21 janvier 2012

Robinson Crusoe, Daniel Defoe

9782226238412g

* Ecrivain, voyageur et journaliste anglais (1661 - 1731), gravure de J Thomson.

Le buttler de Pierre de Lune ne jurait que par Robinson Crusoe et Rousseau lui donnait une place prépondérante dans sa bibliothèque dans l'Emile. Et on comprend mieux à sa lecture pourquoi. Tout d'abord un petit mot sur la nouvelle traduction : même si vous n'avez pas lu la version originale, on vous explique que nombre de passages sont souvent coupés. Ici, ce n'est pas le cas. En outre, Françoise sorbier a fait un effort pour rester fidèle à la dynamique écriture - sans anachronisme - de Defoe : point de vocabulaire affecté comme dans certaines versions, point de simplification. Cette version se veut fidèle.

Effectivement le dynamisme de l'écriture transparaît dans cette succession d'actions : Robinson, bourgeois de la classe moyenne, pour avoir désobéi à son père, est sauvé miraculeusement de trois naufrages et de l'esclavage dans lequel il est tombé près des côtes africaines. Mais ce n'est pas le moindre de ses problèmes. Lorsqu'il échoue sur une île déserte, il doit tout faire par lui-même : fabriquer son pain, des paniers, des tentes... et ses vêtements. Il n'y a ausun répit pour Crusoé, de même que pour le lecteur...

"Il n'est jamais trop tard pour être sage". La véritable odyssée humaine où Robinson passe par toutes les étapes de la civilisation, se double d'une odyssée métaphysique et philosophique : il réfléchit sur ses erreurs et sa situation, relativisant ses malheurs et les valeurs de la société : " tous les tourments que nous souffrons à cause de ce qui nous manque me paraissent venir d'un manque de gratitude pour ce que nous avons". Lui qui a participé à la traite des nègre devient l'ami d'un sauvage. Ce livre est une belle réflexion autour de la nature et de la civilisation, non sans humour : même dans le désarroi, Robinson se croit gouverneur de son île, se construit une résidence secondaire. Bien qu'il n'y ait personne pour le voir, ce qu'il souhaite le plus au monde sont des bas et des chaussures anglaises... Inspiré d'une histoire vraie, celle d'un marin Selkirk, Robinson Crusoe est une invitation au voyage ; c'est un héros à redécouvrir, malgré des inventaires un peu longs, mais moins pénibles que celle d'une autre Odyssée...

Robinson Crusoe, Daniel Defoe, Nouvelle traduction de Françoise Sorbier, Edition Albin Michel, p 432.

Merci pour ce partenariat à Ys et Newsbook !

Posté par maggie 76 à 18:36 - - Commentaires [24] - Permalien [#]


18 janvier 2012

Dracula, Bram Stoker

72000562_p

 Tout le monde connaît le célèbre Dracula, mais il faut tout de même lire ou relire le mythique roman de Bram Stoker. Bien que Jonathan Hacker s'exclame, "Je voudrais n'être jamais venu", lorsqu'il est prisonnier au coeur de la Transylvanie dans un château peuplé de goules et d'un comte sans reflet, le roman n'est pas effrayant. Bram Stoker impose originellement les jalons de tout l'imaginaire populaire du vampire effrayé par des hosties, vaincu par  un pieu planté dans le coeur, tombant en poussière à sa mort, ne supportant pas l'odeur de l'ail, se transformant en chauve-souris géante... Le foisonnement d'intrigues et de formes, nous tient éveillé tout au long récit plein de rebondissements : journal de Mina Hacker, extraits de journaux, lettres et télégrammes, rapport du docteur Seward, memorandum de Van Elsing... Ce roman exploite divers genres tout en adoptant différents styles : Mina décrit les paysages, ses sentiments... tandis que Seward écrit dans un style télégraphique et sec des comptes-rendus de ses journées dans l'asile.

Dans cette atmosphère de légende romantique - cimetière, tempête destructrice, superstitions, maisons abandonnées et poussiéreuses, château sombre - on suit divers personnages, Arthur Holmwood, ami de Quincey P. Morris et le docteur Seward qui observe un aliéné Rendfield qui se nourrit de mouches. Et puis il y a aussi Lucy, première victime de Dracula, et le fameux Van Elsing qui apporte une dimension scientifique à cette horrifique et surnaturelle présence vampirique. Si toute la partie du roman avant la mort de Lucy se lit d'une traite, car le mystère ne cesse de s'opacifier, la fin du roman s'essouffle un peu, les mêmes événements étant parfois racontés par divers protagonistes. Il est à noter que le charme de ce roman, qui narre la lutte du bien contre le mal, vient de ce que l'auteur n'oublie jamais d'être victorien jusqu'au bout des ongles, personne n'oubliant jamais de prendre son thé même dans les pires moments, tout le monde vivant dans le respect des bienséances - et contre la barbarie et la sensualité de Dracula - et le mépris des classes populaires, étrangement assoiffés à tout heure de la journée !

