25 décembre 2019

Joyeux Noël 2019 !

noel-game-of-thrones-600x375

Posté par maggie 76 à 07:12 - Commentaires [12] - Permalien [#]


22 décembre 2019

Ce que savait la nuit d'Indridason : ISSN 2607-0006

125317087_o

 Design VPC - Illustration © Dhwee/Getty Images

Vous vous souvenez de la récente trilogie des ombres, le passage des ombres, Dans l'ombre La femme de l'ombre ? Dans ces romans policiers apparaissait Konrad, nouveau personnage récurrent. Dans ce volume Ce que savait la nuit, il est à la retraite et doit faire face à son passé. Il doit affronter des problèmes personnels comme l'assassinat de son père, un escroc se faisant passer pour un voyant. Son passé ressurgit avec son cortège de mauvais souvenirs... Un inspecteur à la retraite ? Comme dans la trilogie, une vieille affaire vient l'arracher à sa vie de grand-père gardant deux petits-enfants. Un homme tué lors d'une altercation réapparaît dans un glacier en train de fondre...

Vous reconnaissez certainement toutes les vieilles ficelles utlisées dans les précédents romans de l'auteur. Un cold case, une vie privée tourmentée, de nombreux dialogues, une enquête sans esbrouffe loin des incroyables rebondissements des polars nordiques de Nesbo. Dans les romans d'Indridason, c'est doucement mélancolique ( ce que rend bien la lecture de Martin Spinhayer qu'on peut entendre sur le site audiolib), ça ronronne un peu mais on se laisse prendre dans cette atmophère où les motivations des personnages, leurs sentiments sont plus importants que d'incroyables retournements de situations.

Certes le roman n'est pas follement orginal mais Indridason parle du quotidien, des réalités banales comme le harcèlement scolaire, des anciennes traces de l'occupation américaine, de la contrebande exitant à l'époque, la fonte du glacier Langjökull... Ce n'est pas le meilleur roman de cet auteur mais on croise à nouveau la route de Konrad devenu comme un vieil ami et on se laisse doucement emporter dans cette enquête...

Indridason, Ce que savait la nuit, Audiolib, lu par Martin Spinhayer, 7h59, novembre 2019, France.

Autres romans : La femme de l'ombre, Dans l'ombre, tome 1, Le passage des ombres, L'hiver arctique, L'homme du lac, Le lagon noir,

Sur le web : Champenois Sabrina, "Arnaldur Indridason, Actes dégueulasses au pays des glaces", Libération, mis en ligne le 7 février 2019. URL : https://next.liberation.fr/livres/2019/02/07/arnaldur-indridason-actes-degueulasses-au-pays-des-glaces_1707803

Partenariat Audiolib

 

Iceland-Langjokull-glacier

Glacier de Langjökull, Islande, National Geographic

1024px-Islande_Kaldidalur_Langjokull

Glacier de Langjökull, Islande, Wikimedia

Posté par maggie 76 à 09:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

18 décembre 2019

Verte de Desplechin : ISSN 2607-0006

waterhouseVictor Muller

Waterhouse ( 1849-1917), Le cercle magique/ Victor Muller ( 1829-1871), Blanche-Neige et la vieille

sorcieresDe la sorcière au nez crochu telle que l'a popularisée Disney à l'érudite sorcière Hermione Granger, l'image de la sorcière a beaucoup évolué ces dernières années. Devenue une tendance lifestyle, un business ou des pratiques ancestrales, la sorcière incarne de nos jours "la femme avec un grand F, celle qui, libérée du patriarcat, fait bouger les lignes pour sauver le monde. Vive la transgression, vive la magie" ("ce que sorcière veut dire", Les sorcières, histoire d'une renaissance, p. 6).

Grâce au hors-série du Point, on traverse les époques pour évoquer les magiciennes comme Circé ou Médée, les grands procès en sorcellerie mais aussi les films cultes portant sur ce thème ou les animaux associés à ces femmes.

