04 janvier 2018

Norcturnal animals, Tom Ford : ISSN 2607-0006

415908

Tom Ford avait déjà réussi un film particulièrement esthétique : A single man. Avec Nocturnal aminals, on retrouve de magnifiques couleurs contrastées, des paysages somptueux ( même la mort est esthétisée !). C'est une variation aussi sur le deuil d'un amour de jeunesse et sur la solitude. Mais le scénario se déroule de manière originale et la fin n'est pas aussi perssimiste que le laisse entendre la violence des images et la souffrance des personnages. Mais qui sont les personnages ? Quel est le synopsis ?

nocturnal animals BA

Susan est une galeriste, originaire d'une famille catholique texane et délaissée par son mari. Elle reçoit un roman de son ex-mari. Insomniaque, elle commence à lire le roman, qui met en scène une famille, qu'on visualise sous les traits d'Edward et d'une femme qui lui ressemble. Sur une route du Texas déserte, Edward et sa famille se font agresser. Parallèlement à la lecture du roman, Susan s'interroge sur sa vie présente...

nocturnal-animals-trailer-965337

Ce film est riche de symboles et porté par des acteurs qui jouent avec une grande justesse. Le film n'est en rien sentimental et met en parallèle une enquête très violente - celle racontée dans le roman - et la vie de Susan. Est-elle heureuse ? A-t-elle fait les bons choix ? L'histoire racontée par le roman est angoissante, pleine de suspense, s'opposant à la vie très normée de Susan : ce changement de rythme nous tient en haleine jusqu'au bout. Outre les thèmes que j'ai déjà cités - la solitude, le deuil, l'amour - s'ajoute aussi me semble-t-il une réflexion sur l'art contemporain, les écrivains et l'art qui peut directement impacter la vie réelle.

Nocturnal animals, Tom Ford, 116 min, avec Amy Adams, Jack Gyllenhaal, 2016

NOCTURNAL ANIMALS - Official Teaser Trailer - In Select Theaters November 18

Posté par maggie 76 à 21:26 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


01 janvier 2018

C'est le premier, je balance tout (Meilleurs voeux 2018) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marine

Logo d'allez vous faire lire

TOPS : FILMS

Mon palmarès n'a rien d'original, surtout que j'ai vu moins de films cette année et que je n'ai pas pu voir 3 longs métrages qui me tenaient à coeur : Okja de Bong Joon Ho, Un homme intègre, et Blade runner 2049 de Villeneuve.

La planète des singes, suprématie, Matt reeves

203328

Le Caire confidentiel, Tarik Saleh

le_caire_confidential_-_affiche

Get out, Jordan Peele

487327

MV5BNzA1Njg4NzYxOV5BMl5BanBnXkFtZTgwODk5NjU3MzI@okjasingle286045854

TOPS : LIVRES

Même chose pour les livres : mes lectures se sont réduites à une peau de chagrin ! Je vais, en outre, vous présenter des livres dont je n'ai pas parlé pendant l'année mais qui m'ont marquée.

51Jmw8jNJPL

Ce roman jeunesse est une merveille : Lyra vit accompagnée de son daimon Pantalaimon et d'Erudits. Elle est intriguée par la Poussière évoquée par son oncle Lord Asriel. Lorsque son ami Roger est enlevé, Lyra part à sa recherche... De l'aventure, des psychologies développées sans infantilisation, des personnages attachants, des rebondissements où l'auteur n'a pas hésité à introduire de la cruauté, de la noirceur, plusieurs milieux inventifs. Bref, l'accumulation des qualités de ce roman pourrait être longue : une belle surprise ! J'ai hâte surtout de découvrir la suite des aventures de Lyra !

A la croisée des mondes, Le royaume du Nord, Pullman, folio 533 p.

index61036

Le regard de Ken Liu et Le poids du coeur de Montero sont deux romans qui parlent sensiblement des mêmes sujets, dans des styles très différents : ces auteurs questionnent la finitude de l'homme, notre monde contemporain, les dérives de la technologie en utilisant la structure d'une enquête.

