08 mars 2021

L'événement d'Annie Ernaux : ISSN 2607-0006

Le 13 janvier 2021, A. Ernaux aurait dû faire l'actualité avec son roman Passion simple adapté au cinéma par Danielle Arbid. Malheureusement, la sortie de ce film sélectionné au Festival de Cannes en 2020 est repoussée. Toutefois, sa longue nouvelle autobiographique L'événement est toujours d'actualité, avec le thème de l'avortement, en ce 8 mars, journée internationale des droits des femmes.

photo ernauxL'événement

Une librairie bordelaire © 1001 classiques

Dans ce court récit, A. Ernaux décrit quelques mois, dans les années 60, durant lesquels elle essaie d'avorter suite à une grossesse non désirée. Son copain, étudiant en médecine, indifférent à son sort et éloigné géographiquement ne la soutient ni moralement, ni financièrement. Elle ne peut guère compter sur l'aide de ses parents, d'origine modeste et pétris de préjugés. C'est dans la solitude qu'elle doit faire face à cette situation, situation d'autant plus difficile qu'à l'époque, les femmes n'ont d'autres solutions que d'avorter clandestinement.

On pourra apprécier la retenue de la romancière, qui ne tombe jamais dans une plainte ou un lyrisme facile. Au contraire, elle fait ressentir sa douleur, sa solitude et sa souffrance sans effusion. On reconnaîtra d'ailleurs son style habituel, son écriture "plate" (La place) qui mêle autobiographie, restitution de son époque et réflexion sur l'écriture : en l'occurence, elle cherche une manière d'exprimer sa douleur en cherchant à retrouver les sensations, les sentiments qu'elle a vécus sans les transformer. Vers la fin du récit autobiographique, elle affirme : "Et le véritable but de ma vie est peut-être seulement celui-ci : que mon corps, mes sensations et mes pensées deviennent de l'écriture, c'est-à-dire quelque chose d'intelligible et de général, mon existence complètement dissoute dans ma tête et la vie des autres" ( p. 125).

Un roman similaire à ses précédents romans ? En fait, Annie Ernaux, par ce récit d'un événement douloureux, s'inscrit dans la mémoire collective, mais plus spécifiquement de celle de toutes les femmes : (" Je ne suis pas le plombier !" [dit un chirurgien]. cette phrase comme toute celle qui jalonnent cet événement, des phrases très ordinaires, proférées par des gens qui les disaient sans réfléchir, déflagre toujours en moi. Ni la répétition ni un commentaire sociopolitique ne peuvent attérnuer la violence. [...] Et cette phrase que lui avait peut-être inspirée un sketch de Fernand Raynaud qui faisait alors rire toute la France, continue de hiérarchiser le monde en moi, de séparer, comme à coup de trique, les médecins des ouvriers et des femmes qui avortent, les dominants et les dominés" (p. 108).

"Il se peut qu'un tel récit provoque de l'irritation, ou de la répulsion, soit taxé "de mauvais goût". D'avoir vécu une chose, qu'elle qu'elle soit, donne le droit imprescriptible de l'écrire. Il n'y a pas de vérité inférieure. Et si je ne vais pas au bout de la relation de cette expérience, je contribue à obscurcir la réalité des femmes et je me range du côté de la domination masculine du monde" (p. 58).

Contrairement à ce que croit la romancière, la lutte contre l'IVG est peut-être terminée en France mais elle ne l'est pas dans d'autres états comme le rappelle un film récent Never rarely sometimes always (2020) ou d'autres événements de notre société contemporaine (France info).

Ernaux Annie, L'événement, Folio, France, août 2001, 130 p.

