabel, The dead don't die de Jarmusch, Asako de Hamagushi.

DIEU EXISTE SON NOM EST PETRUNYA (2019) HD Streaming VOSTFR HD1080

ASAKO I&II Bande Annonce (2019) Romance

THE DEAD DON'T DIE - Official Trailer [HD] - In Theaters June 14

AT ETERNITY'S GATE Trailer NEW (2018) - Willem Dafoe Vincent van Gogh Movie

TOP : LIVRES

Zai-zai-zai-zai51qzg3EFLrLbm_CVT_Ma-memoire-assassine_4358

Le maître et margueriteFridaproduct_9782070380527_195x320

Le mur invisibledownload-741BPzoLNwDL

Forcément, parmi ma sélection de découvertes marquantes, figure Balzac dont les LC continuent et reprendront le 22 février 2020 avec La vendetta. Un autre auteur classique doit être cité, c'est Boulgakov avec Le maître et Marguerite auquel s'ajoutent deux classiques de science-fiction : La servante écarlate de M. Atwood et Le mur invisible de Haushofer. Parmi les auteurs contemporains, j'ai fait une belle découverte en lisant Que font les rennes après Noël ? de Rosenthal ( C'est la rubrique un peu foutraque, où il y a différents genres, sans classement, des romanciers qui n'ont rien à voir avec l'année 2019 et des oublis certains... J'ai mis un peu au hasard des souvenirs de lectures... et je pourrais aussi citer La note américaine de Grann mais il faut bien un moment que j'arrête ce catalogue homérique).

125583617Mes lectures d'auteurs coréens m'ont beaucoup plu aussi avec Les 7 yeux de chats de Choi Jae-Hoon, ou La mémoire assassine de Kim Youg-Ha.

J'étais hilare en découvrant le bédéiste Fabrice Caro avec son humour décalé ( Zai Zai Zai Zai) et ravie d'avoir lu les albums de Benjamin Lacombe, notamment Frida.

Dédale © Takachimi

Enfin, je citerai 4 univers de mangakas absolument fabuleux ( et un coup de ♥ pour Dédale de Takachimi) : Nihei ( Blame, Biomega et Aposimz), Gotouge (Démon slayer), et Oikawa ( Grendel).

grendel-1-komikku124856376_o125583352

« Grendel ». © MAKO OIKAWA /Demon slayer © 2019 by Koyoharu Gotouge / BLAME ! © Tsutomu Nihei

123666757

https://www.e-reader-forum.de/sonstiges/cafe/5594-interessante-oder-lustige-fundstuecke/?postID=239429&highlight=25s3j3c#post239429

Meilleurs voeux à tous et bonnes lectures !

Posté par maggie 76 à 03:35 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

30 décembre 2019

C'est le premier, je balance tout (décembre 2019) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marineLogo d'allez-vous faire lire

1) MES FILMS

DRAGONS 3 : LE MONDE CACHÉ Bande Annonce Finale en Français ! (Dessin Animé, 2019)

Au début de cette année 2019, sortait le dernier volet de la trilogie Dragons. Ce film d'animation allait-il être à la hauteur des deux premiers opus ? Nos deux héros, Harold et Krokmou continuent d'évoluer : le mignon dragon découvre l'amour en voyant une furie éclair et Harold tente d'être un chef viking pour les villageois de Beurk. Devenus trop nombreux depuis que les dragons cohabitent avec les humains, les vikings doivent changer d'île et tentent de trouver, comme le père d'Harold, le monde caché des dragons. En effet, le méchant Grimmel essaie de tuer le furie nocture.

On nous invite à un voyage initiatique où Harold et son dragon doivent trouver leur place dans le monde et faire leur preuve. C'est mignon, niais et disneylandisé et plein de bons sentiments. Les personnages sont caricaturaux et outranciers. Mais l'animation est fabuleuse et certaines séquences sont absolument magnifiques notamment lorsqu'on découvre enfin le fameux monde caché. Et comment résister aux prouesses techniques et à celles de Krokmou pour séduire la furie éclair ?

Dragons 3. Le monde caché, de Dean Deblois, 1h34.