51LXHYSWgYL

Après Piste noire où nous avons découvert un inspecteur cynique et bougon, dans Froid comme la mort, il est à nouveau confronté à meurtre : une femme est retrouvée pendue dans son salon. Suicide ? Assez rapidement, il découvre que c'est en réalité un meurtre. Mais le vrai coupable n'est pas celui qu'on croit. Voici l'inspecteur le plus désagréable, le plus mal embouché, le plus sarcastique confronté à l'anniversaire de sa maîtresse, au mauvais temps hivernal de l'Aoste, à la bêtise de ses agents, à un assassinat, qui va se résoudre avec un clin d'oeil à la littérature. Sans avoir l'air d'y toucher, avec son personnage original et avec de l'humour noir, Manzini place au coeur de son roman un problème sociétal. Dans les remerciements, Manzini souligne qu'"il y a 122 cas de féminicide en Italie, selon la Maison internationale de la femme de Rome".

Manzini, Froid comme la mort, 293 p., Folio policier.

9782705802448_1_75

Enfin, Monsieur Jabot de Topffer, l'inventeur de la BD, dont l'humour est délicieux ! Bouvier soulignait d'ailleurs "le rire qui monte de ses albums" dans Boisonnas.

tumblr_mfwmcdeZV31qig4rjo1_500

"Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais" (Wilde)

Bonne année & belles lectures pour 2018...

Posté par maggie 76 à 11:39 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

24 décembre 2017

Joyeux noël 2017 ! : ISSN 2607-0006

doctor-who-bbc-christmas-ident-tardis-snow

Posté par maggie 76 à 00:10 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

16 décembre 2017

La quête d'Ewilan, 2. Les frontières de glace, Bottero : ISSN 2607-0006

9782367624280-001-T9782356417701-T

Audiolib présente des romans policiers, "bien-être et spiritualité", des essais et se lance dans la littérature jeunesse : ici, sur le site. Quelle bonne idée ! Je vous ai déjà présenté Hunger Games et je suis en train d'écouter Songe à la douceur de Beauvais. Je vous propose aujourd'hui de vous parler d'un livre de Bottero.

bm_18666_aj_m_6823

L'année dernière, j'ai lu le tome 1, intitulé  la quête d'Ewilan, "D'un monde à l'autre", où j'ai pu découvrir Camille, une adolescente vivant dans notre monde contemporain. Mais son vrai nom est Ewilan lorsqu'elle rejoint, par un pas sur le côté, Gwendalavir. Ce royaume enchanté - où on peut dessiner des images qui prennent vie - est sous le pouvoir des Ts'liches, qui ont enfermé dix humains ( les figés), très puissants par leur imagination.

116560774_o

Dans ses pérégrinations, l'héroïne est accompagnée de son ami Salim, originaire du même monde qu'elle,  d'une marchombre ( une jeune femme extrêmement douée pour le combat); d'un rêveur ( il peut guérir les blessures), d'un chevalier Bjorn et de Duom ( une vieil analyste, un savant). A ce groupe, s'ajoute un Faëls, sorte d'humain plus petit et plus agile... Une fois accoutumé à tous ces personnages dans le premier volume, on peut voir, dans ce nouvel opus, Ewilan combattre des rais ( monstres à la solde des Ts'liches) car elle se rapproche des Figés.

Deux sentiments dominent à l'écoute de cette histoire : tout d'abord, j'ai admiré la place laissée à l'imagination. C'est grâce à elle que le personnage principal arrive à se sortir de tous ses mauvais pas. En outre, cette même imagination a permis de construire des villes et des objets d'une très grande beauté : "Jaillissant de la plaine comme un bastion inexpugnable, un plateau rocheux aux bords verticaux s'élevait à une cinquantaine de mètres. La capitales était construite à son sommet, tours défiant le ciel, coupoles de nacre, passerelles arachnéennes. Chacun des toits semblait tissé de lumière et l'enseble tenait davantage du chef-doeuvre prêt à l'envol que de la ville classique". Les descriptions sont brèves et l'action domine dans ce roman destiné aux 8-11 ans, mais jamais le vocabulaire n'est enfantin.

