11 novembre 2020

La voie du tablier Koosuke Oono : ISSN 2607-0006

voie-tablier-1-kana

© Kousuke Oono / 2018 SHINCHOSHA

 "Tueurs ou victimes, les héros à "voie" sont plongés jusqu'au cou dans ce que l'Occident définit comme le mal. Ils ont assassiné leurs parents ou été victimes d'ignobles complots. Ils sont témoins ou acteurs de la boucherie guerrière et du massacre des innocents"* : c'est ainsi que que Jean-Marie Bouissou définit le héros "à voie". Koosuke Oono inscrit son personnage dans cette tradition mais ce n'est pas une voie banale. Tatsu l'immortel, yakuza capable de tuer 10 hommes à lui seul, a choisi de devenir... homme au foyer. Il s'évertue donc à nettoyer son appartement, à préparer des bentos à sa copine et à faire les courses.

Evidemment, cela crée des scènes loufoques où Tatsu choisit des cibles par exemple, mais la cible est un habit en solde. Face à des policiers qui contrôlent son identité, s'il plonge sa main dans sa veste, c'est pour en sortir un bon de réduction ! L'aspect comique du personnage vient du décalage entre son aspect effrayant et ses intentions de "parfaite ménagère".

On retrouve un "style manga" typique avec des sentiments hyperboliques représentés grâce à des déformations ou à d'énormes onomatopées (planche 1). Les procédés comiques sont répétifs et le scénario de ce seinen est assez décousu - ce n'est qu'une suite de petits instants quotidiens, de gags - voire fafelu avec un chapitre sur la vie du chat de Tatsu (Pouquoi ?) mais on attend la suite avec impatience en espérant qu'un scénario se mette en place.

Oono Koosuke, La voie du tablier, volume 1, (5 volume, en cours), Big Kana, Italie, Juin 2019, 159 p.

*Bouissou Jean-Marie, Manga, Histoire et univers de la bande dessinée japonaise, Picquier poche, Barcelone, avril 2018, 477 p.

La voie du tablier 2 001

Pl. 1 : La voie du tablier © Kousuke Oono / 2018 SHINCHOSHA

Posté par maggie 76 à 09:43 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 novembre 2020

Cahiers d'Esther de Riad Sattouf : ISSN 2607-0006

Riad sattouf 001article du "20 minutes" du jeudi 11 juin 2020 d'Olivier Mimran

En juin de cette année 2020, peut-être que la publication du cinquième tome des Cahiers d'Esther ne vous aura pas échappé. Si vous ne connaissez pas encore cette série de BD, il faut savoir que les planches qui racontent des tranches de vie de l'adolescente, dessinées par Riad Sattouf, sont inspirées d'une véritable personne. Lisez comme elle se présente sur la quatrième de couverture :

Les-Cahiers-d-Esther-T5-image

Outre l'humour très apréciable, on peut découvrir la vie d'une jeune fille du XXIeme siècle en temps réel : quels sont ses aspirations ? Qu'écoute-t-elle comme musique ? Quelles sont ses relations avec ses parents, son frère, ses copines ?

Chaque planche aborde divers thèmes comme la politique, la musique, la famille... Sérieux, triste ( le harcèlement en classe) ou léger, les sujets reflètent les intérêts, le comportement de toute une génération. Le langage, les goûts vestimentaires ou musicaux, l'attitude adoptée dans la cour de récréation reflètent ceux de toute une génération. Le quotidien d'Esther commence à l'âge de 10 ans et elle en a actuellement 14 : on voit donc l'héroïne évoluer de tome en tome.

Les-Cahiers-d-Esther-tome-5-Histoires-de-mes-14-ansCette BD humoristique, grâce à des commentaires sans fard faites par la jeune fille, et presque sociologique, nous renseigne sur la génération 2.0. Et si vous êtes intéressés par le portrait de la jeunesse contemporaine, vous pouvez visionner les planches adaptées fidèlement sur le petit écran ou retrouver les histoires prépubliées dans L'Obs chaque semaine.