Sur le web : Cauhapé Véronique, "Dragons 3 : dernier envol époustouflant pour les vikings et leurs dragons", Le monde, mis en ligne le 6 février. URL : https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/02/06/dragons-3-dernier-envol-epoustouflant-pour-les-vikings-et-leurs-dragons_5419818_3246.html

x1080

2444492

Dragons 3. Le monde caché © Universal pictures

2) MES LIVRES

J'ai lu plusieurs mangas historiques ce mois-ci : Le tigre des neiges de Higashimura, Kingdom de Yasuhisa, Bounder d'Oyama et Peleliu de Takeda. Vous ne connaissez pas encore la BD de Bagieu, Culottées ? C'est le moment de la lire car elle sort en format poche chez Folio. Si vous aimez ou si vous ne connaissez pas encore Laurent Binet, vous pouvez lire Civilizations : c'est un excellent roman qui mêle histoire et fiction. Verte de Desplechin et Ce que savait la nuit d'Indridason, Où les roses ne meurent jamais de Stalesen sont des séries à découvrir dans des genres bien différents... Je n'ai pas publié mon billet sur La vendetta - encore une excellente nouvelle de Balzac - donc il est reporté au 22 février, après une pause en janvier...

ce que savait la nuitPeleliu125559485_o

bounderkingdom-1-meianBagieu

le tigre des neigesCivilizationsverte

3) MES ACHATS

time-shadows-1-kanaCette fois-ci, j'ai fait plusieurs achats autour de mangas policiers : Museum de Tomoe, Strange fruit d'Asada, Time Shadows de Tanaka. J'avais déjà dans ma PAL Le Bateau de Thésée d'Higashimoto et Le mystère de Taisho de Kei Tome.

A cela s'ajoute quelques classiques tels que La traversée de Paris de Marcel Aymé ou une autobiographie plus récente Neverland de T. de Fombelle.

Pour Noël, j'ai eu des nombreux livres : Les volumes 2, 3 et 4 de Peleliu, Le vice-consul de Duras et Harry Potter, le prisonnier d'Azkaban de J.K. Rowling...

peleliu-4-vegapeleliu-2-vegaHarry-Potter-et-le-prisonnier-d-Azkaban

pelelui-3-vegaLe vice consulNeverland

museum 1La traversée de PArisstrange fruit 1

Posté par maggie 76 à 12:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


29 décembre 2019

Où les roses ne meurent jamais de Gunnar Staalesen : ISSN 2607-0006

où les roses ne meurent jamais

Si vous ouvrez un roman policier où un inspecteur boit sans mesure, sombre dans le désarroi à cause de la mort d'un proche, rencontre des problèmes innombrables, c'est que vous lisez un polar nordique : " Une espèce de tristesse tomba entre nous. Nous semblions avoir admis que la vie n'était peut-être pas ainsi, en fin de compte : une scène où l'on avait toujours besoin d'un souffleur fidèle pour aller d'une aile à l'autre tranquillement, sans risquer d'être victime d'un concert de sifflets dans la salle ou d'un massacre en bonne et due forme dans la presse le lendemain" (p. 273). Mais la particularité du personnage de Gunnar Staalesen est d'être un privé : narrateur à la première personne, on suit son enquête comme dans un hard boiled. Le détective privé commence par évoquer un braquage qui semble sans lien avec les recherches qui vont suivre. Cependant, on comprendra in fine les rapports qu'il entretient avec l'enquête principale.

family_gettyimages-543323647_hr_web

Bergen © Getty

Lors d'un braquage, un homme vivant anciennement dans une "communauté d'habitation de Solstolen" décède accidentellement. Un accident ? Existe-t-il un lien avec la disparition d'une fillette de 3 ans dans cette petite communauté ? Comme la date de prescription approche, la mère de la fillette fait appel à Varg Veum pour savoir ce qu'il lui est arrivé. Va-t-il retrouver l'enfant alors que les efforts de la police ont été vains ?

"Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark", dit l'un des personnages, où plutôt à Bergen. Effectivement, les investigations faites autour de ce drame vieux de 25 ans, amène Varg Veum à déterrer de nombreux secrets enfouis, tout en restant alcoolisé et désabusé : "Je me sentais comme un chat en quête de souris dans un entrepôt frigorique dont toutes les portes étaient fermées depuis des lustres. Sans trop d'illusions, autrement dit" (p. 66). Tout en menant ses investigations, notre privé rencontre des femmes fatales, des tueurs à gage... mais comme il a travaillé dans le service de la protection de l'enfance, tout un pan de l'enquête concerne les traumatismes de jeunes enfants, leurs répercutions sur la vie d'adulte...

Quinzième opus, Où les roses ne meurent jamais se révèle être un bon polar nordique, avec son personnage attachant et ses comparaisons sans pareil, montrant obliquement les changements de la société norvégienne - notamment les changements architecturaux - et ses dérives.

Staalesen Gunnar, Où les roses ne meurent jamais, Folio, Barcelone, novembre 2019.