En revanche, l'histoire n'est pas neuve. Ewilan est blessée par un Ts'liche et ressent une douleur à chaque fois qu'elle est proche d'eux. Le faëls est un être très agile et maniant l'arc avec dextérité. Salim apporte de la gaieté et de l'humour. Les hordes raïs ressemblent à des gobelins et Ewilan doit affronter un dragon etc... bref, cela ne vous rappelle rien ? J'ai trouvé beaucoup de similitudes dans cette quête avec Le seigneur des anneaux.

Le livre est bien écrit mais clairement destiné à la jeunesse. La voix, celle de Kelly Marot, que vous avez pu entendre comme "voix française de Jennifer Lawrence" dans la série Hunger Games, permet de donner vie à cette histoire avec beaucoup de dynamisme et les courts chapitres permettent une écoute facile... Vous pouvez écouter un extrait ici.

La quête d'Ewilan, Les frontières de glace, Bottero, 6h37, texte intégral lu par Kelly Marot,

Merci audiolib pour ce partenariat.

Posté par maggie 76 à 20:29 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

09 décembre 2017

C'est le premier, je balance tout (novembre 2017) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marineLogo d'Allez vous faire lire

1) LES CHRONIQUES VENUES D'AILLEURS

9782749152523WEB

 Un billet intitulé "c'est le premier, je balance tout", publié le 9 du mois ne paraît pas logique. Cela ne va pas m'empêcher de vous parler littérature... Ce mois-ci, en me promenant dans le labyrinthique réseau de blogs, j'ai déniché Derniers regards de William H Gass. Peut-être connaissez-vous ce nom ? Océane en parle avec tant de passion que je l'ai noté, me promettant de l'acheter ou de le lire au plus vite : ici son billet.

9782253161134-001-T

Un autre billet passionné a occasionné un achat, celui de Claudia qui parle de la "poésie du grand nord" avec les contes d'Andersen. Je ne les connais pas tous. C'était donc l'occasion pour moi d'acheter l'édition illustrée par Dulac.

2) MES TOPS...

Commençons par une exposition : "Le théâtre du pouvoir", au édition du Louvre.

Ici, sur le site du Louvre, un aperçu de la collection. Quel rapport entre l'art et le théâtre ? Comment la scénographie du pouvoir est-elle représentée dans les arts ? Plusieurs parcours de l'Egypte ancienne, en passant par le fameux couronnement de Napoléon et en s'arrêtant sur les attributs de la République, sont détaillés. N'ayant pas l'occasion d'aller voir l'exposition, voici un livre qui comblera en partie la visualisation des oeuvres du Louvre.

theatre-du-pouvoir-petite-galerie-du-louvre

Parmi mes dernières découvertes, je vous avais parlé de Monsieur Jabot de Toepffer ("le plus féroce des bédéistes", selon Bouvier dans Histoires d'une image) qui décrit la vie de Mr Jabot. Quelle est son ambition ? Plaire aux aristocrates et se conformer aux usages du monde, à ce qui est convenu, attendu d'un homme du monde. Toepffer en profite pour le ridiculiser : Mr Jabot se retrouve ainsi accroché à un clou, tombe à de nombreuses reprises et prend feu ( ci-dessous). L'auteur se moque donc de notre personnage arrogant et suffisant. Les traits de dessins sont simples et confinent à la caricature : considéré comme le père de la BD, je rapprocherai plutôt ses planches des romans graphiques...

jabot30a-1Je continue avec constance à écouter des audiolivre : rien de mieux pour vous accompagner dans les longues files d'attentes, les trajets dans des transports en communs. Ce mois-ci, le tome 2 de la quête d'Ewilan de Bottero m'a tenu compagnie...

116560774_o

3) MES ACHATS

Ruffin est un auteur qui aborde toutes les époques et tous les genres. Etant assez surprise de voir qu'il avait même écrit une utopie, j'ai fait l'acquisition du livre, assez curieuse de voir comment il imaginait notre société dans Globalia... Même surprise devant ce titre de Balzac, Un début dans la vie, qui ne me semble pas très connu... et après ce classique, j'ai acheté un livre contemporain Réparer les vivants, qui a été adapté récemment et qui a été très médiatisé...