Sattouf Riad, Cahiers d'Esther, tome 5, Histoire de mes 14 ans, Allary édition, France, mai 2020, 54 p.

Sur le web : Mimran Olivier, "Les cahiers d'Esther", "Le confinement avec ses parents, la vraie Esther a trouvé ça un peu relou", confie Riad Sattouf", 20 minutes, mise en ligne le 11 juin 2020. URL :  https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2796703-20200611-cahiers-esther-confinement-parents-vraie-esther-trouve-ca-peu-relou-confie-riad-sattouf

site facebook de Riad Sattouf

Heuss l'enfoiré 001

Illustration "Heuss l'Enfoiré", Les cahiers d'Esther © Riad Sattouf

Le débat esther 001

Pl. "Le débat", Les cahiers d'Ester © Riad Sattouf

Posté par maggie 76 à 08:05 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 novembre 2020

C'est le premier, je balance tout ( octobre 2020) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marine

Logo d'allez-vous faire lire

1) LES CHRONIQUES VENUES D'AILLEURS

127581987_oC'est en laissant un commentaire sur le billet " soirée pop-corn Halloween" de Missycornish, que nous avons décidé de nous donner un rendez-vous mensuel pour parler de films autour d'une thématique. Citrouilles, sorcières, chats noirs : le 31 novembre, c'était Halloween. Voici donc une nouvelle rubrique qui a commencé avec la soirée pop-corn # 1 spécial Halloween. Je vous proposais de voir, revoir certains films pour cette fameuse fête, de même que Missycornish. La prochaine soirée pop-corn sera consacrée aux super-héros...

En parlant d'Halloween, je remercie les organisatrices Lou et Hilde pour leur challenge Halloween toujours aussi plaisant à faire !

2) MES FILMS

 

 

 

 


3) MES LIVRES

tigre-des-neiges-2J'ai continué une série de mangas que j'apprécie énormément : Le tigre des neiges (volume 2). J'ai aussi découvert la série des "chefs d'oeuvre de Lovecraft" avec la lecture Dans l'abîme du temps de Gou Tanabe. J'ai aussi lu un webtoon Ghost teller et La cousine Bette de Balzac. La prochaine LC bazalcienne est prévue avec Céline, pour le 29 novembre, avec La femme abandonnée.

 

EfI--NhU8AAzU4U71+om7kTqeLLa cousine bette

4) MES ACHATS

J'ai fait très peu d'achats ces derniers temps car je ne n'ai pas beaucoup lu. Voici les deniers mangas qui entrent dans ma PAL : Wandering souls, Moi aussi les tomes 1 et 2 et Mon cancer couillon.

moi_aussi_15385moi-aussi-2-akata_mA1EEb9RzVlL

wandering-soul-1-h2tmon-cancer-couillon-pika

Posté par maggie 76 à 07:21 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

01 novembre 2020

Soirée pop-corn # 1 spécial Halloween : ISSN 2607-0006

halloween1Missycornish propose une sélection de films d'horreur à voir le soir d'Halloween. En ce lendemain d'Halloween, nous nous retrouverons pour vous proposer d'autres films que nous aurions visionné sur cette thématique. Les soirée pop-corn deviendront un rendez-vous mensuel organisé avec Missycornish.

Et vous quelle a été votre sélection pour la soirée d'Halloween ? Vous pouvez découvrir la sélection de Missycornish ici. Quant à moi, je vous propose de découvrir, revoir  ou d'éviter 2 films et une série : Izombie, Relic, Peninsula.

 Relic ressemble à s'y méprendre à un film d'horreur, en empruntant toute la codification propre au film de genre  mais c'est pour nous surprendre par son message final délivré : une vieille femme a disparu. Sa fille et sa petite fille sont aussitôt appelées pour enquêter sur cette mystérieuse disparition. C'est l'occasion pour ces deux femmes de prendre conscience de la relation qu'elles entretiennent avec leur aïeule. Sa fille se reproche son éloignement et sa petite fille tente de se rapprocher de la vieille femme revenue tout aussi mystérieusement.