Hermione-Grangerkiki-jiji-SORCIERE-BN

Blair witch 001 - CopieMaléfique

Hermione Granger/  Kiki, La petite sorcière, Miyazaki/ Blanche-Neige et les sept nains/ Ma sorcière bien aimée/ Maléfique

Richement illustré, il propose même une brève analyse du tableau Frans Francken. La marche de l'histoire consacre aussi une de ses émissions aux récits de sorcellerie dans laquelle on peut entendre Le sabbat d'Alfred Schnittke par l'Orchestre du Théâtre de Bolchoï.

verteDans le sillage d'Harry Potter, le jeune sorcier, Desplechin s'empare aussi de la figure devenue iconique de la sorcière pour parler de sujets contemporains comme la normalité dans une famille dans laquelle on a "l'habitude des dingues" ou l'héritage.

A travers son récit humoristique, elle décrit les relations entre une fille, Verte, et sa mère sorcière. Cependant, Verte refuse cet héritage qu'elle trouve trop encombrant. Mais à quoi ressemble une sorcière de nos jours ? Finalement, peu de véritable magie est présente dans le récit même si l'histoire s'appuie sur des éléments traditionnels comme les mandragores ( synthétiques pour certaines...), les grimoires ou les sorts.

"Sorcière, tu es née, sorcière tu dois devenir" (p. 29) : La véritable magie se situe autre part, notamment dans la composition du roman - qu'il ne faut pas révéler pour laisser la surprise aux lecteurs - et dans la richesse des thématiques : Verte décrit aussi la construction de soi à l'adolescence, les rapports familiaux entre générations, la découverte de l'amour... Le roman de Desplechin fait partie de ces livres magiques dont parle justement un sorcier, Harry Potter : " Il y avait même un livre qu'on ne pouvait plus s'arrêter de lire une fois qu'on avait mis le nez dedans"( Harry Potter, à l'école des sorciers).

verte Léna

© Julien Piffaut

Adapté par Léna Bréban, la pièce Verte retranscrit parfaitement l'univers de Desplechin. Le choix de points de vue différents disparaît mais l'univers féérique a été accentué : brume, objets qui se meuvent seuls, décors qui apparaissent... La mise en scène dynamique est rythmée par des musiques, des danses, des lumières recréant une ambiance onirique - avec un arbre particulièrement extraordinaire - mais aussi assez réaliste comme dans le roman. Le caractère des personnages est bien retranscrit grâce à un jeu d'acteurs extrêmement enlevé. Une très belle pièce !

Desplechin, Verte, L'école des loisirs, Novembre 2018, France, 175 p.

Verte, mise en scène de Léna Bréban, avec Rachel Arditi, Céline Carrère, Pierre Lefevre/ Julie Pilod, 1h10

Hors-série, Les sorcières, Histoire d'une renaissance, Le point,n° 4, Novembre-décembre 2019, 90 p.

Sur le web : La marche de l'histoire. 2018. Les récits de sorcellerie, France culture. Animée par Jean Lebrun. 19 février 2018.

125487768

John D. Batten, La belle au bois dormant

Posté par maggie 76 à 05:06 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

15 décembre 2019

Culottées de Bagieu II, 1 : ISSN 2607-0006

Les sorcières de la littérature91INZ5B5HkL515RvDbS-RL

Ces dernières années ont vu fleurir de nombreuses anthologies biographiques sur les femmes : on peut penser Aux douze scandaleuses de l'histoire de Marc Fourny (billet Le salon des lettres), Aux sorcières de la littérature (billet de Cathulu), Sorcières la puissance invaincue des femmes (billet de Hilde), 7 femmes de Salvayre (billet Niki)... Que ce soit des essais féministes comme l'essai de Mona Chollet ou des biographies comme Il était une fois des femmes fabuleuses, ces écrits démontrent que quelle que soit la période, les romancières, aviatrices, chanteuses ont été négligées, oubliées... Dans Culottées 2, Bagieu leur redonne une place de choix en dessinant leur histoire.

product_9782072833373_195x320Après la publication en deux volumes, en poche, de Culottées 1, voici la sortie du deuxième volume, toujours en deux parties chez les éditions Folio. Dans cette BD en poche, on y découvre donc les destins de 7 femmes. Certes les biographies sont succintes mais la BD présente une grande variété de figures féminines, comme le portrait de l'athètle Chéryl Bridges (planche 2), celui de chanteuses telles que Betty Davis ou de scientifiques

Bette davis 001Les couleurs, les graphismes donnent de la vivacité à ces récits de vie contrairement à ceux de l'illustratrice Bodil Jane où Frida Kahlo ou Marie Curie ont l'air complètement figé (dans Il était une fois des femmes fabuleuses). Graphiquement magnifique, de très belles doubles pages (planche 1) séparent chaque récit de vie. Le petit format n'empêche pas une lecture aisée et ne perd pas en qualité, les pages étant sur papier glacé épais. Une belle édition pour de beaux portraits !