Autres romans de la romancière : Mémoire de fille, La place, la honte, une femme, Regarde les lumières mon amour

Sur le web : billet de Lilly

VIDEO. IVG : comment ça se passe dans le monde ?
L'IVG peut être pratiquée jusqu'à 24 semaines. C'est l'un des délais les plus élevés d'Europe avec les Pays-Bas. L'avortement est quasiment illégal. Les femmes polonaises ne peuvent désormais recourir à l'IVG qu'en cas de viol, d'inceste ou de danger pour la vie de la mère.
https://www.francetvinfo.fr

 

Posté par maggie 76 à 00:08 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , ,


04 mars 2021

C'est le premier, je balance tout (février 2021) : ISSN 2607-0006

126090165

Logo d'allez-vous faire lire

MES FILMS

 

MES LIVRES

J'ai été déçue par L'Isle lettrée de M Dunn mais j'ai découvert un très joli manga intitulé L'atelier des sorciers. Pour notre LC balzacienne, j'ai lu La maison du chat qui pelote. Le prochain rendez-vous sera pour le 28 mars : nous lirons une autre nouvelle "Adieu" et je propose d'avance une LC pour avril : la biographie de Honoré de Balzac et moi par Titiou Lecoq.

Isle lettrée91MeXsxtezLM02070374416-large

MES ACHATS

Ce mois-ci, j'ai acquis L'événement et Journal du dehors d'Annie Ernaux après avoir lu le billet de Lilly. J'ai acheté le tome 2 de L'atelier des sorciers, impatiente de voir comment évoluerait le personnage Coco ( tome 1). J'ai acheté Adieu et Honoré de Balzac et moi de Titiou Lecoq pour les LC et Le tigre blanc d'Aravind Adiga pour les étapes indiennes vues chez Rachel.

AdieuAtelier des sorciers 2Le tigre blanc

Journal du dehorshonoé d eBalzac TitiouEvenement

Posté par maggie 76 à 23:24 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

28 février 2021

Soirée pop-corn films # 5 rétros : ISSN 2607-0006

Voici un film pour notre nouvelle soirée pop-corn films rétros avec Missycornish qui a publié un billet sur Les 7 mercenaires de Fuqua. Alors que le film, en live action, sorti en 2021 a fait scandale, regardons plutôt Mulan produit par Disney.

A l'origine, cette histoire chinoise vraie ( "La véritable histoire de Mulan" sur France culture), montrait une jeune fille barbare déguisée en homme pour partir à la guerre à la place de son père. Disney en a fait une héroïne féministe et chinoise.

La jeune fille déplaît à la marieuse malgré un criquet porte-malheur mais vraiment mignon. Son père, infirme, doit partir à la guerre pour lutter contre l'invasion des Huns mais Mulan décide de se travestir et de le remplacer. Elle est aidée par Mushu, un gardien dégradé de la famille. Arrivée au camp, Mulan se montre plus maladroite que jamais mais elle finit par se comporter de manière héroïque...

Evidemment, Disney a ajoué ses traditionnels ingrédients qu'on aime tant : Mushu, le minuscule dragon, vient divertir le public par ses maladresses. Des chansons viennent ponctuer l'action dont le fameux "comme un homme", sans oublier une histoire sentimentale entre l'héroïne et un général forcément beau et fort.

A l'ère de #MeToo, on appréciera que cette héroïne destinée à se marier et à se taire devant les hommes accomplisse des prouesses, se montre rusée et courageuse. Elle doit trouver sa place dans la société, et la trouvera, mais ce ne sera pas celle que l'on croit. Emotions et rire, un film de l'âge d'or de Disney !

Mulan, Barry Cook et Bancroft,  88 min, 1998, Disney.

Sur le web :

Levée de boucliers contre Mulan, l'héroïne chinoise de Disney
Non contente d'avoir mobilisé contre elle une coalition de militants prodémocratie de Hongkong, de Taïwan et de Thaïlande, la deuxième adaptation de Mulan par Disney, disponible le 4 décembre sur le site de vidéo à la demande Disney+, est dans le collimateur des défenseurs du peuple ouïgour, la minorité opprimée du Xinjiang, où une partie du tournage du film a eu lieu.
https://www.lemonde.fr
Mulan : Disney tente de conquérir le marché chinois, mais à quel prix ?
Le film Mulan de Disney sort ce vendredi en France. Mais pas dans les cinémas, uniquement en streaming sur la plateforme en ligne du groupe. Le Covid et une série de polémiques ont bousculé la sortie de ce blockbuster. Retour sur une œuvre qui raté son objectif : conquérir le marché chinois.
https://www.franceculture.fr

soiree-pop-corn-chez-missycornish-et-maggie-

Participation au soirée pop-corn rétros avec Missycornish

 