Pusieurs scènes métaphoriques filant les images du pourrissement et de la dégradation de la maison notamment, montrent bien que le véritable sujet est la vieillesse. Certes, la maison semble devenir labyrinthique, envahie par des créatures étranges mais elle symbolise la psyché des personnages.

On peut se demander à qui s'adresse ce film : un public adolescent trouvera l'atmosphère horrifique trop atténuée tandis que le grand public sera peut-être rebutée par l'aspect glauque enveloppant la réflexion sur le passage du temps... Les dernières images sont vraiment terribles et sans être un film inoubliable, la réalisatrice a su créer un film hybride bien ficelé.

Relic, 2020, de Nathalie Erika James, 1h29, avec Emily Mortimer, Robyn Nevin, Bella Heatcote

 Cette suite de l'excellent Dernier train pour Busan, est très décevante ! Dans la Corée du Sud, envahie par les zombies, un groupe de 4 personnes, dont un ancien militaire, qui a perdu sa soeur et son neveu, tués par des zombies, cherchent à récupérer un magot caché dans un camion. Cela donne lieu à des courses poursuites folles, des combats avec les créatures infectées mais aussi d'autres survivants devenus psychotiques... Un autre arc est développé autour d'une famille de rescapés, qui survivent joyeusement dans ce chaos.

Malheureusement, le réalisateur a usé de multiples références à d'autres films d'actions comme Mad Max : Fury road pour les courses poursuites en voiture, à des cinématiques de jeux vidéos pour les tueries de monstres qui n'embellissent pas son film. Ce long métrage, avec ses très beaux éclairages et décors, manque d'humour, d'originalité et de développements des caractères personnages, auxquels on n'arrive pas à s'attacher alors que le scénario est conçu pour créer des situations pathétiques. Regardez Dernier train pour Busan mais pas ce film de série B  ! Quand on sait que ce film a été sélectionné à Cannes, on se demande bien pourquoi...

Peninsula, 2020, Yeon Sang-ho avec Dong-won Gang, Do-Yoon Kim. 

peninsula-arp-sélection-film-long-métrage-cannes-2020-distribution-cinéma-ecran-total

Peninsula de Yeon Sang-ho

 IZombie est une série policière classique avec des enquêtes sur des disparitions de jeunes délinquants. Ce qui est moins traditionnel, c'est le personnage de la légiste, Liv, qui est en réalité une morte-vivante. Après une fête, sur un bateau qui va faire naufrage, où une drogue a "zombifié" les convives, Liv se réveille en ayant faim de... cerveaux humains. Lorsqu'elle ingère ces cerveaux, elle adopte la personnalité de ses victimes, ce qui lui permet de venir en aide au commissaire Clive Babineaux.

Izombie n'est pas horrifique car les scènes de meutres se déroulent souvent hors-champ et le scénario repose sur des dialogues et des  scènes comiques. Ravi, l'autre légiste, est un mème vivant ! Il est fou de joie d'avoir un zombie à étudier à proximité et mène joyeusement une quête d'un sérum pour empêcher la zombification de sa collègue. Cette dernière, outre le fait de ne plus avoir besoin de se déguiser le jour d'Halloween, prend conscience de la fragilité de la vie, mène une réflexion sur sa vie antérireure et va commencer un combat contre des zombies beaucoup plus belliqueux... Une saison 1 très réussie !