Partenariat Folio

Autres romans : L'enfant qui criait au loup

Posté par maggie 76 à 21:24 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

26 décembre 2019

Peleliu (volume 1) de Takeda : ISSN 2607-0006

Peleliu4

© Kazuyoshi Takeda 2018

Des photographies en couleur, puis les dessins du mangaka nous introduisent dans la guerre du Pacifique, en l'été 1944. Sur cette île considérée comme stratégique, 50 000 mille soldats américains et japonais vont s'affronter. Pour nous montrer la réalité de la guerre, Kazuyoshi Takeda, avec le concours de Masao Hiratsuka, membre du Groupe de Recherches sur la Guerre du Pacifique, s'est appuyé sur de nombreux ouvrages même s'il a pris de petites libertés avec la réalité, ce qu'il explique dans un bonus final, précédé d'une bibliographie.

27 PeleliuDans Peleliu, nous suivons les pas d'un jeune soldat, Tamaru, son quotidien, sa découverte des réalités de la guerre. Avec des dessins ronds et enfantins, ce seinein ne cherchent pas à atténuer les cruautés de la guerre. Tamaru, qu'on voit dessiner car il veut devenir mangaka, est confronté à de nombreuses morts absurdes et en devenant "attaché au mérite", il est chargé d'écrire des lettres mensongères aux familles.

Pl. 1 © Kazuyoshi Takeda 2018

Propagande, attaque des Américains, morts des camarades, souffrances des soldats : à travers ses dessins simples, le mangaka arrive toutefois à nous plonger dans l'enfer de la guerre. Des bonus nous instruisent sur les grades militaires, la situation de Peleliu ou les stratégies militaires. Un très bon seinen historique pour découvrir la guerre du Pacifique...

Takeda Kazuyoshi, Peleliu, Guernica of paradise, volume 1 (8 volumes, série terminée), Vega, France, septembre 2018.

1175405-peleliu-t1-definitif-page-a-page-98

Pl. 2 © Kazuyoshi Takeda 2018

Posté par maggie 76 à 01:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 décembre 2019

Joyeux Noël 2019 !

noel-game-of-thrones-600x375

Posté par maggie 76 à 07:12 - Commentaires [12] - Permalien [#]

22 décembre 2019

Ce que savait la nuit d'Indridason : ISSN 2607-0006

125317087_o

 Design VPC - Illustration © Dhwee/Getty Images

Vous vous souvenez de la récente trilogie des ombres, le passage des ombres, Dans l'ombre La femme de l'ombre ? Dans ces romans policiers apparaissait Konrad, nouveau personnage récurrent. Dans ce volume Ce que savait la nuit, il est à la retraite et doit faire face à son passé. Il doit affronter des problèmes personnels comme l'assassinat de son père, un escroc se faisant passer pour un voyant. Son passé ressurgit avec son cortège de mauvais souvenirs... Un inspecteur à la retraite ? Comme dans la trilogie, une vieille affaire vient l'arracher à sa vie de grand-père gardant deux petits-enfants. Un homme tué lors d'une altercation réapparaît dans un glacier en train de fondre...

Vous reconnaissez certainement toutes les vieilles ficelles utlisées dans les précédents romans de l'auteur. Un cold case, une vie privée tourmentée, de nombreux dialogues, une enquête sans esbrouffe loin des incroyables rebondissements des polars nordiques de Nesbo. Dans les romans d'Indridason, c'est doucement mélancolique ( ce que rend bien la lecture de Martin Spinhayer qu'on peut entendre sur le site audiolib), ça ronronne un peu mais on se laisse prendre dans cette atmophère où les motivations des personnages, leurs sentiments sont plus importants que d'incroyables retournements de situations.

Certes le roman n'est pas follement orginal mais Indridason parle du quotidien, des réalités banales comme le harcèlement scolaire, des anciennes traces de l'occupation américaine, de la contrebande exitant à l'époque, la fonte du glacier Langjökull... Ce n'est pas le meilleur roman de cet auteur mais on croise à nouveau la route de Konrad devenu comme un vieil ami et on se laisse doucement emporter dans cette enquête...

Indridason, Ce que savait la nuit, Audiolib, lu par Martin Spinhayer, 7h59, novembre 2019, France.