 

Posté par maggie 76 à 20:04 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 février 2021

La maison du chat-qui-pelote de Balzac : ISSN 2607-0006

M02070374416-large

Qu'est-ce qu'un chat qui pelote ? C'est un chat qui joue le jeu de paume et qui sert d'enseigne à la maison de monsieur Guillaume, un mesquin commerçant. Ce commerçant a une femme dévote et deux filles au physique opposé : la cadette, Augustine, est jolie tandis que sa soeur est laide. Toute cette famille vit avec leurs trois commis dans une obscure boutique. C'est là que Théodore de Sommervieux aperçoit cette ennuyeuse et mercantile famille.

Voici comment est décrit cette scène de la vie privée perçue par un artiste comme Théodore : "Le magasin, n'étant pas encore éclairé, formait un plan noir au fond duquel se voyait la salle à manger du marchand. Une lampe astrale y répandait ce jour jaune qui donne tant de grâce au tableaux de l'école hollandaise. Le linge blanc, l'argenterie, les critaux formaient de brillants accessoires qu'embellissait encore de vives oppositions entre l'ombre et la lumière. La figure du père de famille et celle de sa femme, les visages des commis et les formes pures d'Augustine, à deux pas de lasquelle se tenait une grosse fille joufflue, composait un groupe si curieux ; ces têtes si originales, et chaque caractère avait une expression si franche [...]" ( p. 42).

Alors que le marchand croit que le commis Joseph Lebas va épouser son aînée, ce dernier lui annonce qu'il est amoureux d'Augustine. Mais celle-ci aime Théodore. Finalement un double mariage va d'organiser : l'aînée épousera le commis qui ne l'aime pas et la cadette se marie avec le peintre. Comment vont évoluer ces deux couples ?

Avec la simplicité d'un conte, Balzac oppose deux mariages, deux soeurs et deux classes sociales, résumé ainsi par le narrateur : " Cette observation n'empêcha pas que les arts et la pensée ne fussent condamnés encore une fois au tribunal du négoce" (p. 47). La prosaïque Augustine arrivera-t-elle à se faire aimer de son fantasque mari ? Tout en peignant un drame conjugal ( oui, encore !), Balzac fait aussi la peinture des marchands et des moeurs de son siècle... Cette brève nouvelle contient de nombreuses thématiques typiquement balzaciennes, notamment un discours sur l'esthétique réaliste, où le réel s'oppose à la réalité perçue par un artiste.

Balzac, La maison du chat-qui-pelote, Folio classique, Malesherbes, Juin 2016, p.

LC avec Miriam, Claudia, Rachel, Pativore. Prochaine LC Balzac le 24 mars ("Adieu") et je propose aussi pour le 25 avril, la lecture de Honoré et moi de Titiou Lecoq.

***************************************************

La comédie humaine :

1. Scène de la vie de province: La vieille fille"La femme abandonnée", " Pierrette", Le curé de Tours, Ursule Mirouet, Eugénie Grandet, La vieille fille, Le cabinet des antiques,

2. Scène de la vie parisienne :La cousine Bette, Ferragus, La maison Nucingen, "Pierre Grassou", La fille aux yeux d'or, La duchesse de Langeais

3. Etude philosophique : Maître Cornélius, Un drame au bord de la mer, Fascino cane, Louis Lambert, Melmoth réconcilié, La peau de chagrin, L'auberge rouge, L'élixir de longue vie.

4. Scène de la vie privée :  "La maison du chat qui pelote", Un début dans la vie, La vendetta, Une double famille, "Le bal de Sceaux", Mémoires de deux jeunes mariées, Le père Goriot, La bourse, Le colonel Chabert, Gobseck

5. Scène de la vie de campagne : Le lys dans la vallée

Posté par maggie 76 à 11:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 février 2021

L'atelier des sorciers de Kamone Shirahama : ISSN 2607-0006

collector atelier des sorciers91MeXsxtezL

© Kamome Shirahama

Quel succès pour K. Shirahama ! Chacun de ses mangas sort en édition collector pour magnifier le dessin de ce manga de magie. Coco le personnage de L'atelier des sorciers est un peu le Harry Potter du manga. Présentons d'abord la mangaka : " Diplômée de l'Université des Arts de Tokyo, section Design, elle embrasse une carrière d'illustratrice free-lance et de mangaka. Elle réalise plusieurs couvertures de comis américains : Marvels, DC, Star Wars... Parmi ses autres mangas, on peut citer Enidewi" (jaquette).