Izombie,de Rob Thomas, Netflix,  saison 1, avec Rose McIver, 2015

127916503

Participation au challenge Halloween organisé par Lou et Hilde

 

Posté par maggie 76 à 06:34 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2020

Dans l'abîme du temps de Gou Tanabe : ISSN 2607-0006

71+om7kTqeL

L'univers lovecraftien est décliné en jeu vidéo (L'appel de Cthulhu), en film, en romans (Cochrane vs Cthulhu de G. Villaroël, en mangas (Les montagnes hallucinées Gou Tanabe) et influence des séries comme Lovecraft country créé par Misha Green. 

Dans-labîme-du-temps-manga-ki-oon-e1571996209445

Pl. p. 100 « Dans l'abîme du temps ». © GOU TANABE

Dans l'abîme du temps prend place à côté des Montagnes hallucinées dans la collection "les chefs-d'oeuvre" de Lovecraft. Ce manga, aux cases sagement alignés, arrive entièrement et complètement à nous plonger dans le "fantastique cosmique" de l'auteur américain. Comme nombres de ses nouvelles, ce manga nous fait découvrir la vie d'un universitaire en économie politique qui devient amnésique. Il a, pendant toute cette période, adopté un comportement étrange en explorant les quatre coins du globe. Que cache ce comportement ? Pourquoi est-il en proie à d'affreux cauchemars peuplés d'immondes créatures ? 

Vous aurez certainement reconnu les thématiques fétiches que déploient habituellement Lovecraft comme le peuple des Grands Anciens, la découverte de créatures extraordinaires, le dédoublement de la personnalité... Les dessins, ressemblant aux BD européennes, arrivent totalement à suggérer l'horreur à travers les visages des personnages (planche ci-dessous p. 36), la folie du personnage et Gou Tanabe a su dessiner parfaitement les monstres lovecraftiens et des décors grandioses (planche p. 100,  ci-dessus).

Il faut aussi mentionner, dans les qualités de ce manga, l'édition très soignée : une introduction succinct avec des citations de Lovecraft, une jaquette imitation cuir, des pages couleurs, un grand format. Une excellente adaptation !

Gou Tanabe, Dans l'abîme du temps, Kioon, 2018.

45963-planche-bd-dans-l-abime-du-temps-tanabe

Pl. 36 « Dans l'abîme du temps ». © GOU TANABE

de l'auteur : Par-delà les murs du sommeil

Sur le web : billet Dans l'abîme du temps et Lovecraft country de Rachel

Croquet Pauline, Leloup Damien, "La grande histoire d'amour de la France avec l'horrible Cthulhu", Le monde, mis en ligne le 30 octobre 2018. URL : https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/10/30/la-grande-histoire-d-amour-de-la-france-avec-l-horrible-cthulhu_5376452_4408996.html

127581987_oMonasterolo Bernard, "Les montagnes hallucinées, adaptation risquée et réussie de Lovecraft en manga", Le monde, mis en ligne le 15 octobre 2018. URL : https://www.lemonde.fr/les-enfants-akira/article/2018/10/15/les-montagnes-hallucinees-adaptation-risquee-et-reussie-de-lovecraft-en-manga_5369585_5191101.html

 Participation au challenge Halloween organisé par Lou et Hilde

 

Posté par maggie 76 à 09:03 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28 octobre 2020

Ghost Teller de QTT : ISSN 2607-0006

Cyi9KbqDoERN0X48RelFLes webcomics, mangas coréens appelés aussi "manwhas", souvent adaptés en séries télévisées comme Bring it on ghost, Kingdom, Itaewon class, Other people hell, Along with the gods... semblent connaître un grand succès. Vous pouvez avoir accès à ces mangas, sur des sites comme webtoon ou Delitoon.

La lecture est facilitée par la mise en page verticale - il suffit de faire défiler les images de haut en bas - et le système de téléchargement via l'application sur un smartphone, permet de les lectures hors connexion. Chaque semaine paraissent de nouveaux chapitres. 