Dracula, Bram Stocker, Pocket, 567 p.

Posté par maggie 76 à 11:31 - - Commentaires [35] - Permalien [#]

12 janvier 2012

Thomas de Quincey, Le bras de la vengeance

Thomas de Quincey (1785-1859) est surtout connu pour être l'auteur des Confessions d'un mangeur d'opium, mais contraint d'écrire inlassablement pour ne pas être harcelé par ses créanciers, il écrit de nombreux textes aux tonalités très variées tels que Le bras de la vengeance. Cette nouvelle pose en quelque sorte les jalons du whodonit de part sa forme : dans une bourgade d'Allemagne, en 1816, une vague de crimes sanglants créent l'épouvante. L'horreur atteint son comble lorsque l'on ne trouvent pas de mobiles à ces méfaits.

Le choix de la première personne permet au narrateur, un professeur d'université, de narrer au lecteur que ce qui lui permet de maintenir le suspense, de garder secret jusqu'aux dernières pages l'identité du tueur secrète. Il s'interrompt volontairement pour ne pas mettre le lecteur sur la piste du vrai coupable tout en distillant savamment assez d'informations... pour nous mener sur une fausse piste. Une tension se crée surtout qu'on passe de citations de Wordworth comme comparer un personnage à un pauvre cerf qui " se retira au fond de la forêt sauvage" à des meurtres sauvages et inexpliqués.

En plus d'un conteur habile, cette nouvelle relate des éléments sur les juifs allemands. Sans être une nouvelle historique, cette dimension tranparaît et explique en partie l'intrigue : la politique de l'époque sans être le thème principal de ce bref récit est abordée indirectement, là où on n'attend qu'un récit policier. Cette découverte, sans être un chef d'oeuvre, permet d'entrer dans les débuts de la littérature policière anglaise.

Participation au mois anglais organisé par Lou, Cryssilda et titine.

Challenge de la nouvelle organisé par Sabbio.

Posté par maggie 76 à 18:01 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

09 janvier 2012

Jasper Fforde, La tyrannie des couleurs, "La route du haut safran"

41sEpP16fPL

Depuis l'utopie de Thomas More, ce genre exerce une attraction particulière sur les auteurs qui aiment à développer des sociétés idéales pour mieux dénoncer les problèmes contemporains. Ffjorde avec une imagination tout bonnement délirante invente une chromocratie où la vie des personnages est régentée par une hiérarchie stricte codée par des couleurs : les rouges et les jaunes sont socialement plus élevés que des gris, simples ouvriers...C'est une société régie par des valeurs très strictes où même un noeud papillon mal fait peut vous valoir des "démérites".

Comme dans Fahrenheit 451, le jeune héros Edouard Rousseau va se rebeller contre l'iniquité et les atrocités de cette "tyrannie des couleurs", des mensonges de la chromocratie. Les mots "racailles" et le fait que les personnages portent des codes barres ne semblent pas anodins et semble renvoyer implicitement à la seconde guerre mondiale. Au-delà des idées mises en oeuvre dans ce roman, qui se révèlent assez banales, le roman est assez indigeste à lire : l'auteur a entièrement créé un monde nouveau, une géographie nouvelle avec des noms transparents comme le "reboot", "les franges extérieures", "Carmin Est"... une histoire nouvelle toute aussi transparente, en parlant à plusieurs reprises des "Bonds en arrière", jamais explicités... Mais parfois le texte reste très allusif et on ne sait rien de cette maladie appelée le mildiou sauf qu'il vous expédie dans le reboot. On ne sait pas pourquoi non plus certaines personnes n'ont plus d'oreilles etc... Peut-être l'auteur prévoit-il une suite comme le suggère la fin du roman. "Les Pucks, les balayages de mémoires, le Lincoln, le citron vert et le Gordini, tout ça n'en est qu'une faible partie" : le fatras d'inventions décourage parfois un lecteur déjà réfractaire à cet univers. C'est sans compter aussi que le héros est jeune, idéaliste et a des préoccupations d'adolescent. Un livre pour la jeunesse ? Cela y ressemble, surtout que le vocabulaire et le style est des plus banales, voire sans saveur particulière.  Soit on entre de plain pied dans cet univers coloré, soit on reste en marge à s'ennuyer ferme par cette longue mise en place d'éléments.