Le parallèle entre ces deux sagas est facile à faire puisque Coco est une petite fille ordinaire qui découvre à 10 ans qu'elle peut faire de la magie. Elle entre alors dans une école dans laquelle trois autres fillettes apprennent depuis leur plus jeune âge à pratiquer la magie. Malheureusement, Coco découvre que la magie se pratique en dessinant. Quoi de plus facile ! Elle décide alors de reproduire un dessin qu'un magicien lui a vendu lorsqu'elle était plus jeune, ce qui provoque une catastrophe...

61wSRRlzhcLLa première chose qui frappe l'oeil, dans ce manga, c'est la beauté des dessins. Les cercles dominent et remplacent parfois la case réglementaire. Certains personnages ressemblent à des figures féminines présentes dans les cartes postales art nouveau. Les cases ne suivent jamais le schéma d'un gaufrier mais présente une grande variété de mise en page avec de superbes éléments de décors. Le trait est très fin comme dans une gravure.

© Mucha

atelierdessorciers7

arbre atelier

© Kamome Shirahama

L'originalité de la magie dans cette histoire où les sorciers portent des capes et des chapeaux pointus mais pas de balai volant, c'est qu'elle naît de dessins qui pourraient être pratiqués par tous. C'est pourquoi cette magie reste secrète. Certains l'utilisent à mauvais escient comme l'antagoniste de Coco, la confrérie du capuchon. Outre cet adversaire, la fillette doit passer de nombreuses épreuves pour rester en compagnie des apprenties-sorcières : passer l'examen des élèves sorciers sans que Coco y soit préparée, afffronter un dragon...

Comme dans Harry Potter, cet univers magique se constitue peu à peu sous nos yeux : quelle encre utiliser pour faire les dessins magiques ? Quels sont les symboles à utiliser... On découvre ainsi les différents emblèmes magiques et les lieux constituant cet univers comme la tour-bibliothèque, les monts surréalistes, Carn la ville des sorciers...

Le personnage principal est jeune, naïf mais aussi très attachant : Coco est débrouillarde, tenace et courageuse. De nombreux éléments, lieux et personnages secondaires sont peu développés et seulement introduits dans ce tome 1. L'ensemble est assez enfantin avec des petites saynètes comiques ou mignonnes. Cependant, on attend avec impatience de faire plus ample connaissance avec ce monde de fantasy.

Shirahama K., L'atelier des sorciers, tome 1 (7 tomes, série en cours), Pika, 204 p.

Sur le web :

billet de Docbird, billet de Kiona

" L'Atelier des sorciers ", manga enchanteur
Tolkien a aussi des héritiers au Japon. Les mangas de fantasy et de récits où la magie est un élément central de la narration abondent. En revendiquant l'influence d'Harry Potter et du Seigneur des anneaux, la mangaka Kamome Shirahama inscrit totalement sa série L'Atelier des sorciers dans ce courant tout en cherchant à le renouveler.
https://www.lemonde.fr

dragon atelier

© Kamome Shirahama

Posté par maggie 76 à 20:20 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 février 2021

L'isle lettrée de Mark Dunn : ISSN 2607-0006

L_ISLE_LETTREELMNOP 001

On peut déjà être un peu surpris par le choix du titre du roman de Mark Dunn : Ella Minnow Pea a été transformé en L'isle lettrée. Le jeu sur les lettres de l'alphabet disparaît. Cela laisse mal augurer du reste... Pourtant, excepté le titre, la traductrice tente de restituer la lettre du texte. De nombreux jeux de mots sont présents dans les missives échangées par les habitants d'Utopianian, rebaptisée Nollop, en l'honneur d'un des écrivains de leur île, qui a écrit un pangramme, c'est-à-dire une phrase où toutes les lettres de l'alphabet sont employées ("Portez ce vieux whisky au juge blond qui fume"). Dans cette société insulaire fermée aux innovations technologiques, les habitants se voient refuser l'utilisation de la lettre Z après une interprétation superstitieuse d'un accident sur l'île, une des lettres du pangramme étant tombée. La sanction de mort touche tous ceux qui osent employer cette lettre interdite : de fait les abeilles sont condamnées à mort pour la prononcer sans cesse !