Série fantastique, Ghost Teller met en scène des fantômes se racontant des histoires : la première intitulée "cette femme-là" nous présente une jeune femme laide et malchanceuse. Elle n'a ni mari, ni travail. Un jour, dans la boutique d'une voyante, elle vend son âme pour obtenir deux bonheurs contre un malheur. Assez rapidement, elle fait la connaisance d'un bel homme qui l'épouse. Elle aura un fils tout aussi beau que père. Quel malheur lui réserve le sort ?

Les décors sont assez peu détaillés mais les dessins peuvent être de belle qualité, comme c'est le cas pour Ghost Teller. Les couleurs viennent renforcer l'ambiance et plairont à ceux qui ne s'habituent pas à l'absence de couleurs dans les mangas.

Après "Cette femme-là", commence une deuxième histoire concernant un orphelinat raconté par un deuxième fantôme...

L'avantage des webtoons, outre l'aspect matériel, c'est que les sites proposent divers genres et différentes esthétiques. A vous maintenant d'expérimenter, de tester et peut-être d'adopter les webtoons...

QTT, Ghost Teller, Webtoon, 2020.

Sur le web : Maillé Pablo, "Avec les webtoons, la BD sud-coréenne est en passe de conquérir le monde", mis en ligne le 8 octobre 2019, Télérama. URL : https://www.telerama.fr/livre/avec-les-webtoons,-la-bd-sud-coreenne-est-en-passe-de-conquerir-le-monde,n6427246.php

Challenge coréen

Participation au challenge coréen de Christie

127581987_o

Participation au challenge Halloween de Lou et Hilde

Posté par maggie 76 à 10:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 octobre 2020

Dracula de Murnau à Moffat : ISSN 2607-0006

Dracula est certainement la créature qui a le plus fasciné les réalisateurs comme le rappelle ce récapitulatif dans l'émission Blow up.

 

La création de Bram Stoker est adaptée dès les débuts du cinéma avec le Nosferatu de Murnau. Le réalisateur allemand, n'ayant pas

838_nosferatu_le_vampire_1922_de_friedrich_wilhelm_murnau_c_friedrich_wilhelm_murnau_stiftung_les droits du roman, a d'ailleurs changé sensiblement l'histoire mais l'a génialement mis en scène. Musique et cadrages inventifs créent une atmosphère surnaturelle renforcée par l'esthétique expressionniste avec ses jeux d'ombre. Même sans parole, le Dracula de Murnau paraît terrifiant et puissant, que ce soit dans son sinistre château ou dans la ville de Brême. 

C'est certainement le film où Dracula semble le mieux incarner le mal, sans nuance, apportant la peste dans la ville de Brême. Son apparence y est bestial, lié aux germes de la peste qu'on peut voir dans une scène centrale.

Murnau, Nosferatu, 1922

 

Quant au film de Coppola, il est tout aussi esthétique. Visuellement somptueux, cette très belle adaptation baroque commence par un théâtre d'ombres et se poursuit par l'histoire de Dracula telle que la raconte Bram Stoker. Le réalisateur est resté fidèle au roman de l'auteur anglais. Cependant, il y a ajouté une histoire d'amour tragique, par delà le temps entre Dracula et Mina.

Certes, les acteurs surjouent (comme Van Helsing riant aux éclats comme un possédé) créant des scènes à la limite du grotesques (avec un vampire avec la perrruque la plus improbable qu'on puisse voir) mais Coppola a su faire des transitions incroyables, des surimpressions, des jeux d'ombres extraordinaires. Ce n'est pas pour rien que le film a eu une kyrielle de prix récompensant les costumes, le maquillage, les décors... S'inspirant du film de Murnau et de l'expressionnisme, il a réussi à immortaliser notre fameux vampire en le métamorphosant en personnage de "romantisme noir".

Dracula, Coppola, 1993, 2h35, Keanu Reeves, Winona Ryder, Gary Oldman

dark-shadows-mephistophelesLes vampires semblent un sujet inventé pour Tim Burton. Cette créature sinistre convient parfaitement à l'esthétique gothique du réalisateur de Sleepy Hollow.