La tyrannie des couleurs, Jasper Fforde, Fleuve noir, 589 p.

Merci à dialogue pour ce partenariat

Posté par maggie 76 à 19:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

07 janvier 2012

Signé Chanel, Loïc Prigent

822934_property_imageData_v_1Dans la mythique rue Cambon, c'est le calme avant la tempête : on attend la Nouvelle collection. Karl Lagerfeld arrive et commencent alors la valse des tissus, des doigts qui brodent, des essayages... Dans Signé Chanel, Loïc Prigent montrent comment les ouvrières, les brodeuses, le chapelier, le bottier... donnent vie aux croquis du célèbre styliste d'une marque mondialement renommée. Non sans humour, Loic Prigent filme les différentes phases de la confection des habits - des patrons, du choix des tissus aux essayages.

Le jour du défilé, ce ne sont qu'applaudissement et admiration. Mais ce n'est pas sur la coupe des vêtements ou les choix esthétiques de cette maison de haute-couture que s'arrête la caméra du réalisateur mais sur l'envers du décor. C'est tout le savoir-faire de ces ouvrières patientes et expérimentées qui s'offrent à nos yeux émerveillés devant tant d'adresse et de talent. Ce travail  artisanal est particulièrement symbolisé par Raymonde Pouzieux, passementière qui a connu Mademoiselle : elle travaille minutieusement plusieurs heures d'affilé à la fabrication de ses galons sur une archaïque machine dont elle seule en connaît le maniement ! Et Le bottier recommence à plusieurs reprises la fabrication d'un talon pour qu'il corresponde parfaitement à la volonté de K. Lagarfeld. Quant à Laurence, elle est obligée de recommencer entièrement dans un autre tissu, une robe en panne de velours qu'elle a mis plusieurs jour à coudre. On se rend compte alors du travail demandé, des ajustements ou rectifications multiples qui sont faites, de la pression du dernier soir où les ouvrières travaillent jusqu'à trois heures du matin... Oui, la haute-courture est un art mais celui d'un créateur en harmonie avec ses couturières... Visitez les coulisses surprenants et instructifs d'un des ateliers les plus réputés...

Signé Chanel, documentaire de Loïc Prigent, 2005

challenge "Read me, I'm fashion"organisé par l'Irrégulière.

Posté par maggie 76 à 12:24 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


30 décembre 2011

Créatures célestes, Peter Jackson

 

 


Créatures célestes Bande annonce

Lisez-vous des livres d'Anne Perry ? Connaissez-vous son histoire ? Avant de rencontrer le succès avec L'étrangleur de Cater street, elle a connu un drame dans sa jeunesse mouvementée d'enfant atteinte de la tuberculose. C'est grâce à Peter Jackson dans Créatures célestes que nous découvrons la jeunesse de la "reine du crime", qui s'appelait alors Juliet hulmes.

Mais c'est plus que la narration d'un sordide crime que filme le réalisateur : il nous livre les sentiments exacerbés de deux adolescentes souffrantes et perturbées. A la rigueur de leur école où elles portent uniforme et doivent faire preuve de bienséance, s'oppose un monde imaginaire issu de leur lecture, de leur amitié. Amitié d'ailleurs des plus ambiguë... Au-delà des magnifiques décors et du talent des actrices - film qui révélera Kate Winslet -, l'atout de ce film biographique est de représenter l'imaginaire de l'écrivain : comme Alice de Lewis Caroll qu'elle admire et qui est cité dans le film, elle traverse le miroir dans un monde époustouflant, déjanté, féérique..., monde extrêmement réussi grâce à des effets spéciaux insérés avec fluidité dans la trame des images. On admire aussi la diversité de tons, passant du drame à des scènes de comédie, d'images idylliques d'une jeunesse turbulente et joyeuse à des scènes morbides et malsaines... Peter Jackson arrive à sublimer les protagonistes d'un macabre faits divers en "créatures célestes". Un film à connaître pour sa beauté visuelle et son imaginaire délirant comme une aventure d'Alice aux pays des merveilles...

Participation au mois anglais organisé par Chryssilda, Lou et Titine.