Mark Dunn développe un monde où la tyrannie de 1984 d'Orwell aurait rencontré l'univers de La disparition de Pérec, où une lettre est supprimée. Evénement bénin ? Il s'en suit que les habitants ne peuvent plus écouter la radio où la lettre prohibée est prononcée. Les îliens vont-ils se révolter contre les répressions ? Comment les enseignants peuvent-t-ils transmettre des savoirs  - sans livre, ceux-ci contenant la lettre interdite - et en supprimant une lettre. Les contraintes amenées par la disparition progressives des lettres provoquent des jeux sur le langage et une créativité tout à fait réjouissante  ( "Ces DOUX ENNemis" : écoutez le son de ces mots mis en capitales !) et attristante.

Pourtant, même si l'intrigue est bien conçue et n'est pas oubliée au détriment de la forme, on peut regretter que les styles épistolaires se ressemblent tous, faisant des personnages des êtres de papier. Moutonniers et lâches, les différents personnages se ressemblent tous par leur comportement légnifiant, leur naïveté, leur désuétude. L'ambiance qui rappelle La lettre écarlate d'Hawthorne - avec des piloris et des coups de fouet - donne une dimension inactuelle à cette dystopie épistolaire originale, qui pousse à réfléchir. L'idôlatrie, la superstition font évidemment mauvais ménage avec le savoir et le progrès. Voici encore une preuve s'il en est besoin. Cependant, des problèmes de traductions freinent la lecture et la rendent pénible, à tel point que j'ai abandonné le roman : " Les personnes présentes maintenant en notre isle, je tente à parler à elles" ( p. 167). Un bon concept mais déservi par la traduction...

Dunn Mark, L'isle lettrée, Elya Edition, Saint-Etienne, mai 2013.

sur le web : Lecture sans frontières,

Posté par maggie 76 à 10:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 février 2021

Le médecin de famille de Lucia Puenzo : ISSN 2607-0006

Adapté d'un roman de la réalisatrice Lucia Puenzo, intitulé Wakolda ( 2011), Le médecin de famille fictionnalise une période de la vie de Josef Mengele. Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreux nazis avaient fui en Amérique du Sud. Présent quelques années en Argentine, J. Mengele fuit ce pays, dénoncé pense-t-on par Nora Eldoc, une espionne ayant réellement existé.

En Patagonie, une famille rencontre un homme poli et froid, qui va aussi devenir le premier client de l'hôtel dont elle a hérité. Cet homme, soit-disant vétérinaire, s'intéresse de près à leur fille Lilith, qui a des problèmes de croissance. Il décide de lui prescrire un traitement. De même la mère Eva, qui attend des jumeaux, attire l'attention du médecin. Entre-temps, le père Enzo, restaure des poupées et le médecin décide de les fabriquer en série...

Peu d'actions viennent rythmer ce film lent comportant peu d'événements. C'est davantage l'atmosphère qui est travaillée : de magnifiques paysages en plan général permettent d'admirer la Patagonie. Couleurs et photographie de l'image sont absolument magnifiques. Ce décor contraste avec l'ambiance sombre de l'usine dans laquelle on voit les poupées fabriquées. Peu à peu, l'angoisse s'insinue lorsqu'on voit évoluer ce personnage inquiétant s'immiscant dans cette famille, testant ses produits sur la petite fille, s'occupant des jumeaux.

En arrière-plan de ce drame familial, on nous montre une école allemande, dans laquelle travaille Nora Eldoc, une espionne qui a repéré Mengele dans ce médecin. En hors-champ évolue une petite société pro-nazis et on évoque aussi l'arrestation d'Eichman. Ce long-métrage lent et académique aborde donc l'eugénisme ( "Le mélange salit le sang et dévaste la mémoire", déclare le médecin allemand à Lilith) et l'Histoire de manière anecdotique mais il a au moins le mérite de parler d'un sujet peu traité : le quotidien de criminels nazis vivant en toute impunité... Un bonus dans le DVD permet d'écouter la réalisatrice expliquant ses choix, révélant les éléments fictifs...