Que ferait un vampire dans le monde moderne du XXeme siècle ? Barnabas, vampire enterré par Angélique, une amoureuse éconduite, permet à Burton d'exploiter une veine parodique en jouant du décalage entre le personnage issu du XVIIIeme siècle et les années 1970. Cela donne une scène amusante dans laquelle notre vampire découvre le vrai visage de Méphistophélès (photogramme) mais pas davantage. Le réalisateur a su créer un sinistre décor mais ce n'est pas le meilleur film de Burton, ni de Johnny Depp qui cabotine allègrement.

Dark Shadows, Burton, 2012, Johnny Depp, Eva Green, Michelle Pfeiffer, Helena Bonham Carter, 1h52

 A force de vouloir renouveler les codes et les topoï, Moffat n'a pas réussi à nous captiver avec sa mini série de 3 épisodes diffusée sur Netflix. Et sans rapport les unes avec les autres. Le premier épisode est sans doute celui qui se rapproche le plus de la légende. Harker arrive dans le château du comte et y découvre le vampire. Ensuite, la traversée en bateau vers l'Angleterre se transforme en whodonit : les marins cherchent à trouver le coupable d'horribles meurtres. Quant au dénouement, le vampire est confronté à la modernité.

Quelques inventions, comme le renouvellement de la figure de Van Helsing, la réflexion sur le mythe du vampire lui-même, ne réussissent pas à dépoussiérer le monstre peu convaincant dans cette version et des dialogues insipides... Une adaptation ennuyeuse et décevante.

Gageons toutefois que le mythe n'est pas encore enterré...

Dracula, Moffat, 2020, Netflix, 3 épisodes, avec Claes Bang, Dolly Wells, Olivia Klein.

127582014

Challenge Halloween organisé par Hilde et Lou.

Posté par maggie 76 à 10:34 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 octobre 2020

La cousine Bette de Balzac : ISSN 2607-0006

La cousine BetteUn ancien général de l'Empire, une vieille fille fielleuse, une femme abandonnée, un jeune homme de 1830 etc : vous aurez certainement reconnu le personnel des romans balzaciens. L'introduction de La cousine Bette écrite par Sylvain Ledda, se termine par ces mots  : "Tout Balzac en somme, et le meilleur de Balzac"(p. 4). C'est exactement, ce qu'est ce roman dans lequel Balzac a rassemblé toutes ses thématiques, ses traits stylistiques habituels.

En effet, le personnage éponyme de cette histoire est une vieille parente laide et de surcroît pauvre, jalouse de sa soeur, la baronne Adeline Hulot. Elle décide de la faire sombrer dans le plus grand des malheurs en poussant son mari au libertinage et en les ruinant. Comme son nom le laisse présager, elle tient plus de l'araignée, à laquelle elle est comparée, qu'à un être humain. Balzac en fait une espère de tigre malfaisant.

Cette dernière a sauvé la vie d'un sculpteur qui se marie avec Hortense, la fille du général Hulot. C'est l'occasion pour Balzac de dépeindre le caractère des artistes, comme dans Le chef d'oeuvre inconnu ou Pierre Grassou. Le romancier n'a pas oublié les courtisanes, le bourgeois parvenu etc...

Mais à la peinture de ces types, l'auteur de La comédie humaine a ajouté la chute de la maison Hulot en corrélation avec la dégradation de la société et des personnages, tous embourgeoisés. Evidemment, comme dans tous les romans balzaciens, l'argent a remplacé progressivement toutes les autres valeurs, ce que résume si bien les courtisanes, notre fameuse Bette et le parvenu bourgeois, l'ancien marchand Crevel : "Je suis de mon temps, j'honore l'argent" (p. 409).

indexLe tout est raconté dans l'esthétique feuilletonnant de l'époque. L'auteur du Père Goriot veut concurrencer Les mystères de Paris d'Eugène Sue ou Le comte de Monte Cristo de Dumas. On trouve donc dans ce roman, des méchants férocement monstrueux de mélodrame (la cousine Bette est même comparée à "la nonne sanglante", p. 249), des secrets, des meurtres, des empoisonnements, des changements d'identité et des vols d'amants, péripéties inouies... Quel suspense ! Tout y est paroxystique, au point de faire pleurer les morts : "Et l'ont vit ce qui doit être rare, des larmes sortir des yeux de la morte [la baronne Hulot]" (p. 578).