Pl. 1 Culottées, II, 1 © Bagieu

cheryl bridges 001

Pl. 2 Culottées, II, 1 © Bagieu

Les auteurs, les époux von Grut, d'Il était une fois des femmes fabuleuses ont aussi fait le choix de raconter la vie d'une dizaine de femmes célèbres. Si les illustrations n'apportent rien au propos, on peut souligner le ton de l'oralité choisi. Comme dans les contes, les narrateurs semblent directement s'adresser aux lecteurs : ce ton de la conversation nous fait découvrir sans ennui la vie de ces femmes remarquables comme Marie Curie, Frida Kahlo ou J.K. Rowling... La biographie de Wangari Maathai commence ainsi : " Nous allons vous parler d'une femme que l'on appelle la Mère des arbres, une grande dame qui vécut en Afrique et qui eut beaucoup de courage pour affronter des hommes prêts à tout pour faire disparaître la forêt. Mais, pour raconter cette histoire fabuleuse, mettons-nous à l'ombre des grands arbres et laissons-nous inspirer..." (p. 13).

001L'album et la BD  - graphiquement très belle ( planche 3) - présentent des biographies succintes mais elles suscitent notre curiosité et nous poussent à lire d'autres ouvrages pour en savoir davantage. Elles s'adressent aussi aux plus jeunes, favorisant ainsi leurs connaissances sur la condition de la femme...

Pl. 3 Culottées, II, 1 © Bagieu

Bagieu, Culottées II, 1, Folio BD, France, octobre 2019, 95 p.

Von Grut, Il était une fois des femmes fabuleuses, Larousse jeunesse, 2008, 45 p.

Autres BD : Cadavre exquis. Culottées I, 1,2, Culottées 2

Sur le web : Lecture sans frontière

Partenariat Folio.

Posté par maggie 76 à 05:23 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

11 décembre 2019

Kingdom (volumes 1 et 2) de Yasuhisa Hara/ Bounder de Oyama : ISSN 2607-0006

kingdom-1-meiankingdom-2-meian

© HARA Yasuhisa

L'histoire de la Chine, à l'époque des Royaumes combattants, entre le Veme siècle avant J.C. au IIeme siècle, est mis en scène dans Kingdom, une série publiée chez Meian.  Lancez-vous dans la lecture de l'histoire chinoise à travers les aventures d'un jeune orphelin voulant devenir le plus grand général sous les cieux. Ce sont donc des événements historiques racontés de manière nekketsuesque avec des orphelins et leur quête... Comme le rappelle un autre auteur de manga historique K. Takeda, dans Peleliu, "puisque c'est un manga, il faut aussi que ce soit palpitant et facile à lire" (postface).

carte Kingdom 3 001 Illustration 1 Kingdom © HARA Yasuhisa

kingdom personnage 001

Illustration 2 Kingdom © HARA Yasuhisa

A une époque où la Chine n'est pas encore unifiée ( illustration 1), différents personnages se déchirent pour prendre le pouvoir : le jeune roi, Ei Sei, du pays de Quin, (il deviendra Qin Shi Huangdi, l'unificateur de la Chine et celui qui a fait construire le mausolée avec les soldats de terre cuite) soutenu par le général Shobunkun est trahi par un riche marchand Ryo, devenu chancelier, et par son demi-frère. Le jeune roi va chercher l'alliance du monarque du peuple des montagnes dans le volume 2.

Au delà des batailles épiques, des stratégies mis en place, Kingdom montre aussi des personnages qu'on apprend à connaître comme le jeune Shin, le jeune Karyo Ten et le roi (illustration 2). Les différents protagonistes sont nombreux mais vite identifiables. Même si c'est un seinen, le mangaka a ajouté de l'humour, outre les horreurs de la guerre - Hyou un personnage important meurt assez rapidement - et les parties plus politiques, avec des SD.