Le médecin de famille, Lucia Puenzo, 2013, 1h33, avec Alex Brendemuhl, Nathalia Oreiro, Diego Peretti.

unnamed

"Le Médecin de famille". WANDA FILMS/SEBASTIAN PUENZO

Posté par maggie 76 à 19:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 février 2021

soirée pop-corn rétro # 4 : ISSN 2607-0006

Eternel Charlot ! Plus d'un siècle après sa création, Charlot est resté un personnage emblématique, encore populaire. Le didacteur, La ruée vers l'or... font désormais partie des "classiques", des incontournables ou des indémodables...

Dans les années 1920, Charlie Chaplin a réalisé de nombreux courts-métrages annonçant déjà ses films plus tardifs. Dans Charlot s'évade, le célèbre réalisateur donne vie à un prisonnier en cavale, qui sauve une jeune fille de la noyade ainsi que la mère et même le fiancé de la jeune bourgeoise.

Après ce sauvetage, Charlot va fréquenter cette société aisée lorsque ressurgit d'un placard le gardien de prison. Le fiancé évincé s'aperçoit que Charlot qui se fait passer pour le propriétaire d'un yatch est en réalité l'évadé recherché par les gendarmes, qui font irruption dans l'hôtel où évolue tout ce beau monde...

Après avoir quitté son costume de bagnard, Charlot revêt son costume reconnaissable, chaussures immenses, veston noir. Déjà, se succèdent des courses-poursuites endiablées, des coups de pieds, des chutes. Charlot s'évade est évidemment burlesque comme la majorité de la production de Charlie Chaplin mais ce court-métrage est aussi une critique de cette société insouciante, comme plus tard, les films satiriques tels que Le dictateur ou Les temps modernes : la jeune fille acceptera de fréquenter un homme qui n'appartient pas à son milieu ? Toutefois, le film reste surtout un chef-d'oeuvre de comique avec ses situations cocasses qui s'enchaînent sur un rythme effréné.

Perdus dans la masse de films du réalisateur britannique, les courts-métrages comme Charlot s'évade ou Charlot policeman sont à redécouvrir...

128352699_o

 

Charlot s'évade, Chaplin, 1917, 27 min

Soirée pop-corn organisé avec Missy Cornish.

Sur le web :

 

Les chemins de la connaissance - Charlot-Chaplin, un mythe 2/5 : Le shlemiel et le dandy

Aucun document n'atteste la date et le lieu exacts de la naissance de Charlie Chaplin dans le Londres de la fin du 19ème, une sorte de flou plane sur ses origines... On a donc pu imaginer tout et n'importe quoi ; certains l'ont dit enfant de bohémien...

https://www.franceculture.fr

 

Posté par maggie 76 à 22:24 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 janvier 2021

Bilan livresque 2020 : ISSN 2607-0006

Voici, en image, des livres qui m'ont marqué en 2020 :

1. L'album Capitaine Rosalie de Fombelle

2. La BD Les cahiers d'Esther de Sattouf

3. Le roman La cousine Bette, Balzac

4. Le roman Miroir de nos peines, Lemaître

5. Le manga Dr Stone, Boichi

6. Le roman The Witcher de Sapkowski

7. Le manga Claymore d'Yagi

8. Le roman La vieille fille de Balzac

9. Le roman Ici n'est plus ici, Tommy Orange

Sorceleur-T1-Le-Dernier-VoeuclaymoreLa vieille fille

124243551

125073125_o

126043512

 

 

 

 

 

 

 

 

 

capitaine

126841659_o

 

127352490

 

 

 

 

 

 

Posté par maggie 76 à 18:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

02 janvier 2021

Belle année 2021 ! : ISSN 2607-0006

500x282_harrylistemagique

Harry Potter Crédits : Radio France

Belle année 2021 à tous et belles lectures !

Blog en pause

Posté par maggie 76 à 11:24 - - Commentaires [18] - Permalien [#]