Pourtant, la poétique balzacienne, l'emploi de tout le lexique et les procédés des comédies, n'est pas absente : Crevel et Hulot sont deux barbons molieresques dupés par Valérie, l'amante diabolique. Wenceslas, le mari d'Hortense, est le jeune premier. Crevel cabotine en imitant Napoléon et d'autres personnages littéraires ou historiques.

Une fois commencé le premier chapitre de La Cousine Bette, vous serez certainement, comme les lecteurs du XIXeme siècle, qui lisaient ce roman publié en 41 feuilletons dans Le constitutionnel, avide de lire la chapitre suivant...

Balzac, La cousine Bette, Garnier Flammarion, 640 p.

LC avec Claudia et Céline. Prochaine LC, La femme abandonnée le 29 novembre avec Céline.

***************************************************

La comédie humaine :

1. Scène de la vie de province: " Pierrette", Le curé de Tours, Ursule Mirouet, Eugénie Grandet, Le cabinet des antiques,

2. Scène de la vie parisienne : La cousine Bette, Ferragus, La maison Nucingen, "Pierre Grassou", La fille aux yeux d'or, La duchesse de Langeais

3. Etude philosophique : Maître Cornélius, Un drame au bord de la mer, Fascino cane, Louis Lambert, Melmoth réconcilié, La peau de chagrin, L'auberge rouge, L'élixir de longue vie.

4. Scène de la vie privée : Un début dans la vie, La vendetta, Une double famille, "Le bal de Sceaux", Mémoires de deux jeunes mariées, Le père Goriot, La bourse, Le colonel Chabert, Gobseck

5. Scène de la vie de campagne : Le lys dans la vallée

Posté par maggie 76 à 11:25 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 octobre 2020

Le tigre des neiges, volume 2 d'Akiko Higashimura : ISSN : 2607-0006

tigre-des-neiges-2

Le tigre des neiges, volume 2 © Akiko HIGASHIMURA

 Si le prermier volume du Tigre des neiges vous a séduit, vous avez peut-être eu envie de continuer cette série historique. Dans le deuxième opus, Torachiyo - qui sera appelé plus tard Kenshin - a bien grandi mais son père meurt et laisse sa région dans une situation troublée. Le frère de Kenshin n'ayant pas le goût pour l'art de la guerre, un autre seigneur Saneyori décide de prendre comme seigneur Torachiyo dans son château. Parallèlement à l'histoire de la jeune fille, on en apprend davantage sur Harunobu du clan rival Takeda.

La mangaka fait clairement une hagiographie de Kenshin. Elle dit dans les bonus qu'elle possède "la classe intersidérale" (p. 218). Elle attribue à la jeune fille toutes les qualités guerrières (monter à cheval, tirer à l'arc, dessiner) et en fait un génie militaire. Cette dernière gagne sa première bataille, à 15 ans, en faisant preuve de courage et en utilisant des stratégies lues dans des livres. La mangaka ajoute aussi une pause historique autour de la cérémonie du Genkupu, rituel du passage à l'âge adulte des garçons (même si Torashiyo est une femme selon la thèse de la mangaka). Elle continue aussi à narrer des anecdotes prouvant que le général Kenshin était une femme...

yukibana-no-tora-visual-2Les arrières-plans sont toujours aussi peu travaillées mais elle ajoute souvent de magnifiques ornements floraux autour de la jeune héroïne. La simplicité du trait du dessin et les cases dépouillées n'enlèvent rien au charme des planches. On a hâte de connaître la suite du destin de Kenshin...