Si le premier volume présente des cases plutôt dépouillées, dès le deuxième volume, les paysages sont impressionnants (planche 1) et les scènes grandioses même si les découpages des cases sont toujours très stricts. Dommage, aucun bonus ne vient indiquer les sources, la manière dont a procédé le mangaka pour travailler...

Avec plus 50 volumes en cours au Japon, Kingdom connaît un engouement qui ne semble pas prêt de s'arrêter et l'on comprend pourquoi en lisant le début de cette histoire...

bounder 1bounder

Pl. 1 Bounder © by ÔYAMA Takumi / Kôdansha

En revanche, Bounder qui traite du même sujet, est à découvrir malgré tous ses défauts et ils sont nombreux ! Ce gros one shot, de plus de 300 pages, ne présente pas une grande qualité d'impression : certains dialogues sont pris dans la reliure et ne sont donc pas lisibles. Autres choix malheureux, la couverture et le titre : rien ne fait penser à un manga historique sérieux alors qu'il l'est davantage que Kingdom.

Yu un jeune orphelin s'attaque à l'empereur Quin, présenté comme un véritable tyran... ce qu'il était réellement dans les documents historiques comme vous pouvez le constater dans l'émission la marche de l''histoire. Le mangaka évoque aussi l'armée de terre cuite ou "L'incendie des livres et l'enterrement des lettrés". L'histoire colle davantage à la réalité historique même si elle est "shonenisé", avec son personnage d'orphelin qui veut se venger de l'empereur... Les dessins, sans être d'une grande originalité, ne manquent pas de dynamisme mais l'édition laisse à désirer...

Hara Yasuhisa Hara, Kingdom, Meian, volumes 1 et 2, (56 volumes, en cours),

ÔYAMA Takumi, Bounder, One shot, Kurokawa, Paris, août, 2019.

Sur le web : Otakulte,

Quin le premier empereur. La marche de l'histoire. 20 juin 2013.

Les derniers secrets de l'armée de terre cuite, Ian Bremner, arte.

double page Kingdom 001Planche 1 Kingdom © HARA Yasuhisa

Posté par maggie 76 à 03:53 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


08 décembre 2019

Civilizations de Laurent Binet : ISSN 2607-0006

Civilizations

Couverture : (d’après) Charles de Habsbourg dit Charles Quint, 1605. Juan Pantoja de la Cruz (1553-1608). Museo del Prado, Madrid. © FineArtImages / Leemage

Remarqué grâce à son très réussi premier roman Hhhh, Laurent Binet vient d'être récompensé par le Grand prix de l'Acamédie française pour son nouveau roman Civilizations. C'est encore une fiction qui parle d'Histoire et dont l'origine paraît bien surprenante : plus jeune, l'auteur déclare, dans un entretien final, qu'il jouait à un jeu "Civilisation" où chaque joueur pouvait construire son monde. Quel monde l'auteur a décidé de construire ?

incas1Ce récit historique commence par une exploration avec l'histoire de la fille d'Erick le rouge, aboutissant au Brésil. Quant à Colomb, il décède en Amérique. Atahualpa ne triomphe pas de son demi-frère et est obligé de traverser l'Océan pour aterrir au Portugal : là, il découvre l'inquisition, le christianisme, un tremblement de terre, les guerres...

https://www.courrierinternational.com/article/histoire-ainsi-ecrivaient-les-incas

Cela ne vous rappelle rien ? L. Binet réutilise le fameux regard décentré, celui des Persans de Montesquieu. A travers les yeux des Incas, nous découvrons l'Europe de Charles Quint, de la Renaissance et nous rencontrons des personnages aussi divers que Pizarro ou Marguerite de Navarre. Ces observateurs de "l'Ancien Monde", ne tardent pas à découvrir l'amour de l'or des Européens, les rituels religieux catholiques - dont l'Inquisition présentée de manière tout aussi absurde que dans Candide - les guerres et leurs alliances.