413cVpSFWrL51F281RJCMLGlobalia

Posté par maggie 76 à 20:13 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


02 décembre 2017

Ken Liu, la ménagerie de papier : ISSN 2607-0006

product_9782070793105_195x320

19 nouvelles sont rassemblées dans La ménagerie de papier aussi dissemblables les unes que les autres. Quel foisonnement ! "La plaideuse" est une enquête policière. "Le peuple de Pélé" ou "Renaissance" racontent la rencontre avec d'autres peuples extraterrestres. "Trajectoire" médite sur la mort et "L'oracle" ou "Faits pour être ensemble" abordent les nouvelles technologies.

Pourtant, ces nouvelles se cristallisent autour de l'altérité et les différences de culture, de l'imagination au pouvoir, de la mémoire et de la langue. En introduisant des thèmes originaux, Ken Liu arrive à renouveler le genre de la SF. Certains sont plus classiques. Prenons, par exemple, "L'algorithmes de l'amour" : cette nouvelle s'interroge sur l'âme des androides. Une poupée semblable à l'homme peut-elle remplacer un enfant mort ? Quant à "Faits pour être ensemble", ce court récit fait penser à 1984 ou le film The circle : l'ultrasurveillance est-elle acceptable ? "L'oracle" dans la nouvelle éponyme permet de prédire les crimes futurs (comme les précop de P. K. Dick). Cependant, ces nouvelles ont toujours un aspect surprenant, une chute qui permet de ne pas avoir l'impression de relire de pâles copies du genre.

L'auteur, né en Chine, a émigré aux EU à 11 ans nous informe la succincte biographie dans l'ouvrage Folio : cet élément ne semble pas anodin. La rencontre avec d'autres cultures extraterrestres est au coeur de nombreuses nouvelles : cohabitation ou incompréhension, l'auteur imagine différents scénarii, sans tomber dans l'idéalisme, la diabolisation... C'est justement là où réside l'art de cet écrivain qui sait nuancer les caractères, les situations, ses univers. Prix Hugo, prix Nebula, prix Seiun, World fantasy award, Grand prix de l'imaginaire ont bien été mérités pour ce recueil.

Ken Liu, La ménagerie de papier, folio SF, 503 p.

Autrres romans de Len Liu : L'homme qui mit fin à l'histoire, Le regard.

Merci Folio pour ce partenariat, site ici.

Posté par maggie 76 à 20:16 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

18 novembre 2017

Promesse de Jussi Adler-Olsen : ISSN 2607-0006

fvus

J'ai découvert le fameux auteur danois, Jussi Adler-Olsen, créateur des enquêtes du département V, via une adaptation : Profanation est une enquête assez sombre, dont les suspects évoluent dans les hautes sphères de la société danoise. La série est noire, mais peu originale. J'ai un souvenir assez précis de l'intrigue mais j'ai complètement oublié la personnalité des enquêteurs, ne me rappelant que de la belle qualité de l'image et d'une intrigue à nous tenir en haleine.

Profanation, de Mikkel Norgaard, 2015, 1h59

9782367624150-001-T

Dans la sixième enquête du département V, Promesse, un policier se suicide le jour où il prend sa retraitre car il n'arrive pas à résoudre une enquête et il a demandé de l'aide à Carl Morck. Il enquêtait sur la mort d'une jeune fille renversée par un chauffard, affaire vieille de 17 ans. Deux histoires se mettent en place et finiront par se rejoindre : parallèlement à l'enquête du trio, est développée une histoire de secte, des adorateurs du culte du soleil.

Quelle n'est pas ma surprise quand je découvre plusieurs éléments comiques, voire plutôt de l'humour noir dans les premiers chapitres alors que je croyais que l'univers de cet auteur était très sombre ! La mort d'un cousin laisse notre inspecteur Carl Morck complètement indifférent, voire juge cyniquement le frère de ce cousin intéressé. Ensuite, son assistant Assad prend à la lettre les expressions lexicalisées créant du comique de mots.