Peter Jackson, Créatures célestes, avec Kate Winslet et Mélanie Lynskey , 1994, 100 min.

Billet de Mélodie.

Posté par maggie 76 à 11:27 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

25 décembre 2011

Cartes sur table, Agatha christie

70423766_p

Il n'y a que dans l'imaginaire britannique et plus particulièrement dans celui d'Agatha Christie que pouvait naître un personnage tel que Shaitana et une intrigue étrange, reposant entièrement sur la psychologie des personnages, comme celle de Cartes sur Table. En effet, cet excentrique sadique et diabolique décide de rassembler des meurtriers potentiels  - un médecin, une jeune femme voleuse Miss Dawes et sa mère Mrs Loreemer, sorte de veuve noire, et l'aventurier écrivain le major Despars - qui surtout auraient échappé à la justice : Shaitana sous-entend qu'un accident est tellement vite arrivé ! Poirot ainsi que trois autres spécialistes du crimes sont présents à cette soirée où un terrible drame va se dérouler : Shaitana mourra mais quelle est la main qui l'a frappé ? Le médecin Roberts qui aurait tué une maîtresse encombrante ? Miss Dawes dont la patronne est morte après avoir avalé un poison malencontreusement ?...

Voici un opus tout à fait surprenant où le meurtre est quasi provoqué pour tester les chères cellules grises du célèbre et vaniteux Hercule Poirot. Mais un autre personnage fait contrepoint à la rigueur et la logique de  Poirot : Mrs Olivers, personnage récurent des romans d'Agatha Christie, aussi amusante que farfelue : voici ce qu'elle imagine pour résoudre l'énigme : " Une idée ? J'ai des tas d'idées. c'est justement mon problème. Je n'ai jamais été capable d'imaginer un scénario à la fois. Il m'en vient toujours quatre ou cinq, et c'est un drame à avoir à choisir entre eux. J'ai six explications merveilleuses du meurtre. L'ennui, c'est que je n'ai aucun moyen de savoir laquelle est la bonne. Primo, Mr Shaitana était peut-être un usurier. il avait un côté très onctueux. il tenait Roberts dans ses griffes et celui-ci l'a tué parce qu'il ne pouvait pas le rembourser. Ou alors, shaitana avait ruiné sa soeur ou sa fille. Ou encore Roberts était bigame, et Shaitana le savait. Il n'est également pas exclu que Roberts ait épousé la petite cousine de Shaitana et que, grâce à elle, elle devait hériter de toute sa fortune. Ou bien...". Son imagination fertile n'est pas sans rappeler celle de son créateur. Il est assez évident qu'il y a une mise en abîme de l'écriture des romans policiers parallèlement à l'enquête menée.

A travers cette intrigue alambiquée, elle n'oublie jamais de mentionner au passage le racisme ambiant, les préjugés sociaux et la misogynie des hommes de son époque.  Mais la solution est souvent contraire au apparence... Dans une courte préface l'auteur pose la question suivante : "Pour ajouter un dernier argument en faveur de cette histoire, je préciserai qu'elle fait partie des affaires préférées d'Hercule Poirot. Et pourtant lorsqu'il l'a racontée à son ami le capitaine Hastings, celui-ci l'a trouvée extrêmement ennuyeuse. Je me demande bien avec lequel des deux mes lecteurs tomberont d'accord ?" Je fais partie des lecteurs qui, comme Poirot, ont trouvé cette intrigue tout à fait intéressante et atypique et la série Granada est toujours aussi parfaitement soignée. On passe un moment très plaisant en compagnie de notre célèbre détective aussi bien en être de papier qu'incarné par David Suchet.

 Cartes sur tables, Sarah Harding, série TV granada, avec David Suchet 2005

Cartes sur table, Agatha Christie, livre de poche, p. 221.

LC pour le challenge le mois anglais organisé par Lou, chryssilda et Titine.

Posté par maggie 76 à 10:49 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

24 décembre 2011

Merry chrismas !

20084659

C'est par le biais de ces anges de Julia Margaret Cameron que je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année, une bonne année 2012 !

Une pensée et des remerciements affectueux à Niki qui m'a offert Les Borgia de Bellonci...