Illlustration couleur Le tigre des neiges, volume 2 © Akiko HIGASHIMURA

Higashimura, Le tigre des neiges, volume 2 (8 volumes en cours), Le lézard noir, France, janvier 2019, 218 p.

Le tigre des neiges vol. 1

Posté par maggie 76 à 10:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 octobre 2020

Blanche-Neige et le chasseur de Rupert Sanders : ISSN 2607-0006

20140118Il était une fois un conte sans cesse adapté : Blanche-Neige. Il apparaît en 1810 dans la première édition manuscrite du recueil des frères Grimm. Un méchante marâtre veut tuer sa belle-fille, plus belle qu'elle, mais le chasseur, qui doit la tuer, a pitié d'elle et la laisse vivre...  Chacun connaît la suite, avec la rencontre des sept nains, les ruses de la reine pour se débarrasser de Blanche-Neige, son sommeil et enfin l'arrivée du prince charmant.

Blanche-Neige © Netflix

Marthe Robert, dans sa préface des Contes de Grimm, qualifie ce type de récit "d'éducation sentimentale"* et Bruno Bettelheim - dans Psychanalyse des contes de fées - ne dit pas autre chose, au-delà de son analyse freudienne : "ces épreuves encouragent l'enfant à ne pas se laisser démonter par les difficultés qu'il rencontre en luttant pour devenir lui-même" (p. 300).

Après la version édulcorée de Disney, où tout le monde chante joyeusement à tue-tête, voici la version gothique du conte. Les mêmes personnages sont repris mais métamorphosés en personnages de dark fantasy. La marâtre est une véritable sorcière horrifique, faisant apparaître des monstres. Quant à Blanche-Neige, elle ne porte ni robe ni cheveux bien coiffés mais une armure, l'oeil charbonneux et combat des trolls. Elle n'a plus besoin de prince charmant pour se délivrer du sortilège et fait preuve de courage en menant une armée dans un combat épique.

La magie n'opère pas complètement tant les choix semblent guidés par des goûts commerciaux : l'héroïne est incarnée par Kristen Stewart connue pour son rôle principal dans Twilight -, les sept nains et le château semblent tout droit sortis du Seigneur des anneaux (2001) et les intrigues autour de la couronne, ainsi que les combats ne sont pas sans évoquer Games of throne. Le décor de la forêt et l'armure portée par l'héroïne font penser à Alice aux pays des merveilles de Tim Burton(2010). Ce n'est pas un navet mais ce long-métrage manque cruellement d'originalité...

**********************************************************

Blanche-Neige et le chasseur de Rupert Sanders, Netflix, 2h, avec Kristen Stewart, Charlize Theron, Chris Hemsworth, Ian McShane et Sam Claflin

* Grimm, Contes, Folio, France, Décembre 1997, 145-157 p.

Bettelheim Bruno, Psychanalyse des contes de fées, France, septembre 1999, Pocket, 293-323.

Sur le web : Luciani Noémie, "Blanche-Neige et le chasseur : une Blanche-Neige héroïque pour jeunes filles modernes", Le monde, mis en ligne le 12 juin 2012. URL : https://www.lemonde.fr/cinema/article/2012/06/12/blanche-neige-et-le-chasseur-une-blanche-neige-heroique-pour-jeunes-filles-modernes_1717076_3476.html

Colombani Florence, "Blanche-Neige et le chasseur - remake hollywoodien", Le point, mis en ligne le 11 juin 2012. URL : https://www.lepoint.fr/cinema/blanche-neige-et-le-chasseur-remake-hollywoodien-11-06-2012-1472053_35.php

4444528-la-suite-de-blanche-neige-et-le-diapo-1

2410_BL_CA236_FINAL_1_85R

Blanche-Neige et le chasseur © Netflix