Columbus33

Mais Civilizations n'est pas qu'une simple uchronie qui se contenterait d'inverser les rapports de force qui ont lieu au XVIeme siècle : avec jubilation et ludisme, Binet pastiche le journal de Colomb, les lettres des humanistes comme More ou Erasme, les sagas islandaises lors du périple de la fille d'Erick le rouge... Certains passages - comme l'énumération des lois incas - paraissent longs - surtout que la lecture de Bernard Gabay est un peu lente - mais le texte nous réserve bien des surprises comme la rencontre de Cervantes ou de Rabelais au détour d'une phrase ou d'un chapitre. S'appuyant sur des faits historiques réels, Binet imagine un monde dominé par le Dieu soleil des Incas. où la Mecque n'est plus la Mecque mais Cuzco.

Une revanche littéraire pour les peuples décimés ? Une critique des fanatismes religieux ? Réflexion sur les hasards du passé ? Un jeu littéraire ? Tout cela à la fois, pour notre plus grand plaisir d'écoute.

Binet Laurent, Civilizations, Audiolib, 12h43, lu par Bernard Gabay, France, septembre 2019.

Autres romans : HHhH

Sur le web : La grande librairie. "Cilizations : une inversion de l'histoire du monde signé Binet".  30.10. 2019. Extrait.

Partenariat Audiolib

Le prince Machiavel1011519-Cervantès838_054_bra02091

Ph. © Zefa/ Portrait de Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592) © Photo Josse / Leemage - AFP

Posté par maggie 76 à 00:24 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

05 décembre 2019

Le tigre des neiges de Higashimura (volume 1) : ISSN 2607-0006

tigre-des-neiges-1-lezard-noir

Le tigre des neiges © 2019 Akiko HIGASHIMURA by SHOGAKUKAN.

"Surnommé "Tigre d'Echigo" ou encore "Dragon d'Echigo", le valeureux guerrier Kenshin était persuadé d'être la réincarnation de Bichamonten le dieu de la guerre. Redoutable combattant réputé pour être le plus puissant seigneur de guerre de l'époque Sengoku, il a livré bataille en arborant un étendard sur lequel était inscrit le premier idéogramme qui compose le nom de Bishamonten": ainsi commence Le tigre des neiges, manga historique. La mangaka expose une des théories existantes sur Kenshin, selon laquelle ce chef de clan serait une femme.

Le tigre des neiges histoire 1 001

Pl. 1 Le tigre des neiges © 2019 Akiko HIGASHIMURA by SHOGAKUKAN.

Consciente que cette période - l'époque Sengoku, au XVIeme siècle - et les multiples noms historiques pourraient ne pas être connus par le lecteur, Akiko Higashimura a décidé de présenter les faits de deux manières, l'une ludique, l'autre plus précise ( planche 1). Si l'esthétique n'est pas particulièrement belle et les décors ne sont pas fouillés, on prend plaisir à découvrir l'enfance de l'héroïne, son caractère, et celui de ses proches (planche 2).

Surtout, on s'intéresse à tout le clan Nagao, famille de Kenshin, aussi bien à son quotidien qu'à ses luttes contre les familles voisines. La mangaka intervient pour nous donner des informations sur les rivaux des Nagao, les moeurs de l'époque comme l'éducation des garçons dans les temples, les légendes qui viennent étayer sa thèse... Dans les bonus, elle nous raconte d'ailleurs comment elle a procédé pour écrire et dessiner son seinen. Malgré des dessins qui peuvent paraître enfantins, Le tigre des neiges est un très bon manga historique (planche 3). C'est un véritable plaisir d'en savoir plus sur l'histoire du Japon par le biais de ce manga...

Higashimura Akiko, Le tigre des neiges, volume 1, (8 en cours) Le Lézard noir, Poitier, 2018.

Le tigre des neiges planche 3 001

Pl. 2 Le tigre des neiges © 2019 Akiko HIGASHIMURA by SHOGAKUKAN.

 

le tigre des neiges histoire 2 001

Pl. 3 Le tigre des neiges © 2019 Akiko HIGASHIMURA by SHOGAKUKAN.

Posté par maggie 76 à 00:13 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

01 décembre 2019

C'est le premier, je balance tout (novembre) : ISSN 2607-0006

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-marineLogo d'allez-vous faire lire

1) LES CHRONIQUES VENUES D'AILLEURS

125328765Orné d'une illustration de Benjamin Lacombe, le numéro du de Libération du 27 novembre 2019 "Marche et rêve" était consacré à "l'empowertement" de la jeunesse, après celle des femmes. Considérée comme indifférente, immature, désintéressée par ce qui l'entoure, les jeunes comme Greta Thunberg démontrent le contraire. L'écologie, une affaire d'adulte ? Trois articles soulignent, au contraire, une prise de conscience de la génération 2.0 ou "Petite Poucette", selon l'expression de Michel Serres, même si cela reste circonscrit aux plus aisés des pays riches...