Autres romans : La femme de l'ombre, Dans l'ombre, tome 1, Le passage des ombres, L'hiver arctique, L'homme du lac, Le lagon noir,

Sur le web : Champenois Sabrina, "Arnaldur Indridason, Actes dégueulasses au pays des glaces", Libération, mis en ligne le 7 février 2019. URL : https://next.liberation.fr/livres/2019/02/07/arnaldur-indridason-actes-degueulasses-au-pays-des-glaces_1707803

Partenariat Audiolib

 

Iceland-Langjokull-glacier

Glacier de Langjökull, Islande, National Geographic

1024px-Islande_Kaldidalur_Langjokull

Glacier de Langjökull, Islande, Wikimedia

Posté par maggie 76 à 09:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

18 décembre 2019

Verte de Desplechin : ISSN 2607-0006

waterhouseVictor Muller

Waterhouse ( 1849-1917), Le cercle magique/ Victor Muller ( 1829-1871), Blanche-Neige et la vieille

sorcieresDe la sorcière au nez crochu telle que l'a popularisée Disney à l'érudite sorcière Hermione Granger, l'image de la sorcière a beaucoup évolué ces dernières années. Devenue une tendance lifestyle, un business ou des pratiques ancestrales, la sorcière incarne de nos jours "la femme avec un grand F, celle qui, libérée du patriarcat, fait bouger les lignes pour sauver le monde. Vive la transgression, vive la magie" ("ce que sorcière veut dire", Les sorcières, histoire d'une renaissance, p. 6).

Grâce au hors-série du Point, on traverse les époques pour évoquer les magiciennes comme Circé ou Médée, les grands procès en sorcellerie mais aussi les films cultes portant sur ce thème ou les animaux associés à ces femmes.

Hermione-Grangerkiki-jiji-SORCIERE-BN

Blair witch 001 - CopieMaléfique

Hermione Granger/  Kiki, La petite sorcière, Miyazaki/ Blanche-Neige et les sept nains/ Ma sorcière bien aimée/ Maléfique

Richement illustré, il propose même une brève analyse du tableau Frans Francken. La marche de l'histoire consacre aussi une de ses émissions aux récits de sorcellerie dans laquelle on peut entendre Le sabbat d'Alfred Schnittke par l'Orchestre du Théâtre de Bolchoï.

verteDans le sillage d'Harry Potter, le jeune sorcier, Desplechin s'empare aussi de la figure devenue iconique de la sorcière pour parler de sujets contemporains comme la normalité dans une famille dans laquelle on a "l'habitude des dingues" ou l'héritage.

A travers son récit humoristique, elle décrit les relations entre une fille, Verte, et sa mère sorcière. Cependant, Verte refuse cet héritage qu'elle trouve trop encombrant. Mais à quoi ressemble une sorcière de nos jours ? Finalement, peu de véritable magie est présente dans le récit même si l'histoire s'appuie sur des éléments traditionnels comme les mandragores ( synthétiques pour certaines...), les grimoires ou les sorts.

"Sorcière, tu es née, sorcière tu dois devenir" (p. 29) : La véritable magie se situe autre part, notamment dans la composition du roman - qu'il ne faut pas révéler pour laisser la surprise aux lecteurs - et dans la richesse des thématiques : Verte décrit aussi la construction de soi à l'adolescence, les rapports familiaux entre générations, la découverte de l'amour... Le roman de Desplechin fait partie de ces livres magiques dont parle justement un sorcier, Harry Potter : " Il y avait même un livre qu'on ne pouvait plus s'arrêter de lire une fois qu'on avait mis le nez dedans"( Harry Potter, à l'école des sorciers).

verte Léna

© Julien Piffaut

Adapté par Léna Bréban, la pièce Verte retranscrit parfaitement l'univers de Desplechin. Le choix de points de vue différents disparaît mais l'univers féérique a été accentué : brume, objets qui se meuvent seuls, décors qui apparaissent... La mise en scène dynamique est rythmée par des musiques, des danses, des lumières recréant une ambiance onirique - avec un arbre particulièrement extraordinaire - mais aussi assez réaliste comme dans le roman. Le caractère des personnages est bien retranscrit grâce à un jeu d'acteurs extrêmement enlevé. Une très belle pièce !

Desplechin, Verte, L'école des loisirs, Novembre 2018, France, 175 p.

Verte, mise en scène de Léna Bréban, avec Rachel Arditi, Céline Carrère, Pierre Lefevre/ Julie Pilod, 1h10

Hors-série, Les sorcières, Histoire d'une renaissance, Le point,n° 4, Novembre-décembre 2019, 90 p.

Sur le web : La marche de l'histoire. 2018. Les récits de sorcellerie, France culture. Animée par Jean Lebrun. 19 février 2018.

125487768

John D. Batten, La belle au bois dormant

Posté par maggie 76 à 05:06 - - Commentaires [26] - Permalien [#]