Posté par maggie 76 à 10:28 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

21 décembre 2011

Les Borgia, Neil Jordan

The Borgias Season 1 Trailer (TV)

" Rome ne serait pas Rome sans tous ces complots" La légende noire est née sous la plume des romantiques, mais de leur vivant, les Borgia étaient décriés, accusés de meurtres, d'inceste, de simonie... La première ascension montrent en grande pompe l'ascension au trône du futur Alexandre VI, Rodrigo Borgia : les achats des autres cardinaux, les alliances à travers les mariages de Lucrère avec un Sforza ou celle de son petit frère Gioffre permettent l'accession au pouvoir de toute la famille Borgia. En parallèle, on suit les manœuvres du cardinal della Rovere - le futur pape soldat, Jules II- qui a fuit Rome...

"Vaut-il mieux être aimé que craint " (Machiavel) : Le réalisateur ne lésine pas sur les effets : cette série est un condensé de tous les meurtres possibles et inimaginables, sous l'eau, avec des garots, des poisons, en duel... Tout est prétexte à violence et débauche. Cependant si les Borgia sont montrés le plus fidèlement possible, les autres grands seigneurs et cardinaux ne sont pas de reste : le cardinal Sforzia fornique avec sa cousine, tandis que le Prince de Milan faisait empailler ses adversaires... Coups bas, sexe, luxure et violence, voici les ingrédients majeurs de cette série qui semble pourtant atténuer la noirceur de cette époque.

Toutefois, on se prend étrangement de sympathie pour ces héros malgré eux, poussé par un père assoiffé de pouvoir et d'argent. Celui qui semble le moins fidèle est certainement Cesare qui bien que machiavélique - il a servi de modèle au fameux Prince du non moins fameux ambassadeur des Médicis, semble plus sensible que dans la véritable Histoire. Les infidélités sont nombreuses et pourtant, le rythme soutenue, les scènes spectaculaires d'autres plus sentimentales comme l'agonie de Djem, certaines mêmes comiques comme le défilé des prétendants pour la main de Lucrèce ou celui de Gioffre arrivent à nous tenir en haleine, sans compter le faste des décors et des costumes. Une très belle reconstitution romancée...

Les Borgia, de Neil Jordan avec Jeremy Irons, François Arnaud, 2011.

Les Borgia, revue Historia

Posté par maggie 76 à 18:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

18 décembre 2011

Stevenson, La malle en cuir ou la société idéale

70511618_p

Certains manuscrits connaissent une vie très romanesque : c'est le cas de La malle en cuir, manuscrit inachevé de Stevenson et livre de "bohème". Premier roman de Stevenson, à l'état de manuscrit, Michel Le Bris en retrouve la trace à  New York, après avoir arpenté les salles de ventes de manuscrits, et les collections privées. Il met plus de 16 ans à éditer ce roman, ayant d'autres publications en cours... Une très longue préface permet de suivre ce jeu de piste et comprendre l'amour de M. Le Bris pour Stevenson qui décide d'écrire aussi une suite...

Alternant belles descriptions et dialogues, Stevenson nous narre l'épopée comique de plusieurs jeunes étudiants voulant fonder une société idéale. Sous le galimatias des paroles de nos jeunes idéalistes percent une condamnation  de la société, que ce soit la famille ou les institutions. Proche d'une nouvelle comme Le club des suicides pour la description d'une vie de bohème, ce roman inachevé n'étant pas retravaillé porte de nombreuses faiblesses, moins comique et plus décousu que nombre de ses romans suivants. si les premières pages de ce roman sont pénibles à lire - l'emphase semble volontaire et devient involontairement ridicule - à cause de dialogues maladroits, on finit progressivement par se demander quel est le contenu de cette malle de cuir que ne révélera pas Stevenson mais un autre auteur et à s'intéresser au sort de ces jeunes utopistes...

Si M. Le Bris a continué avec brio le roman, doublant le nombre de page de l'histoire, on ne peut s'empêcher de penser à certain opportuniste : certes il respecte le ton de l'histoire et sa grande connaissance de l'auteur et de sa correspondance lui ont permis de rester fidèle au projet de l'auteur, mais était-ce utile ? Cet hommage ne détourne-t-il pas l'oeuvre et la volonté de Stevenson ? Pour qui aime Stevenson, on apprécie certains traits de l'écriture de l'auteur que l'on retrouve avec plaisir et une certaine propension à une imagination littéraire - allusion aux treize de Bazac, aux milles et une nuits - tout en étant déçu par l'inachèvement de l'histoire...

MERCI à dialogues et à Caroline pour ce partenariat.

Autres romans : Le club des suicides; L'île au trésor,

Posté par maggie 76 à 17:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]