2) MES FILMS

L'OISEAU-TEMPETE Bande Annonce VF (2019) Alicia Vikander

'The Secret World of Arrietty' Trailer

3) MES LIVRES

Ce mois-ci, Une double famille était la LC bazacienne. La prochaine lecture sera La vendetta. J'ai lu Voyage au centre de la terre et la série Made in Abyss de Tsukushi mais que je ne poursuivrai pas car la série sombre complètement dans l'horreur, à partir du volume 3... La lecture du manga Grendel d'Oikawa m'a poussé à découvrir Beowulf dont il est vaguement inspiré. Avec La soif de Nesbo, j'ai suivi les aventures de Harry Hole dans une enquête s'appuyant sur Othello et enfin, Marie et Bronia et L'idée ridicule de ne jamais plus te revoir m'a entraînée sur les pas de  l'extraordinaire Marie Curie.

BEOWULFmade-in-abyss-1-ototoverne voyage au centre de la terre

 La soif nesboMarie et broniaminuscule-1-komikku

rosa Montero123454050grendel-1-komikku

 4) MES ACHATS

où les roses ne meurent jamaisPour poursuivre les lectures de La Comédie humaine de Balzac, j'ai acheté Le curé de Tours et La muse du département. Les éditions Folio m'ont envoyé Où les roses meurent jamais, de Staalesen, Culottées de P. Bagieu et Bagdad, la grande évasion de Hossain. Après la découverte de mangas de science-fiction comme Gunnm ou de ceux de fantasy comme Grendel, j'ai consacré mes achats à l'acquisition de mangas historiques : Peleliu de Takeda, La fillette au drapeau blanc de Miyauchi, Kingdom de Yasuhisa et Le tigre des neiges de Higashimura. Belles lectures à tous pour le mois de décembre !

Le curé de TourPeleliuce que savait la nuit

la fille au drapeau blancLa muse du département balzacCulottees-Partie-1

kingdom-1-meiantigre-des-neiges-1-lezard-noirBagdad la grande évasion

Posté par maggie 76 à 08:48 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

27 novembre 2019

L'oiseau-tempête de Westmoreland : ISSN 2607-0006

L'OISEAU TEMPETE Trailer 2019

Inspiré d'un roman de la romancière anglaise Susanna Jones, L'oiseau-tempête s'ouvre mystérieusement sur la disparition d'une jeune fille américaine, dans un Japon contemporain. Lucy Fly, une jeune femme expatriée au Japon est accusée de meurtre lorsque l'on trouve des indices sur des liens entre ces deux femmes et un photographe japonais. Encore un triangle amoureux ! Evidemment, les apparences sont trompeuses et on découvrira peu à peu la part de mensonges et de vérités dans les déclarations de Lucy.

"On vit tous dans notre monde"

Ce n'est pas l'intrigue convenue qui attire l'oeil du spectateur mais bien plutôt l'atmosphère envoûtante : le quotidien laisse place à de nombreuses scènes nocturnes où les souvenirs du personnage principal s'insèrent, créant des doutes sur la véracité de que l'on voit. Le choix d'un point de vue subjectif nous entraîne dans le passé brumeux de Lucy et de son amant non moins névrosé... La croyance que la photographie happe l'âme de celui qui est dans le cadre, une jeune fille qui lit dans les lignes de la main, Lucy qui croit provoquer la mort d'une amie tombant dans les escaliers... créent une atmosphère troublante autour de personnages énigmatiques.

montagne l'oiseau tempête

L'oiseau-tempête © NETFLIX

Surtout, les cadrages choisis sont beaux comme des tableaux. A travers les déambulations des personnages, on découvre les rues de Tokyo, les fêtes nipones, les îles japonaises. Le réalisateur  - qui a tourné aussi Colette - nous entraîne dans la vie de cette ville, non pas comme dans un documentaire, mais éclairée doucement par les lueurs de l'aube ou colorée par les lumières nocturnes... Certes, le scénario est assez prévisible, les scènes d'interrogatoire classiques, mais ce long-métrage possède une très belle photographie.