Le romancier a su doser plusieurs ingrédients traditionnels : vie privée des enquêteurs, actions, rebondissements... . Assad se fait appeler Said mais nous n'en saurons pas plus dans cet opus. On assiste aux relations familiales et sentimentales de Morck. Le roman est un peu bavard, avec de nombreuses intrigues secondaires, mais à l'écoute, cela n'est pas gênant : les chapitres étant découpés en petites parties s'écoulant rapidement. Toutefois, ce roman policier reste une lecture de divertissement, étant donné qu'aucune dimension particulière n'est développée, si ce n'est le fonctionnement des sectes, mais là, rien de bien nouveau... Disons que cet opus-là ne me paraît pas remarquable mais se laisse écouter facilement...

Jussi Adler Olsen, Promesse, Audiolib, 16h53, lu par Julien Chatelet. Présenté ici, sur le site audiolib, que je remercie pour ce partenariat. Vous pouvez y écouter un extrait et le résumé.

Participation au challenge nordique de Margotte.

Posté par maggie 76 à 18:01 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

11 novembre 2017

Dans l'ombre d'Indridason : ISSN 2607-0006

unnamed

148992_image_66563-crop

Image de l'" Europe des écrivains : l'Islande"

Le documentaire diffusé sur arte " L'Europe des écrivains : L'islande" montraient trois auteurs présenter leur île : Thorarinsson, auteur de polars, Stefansson et Olafsdottir. Ces auteurs soulignaient des aspects primordiaux dans la littérature et l'histoire du pays : l'importance de la nature violente et aride, la crise écomonique du XXeme siècle et la "Situation", c'est-à-dire l'occupation des Américains pendant la seconde Guerre Mondiale.

148992_image_66577-crop

Image de l'" Europe des écrivains : l'Islande"

C'est d'ailleurs cet aspect-là que le premier opus, Dans l'ombre, de cette trilogie policière développe : sur fond de nazisme et d'occupation américaine, se noue un drame sentimental et idéologique. 

9782367624297-001-T

 Point d'Erlendur, mais un duo d'enquêteurs, dont les personnalités sont juste esquissées, va tenter de résoudre cette affaire. Flovent, enquêteur islandais et Thorson,  enquêteur militaire. On a découvert dans un appartement de Reykjavik, un représentant de commerce tué d'une balle, avec une croix gammée sur le front. Mais assez vite, on s'aperçoit que la véritable cible était le fils d'un directeur d'école, qui aurait des accointances avec les nazis. Tout un passé sombre va ressurgir.

Surtout, leur enquête les amène à interroger les militaires américains, permettant à l'écrivain islandais de décrire l'influence de ces jeunes soldats dans le pays, mais aussi à interroger des gens vivant dans des endroits reculés montrant l'aspect plus rural du pays ( dimension sociétale qu'on trouve avec bonheur dans ses précédents romans comme La femme en vert ou ou L'homme du lac). Indridason lorgne vers le roman d'espionnage pour ce premier volume de la trilogie des ombres, sans tomber dans des complications incompréhensibles. Si les dialogues patinent un peu, on attend tout de même impatiemment la suite...

La mise en voix de ce texte présente de grandes qualités, mais les changements d'intonation lors des dialogues m'ont paru un peu excessifs. La lecture est suffisamment expressive sans les cabotinages. Vous pouvez écouter un extrait ici.

Dans l'ombre, Indridason, lu par P. Réismont, 9h03.

Merci Audiolib pour ce partenariat.

Participation au challenge nordique de Margotte.

Posté par maggie 76 à 19:42 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

04 novembre 2017

C'est le premier, je balance tout ( octobre 2017) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marineLogo d'allez vous faire lire

1) LES CHRONIQUES VENUES D'AILLEURS

268716547135673770902428196051

Avec un peu de retard, je vous livre mes dernières lectures et trouvailles. Sur la route du cinéma propose plusieurs chroniques de films sortis en octobre : comme je n'ai pas eu beaucoup de temps ni pour lire, ni pour aller au cinéma, voici un petit florilège vraiment tentant. En exergue, je mets Zombillenium qui est vraiment de saison mais aussi Knok ( un cauchemar de collégienne !). Et voici le lien vers son site pour lire d'autres critiques...