L'oiseau-tempête, Wash Westmoreland, 1h46, 2019, Netflix, avec Alicia Vikander et Naoki Kobayashi.

oiseau tempête 2

oiseau tempête 4

oiseau tempête 5

oiseau tempête 6

L'oiseau-tempête © NETFLIX

Posté par maggie 76 à 06:47 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

23 novembre 2019

Une double famille de Balzac : ISSN 2607-0006

index

De nombreux livres du XIXeme siècle aborde l'adultère féminin comme dans Madame Bovary ou Effie Briest de Fontane. En revanche, Balzac aborde la question du mariage et de l'adultère... d'un homme dans Une double famille.

Une double famille commence par le portrait de deux pauvres femmes qui brodent, l'une vieille et l'autre belle. Que peuvent-elles voir dans cette triste petite rue étroite ? Les passants. L'un d'eux, attendri par leur misère, leur vient en aide un jour. L'homme, un riche magistrat, emmène la jeune femme dans une longue promenade à la campagne. Une idylle commence dans ce cadre bucolique. Nous pouvons suivre leur bonheur "clandestin, illégal" (p.64). Cependant, le narrateur nous invite après un événement capital à "oublier un moment les personnages, pour se prêter au récit d'événements antérieurs, mais dont le dernier se rattache à la mort de Mme Crochard. ces deux parties formeront alors une même histoire qui, par une loi particulière à la vie parisienne, avait produit deux actions dictinctes" (p. 71). Que découvre-t-on dans cette deuxième partie ? La vie du magistrat...

Charlet_N

"Voilà pourtant comme je serai dimanche", Charlet

Jamais nouvelle balzacienne n'a pris une telle dimension picturale : les descriptions des passants, des deux femmes vues par la fenêtre par le comte de Granville, les rues parisiennes, des intérieurs sont esthétisés comme des tableaux, de même que les personnages : " un chiffonnier avait une vieille figure digne de celles que Charlet a immortalisées dans ses caricatures de l'école de balayeur" (p. 118).

Outre ces desciptions à la façon d'intérieurs hollandais, Balzac a savamment construit sa nouvelle : ce n'est pas seulement le dyptique de deux vies familiales opposées que propose cette nouvelle mais les deux histoires s'imbriquent et alternent pour donner une morale sur le mariage et dénoncer le rôle de l'Eglise sous la Restauration.

On prendra plaisir à retrouver Horace Bianchon. Quant à la fille du comte de Granville, elle deviendra la femme de Félix de Vandenesse, anti-héros du Lys dans la Vallée. L'apparition de tous ces personnages dans cette si vaste Comédie humaine amène d'ailleurs des erreurs dans leur destin puisque la deuxième fille de Granville est déjà mariée en 1833, époque où se déroule la fin  de ce court récit, alors qu'on évoque une belle alliance à venir pour elle dans Une double famille...

Mais quel romancier ! Balzac n'assène pas une sèche et triste morale sur le mariage mais l'englobe dans une histoire habilement construite tout en développant des considérations sur l'âme humaine, le rôle de l'Eglise, le mariage, les moeurs sous la Restauration et l'Empire...

Balzac, Une double famille,  Livre de poche, Espagne, octobre 2010, 121 p.

Prochaine LC, le 22 décembre avec La Vendetta.

La comédie humaine :

1. Scène de la vie de province :Ursule Mirouet, Eugénie Grandet, Le cabinet des antiques

2. Scène de la vie parisienne :Ferragus, La maison Nucingen "Pierre Grassou", La fille aux yeux d'or, La duchesse de Langeais

3. Etude philosophique : Louis Lambert, "Melmoth réconcilié, La peau de chagrin, L'auberge rouge, L'Elixir de longue vie

4. Scène de la vie privée : Une double famille,"Le bal de Sceaux", Mémoires de deux jeunes mariées, Le père Goriot, La bourse, Le colonel Chabert, Gobseck

5. Scène de la vie de campagne : Le lys dans la vallée

 

Posté par maggie 76 à 08:26 - - Commentaires [23] - Permalien [#]