2) MES LECTURES

ththHistoire-de-Mr-Jabot-Rodolphe-Töpffer-Les-Bourlapapey-Bibliothèque-numérique-romande

117630450117474767117474721

 ...MES TOPS

Plus qu'un roman, je viens de découvrir un auteur dont je lis à présent le troisième ouvrage traduit : Ken Liu.

product_9782070793105_195x320

...MES FLOPS

la-vague

Inspiré d'une histoire vraie, La vague décrit la démonstration d'un professeur : qu'est-ce qu'une dictature ? Mesurant mal les conséquences de ses leçons, l'auteur veut montrer le danger du totalitarisme. C'est un livre qui se lit facilement donnant une vision assez manichéenne et simpliste de l'embrigradement de jeunes pour une idéologie (mais finalement, peut-être qu'il n'est pas si éloigné de la réalité...). Disons, que ce message a été donné de manière plus remarquable dans La ferme des animaux par exemple...

Le livre de Strasser a été adapté en film mais je ne l'ai pas trouvé plus intéressant que le livre. Seul différence majeure, le réalisateur a transposé l'histoire en Allemagne.

3) MES ACHATS

Loin de la rentrée littéraire, quelques classiques sont venus rejoindre ma PAL...

thth51+uscKa4yL

Posté par maggie 76 à 01:44 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

28 octobre 2017

Le regard/ L'homme qui fit fin à l'histoire de Ken Liu : ISSN 2607-0006

Nouveaute_livres

L'homme qui mit fin à l'histoire commence comme un livre de SF avec tout un jargon scientifique pour décrire la manière dont les voyages dans le temps ont été rendus possibles. Mais ce n'est pas un voyage dans le temps typique : les personnages ne veulent pas changer le passé, découvrir leur futur ( comme La machine à explorer le temps, de HG Wells) mais témoigner !

En effet, ce récit nous réserve une double surprise : tout d'abord la forme du récit est celle d'un documentaire aves les témoignages de personnes interrogées, et de séquences sur les deux chercheurs principaux, leurs lieux de travail... Ensuite, l'auteur pose un questionnement sur la mémoire et l'éthique : est-on responsable des actes de ses parents ? doit-on s'en souvenir ?

La dimension historique se prolonge par la découverte de ce passé, de l'unité 731 : en Chine, pendant la seconde Guerre Mondiale, des Japonais ont effectué des vivisections sur des Chinois. Le thème est très dur mais le roman vaut le détour.

L'homme qui mit fin à l'histoire, Ken Liu, Le bélial, p. 106

Le_Regard-Ken_Liu

Alors que sur nos écrans a déferlé Blade Runner 2049, qui comme le film de Ridley Scott aborde la question des replicants, Ken Liu a imaginé une détective Ruth Law dont la particularité est d'être augmentée : elle a un régulateur, l'empêchant de sombrer dans la dépression et des muscles renforcés... Elle doit enquêter dans une sombre affaire de meurtres de prostituées : ces dernières sont toutes énucléées.

Ce bref récit sobre semble influencé par les nouvelles de P. K. Dick (biographie sur le site Larousse) et montrent des points de ressemblance avec Les larmes sous la pluie de Rosa Montero.  Les dérives des nouvelles technologiques ne sont pas une nouveauté mais Ken Liu arrive tout de même à nous attirer dans son univers pas si éloigné du nôtre. Est-ce la simplicité de son écriture ou l'humanisme irréductible de son enquêtrice qui nous séduit  alors que le thème n'est pas original ? Ken Liu a réussi à écrire une courte enquête prenante où les technologies ont une grande place.

Le regard, Ken Liu, Belial, p. 93

Vient de paraître La ménagerie de papier aux éditions folio - que je suis en train de lire - pour ceux qui voudrait découvrir ce talentueux auteur, né en Chine et qui a émigré aux Etats-Unis.

belial133-2015

 

Posté par maggie 76 à 18:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]