08 septembre 2012

La loi du silence d'Hitchcock : ISSN 2607-0006

La Loi du Silence - Bande Annonce Officielle (VOST) - Alfred Hitchcock / Montgomery Clift

Imaginez un prêtre, Michael Logan, à qui on confesse le meurtre d'une personne qu'il connaît, l'avocat Villette, qui fait chanter une femme qu'il aimait avant d'être prêtre. Lorsqu'une enquête s'ouvre, imaginez le silence du père Logan à cause du secret de la confession. Imaginez aussi ses tourments lorsqu'il est arrêté pour ledit crime parce que des témoins ont vu un homme en soutane proche du lieu du crime et que cette soutane est retrouvée dans les affaires de M. Logan. C'est l'intrigue de de La loi du silence - titre original : I confess - réalisé par Hitchcock qui s'est inspiré d'une pièce française Nos deux consciences de Paul Anthelme.

Évidemment le suspense est à son comble : Hitchcock excelle dans l'art des faux-semblants, des coupables innocents et l'art de créer une attente insoutenable. Le père Logan va-t-il être condamné à mort ? Comment prouvera-t-il son innocence ? Surtout que toutes les preuves l'accablent, de même que les divers témoignages : il est souvent filmé en plongée comme écrasé par son secret et sa culpabilité. Quelle attente angoissante ! Ce film repose entièrement sur le jeu d'acteur de M. Logan incarné par Montgomery Clift. Ses peurs, ses doutes se lisent sur son visage. Pourquoi la critique de l'époque parle-t-elle de la "retenue habituelle" de cet acteur ? Il laisse véritablement transparaître divers sentiments... C'est un film plus sombre que les autres Hitchcock car aucun humour n'atténue le dramatique de la situation même si un flash-back insère la romance de Michael avec une jeune femme. Comme ses films précédents, c'est encore un excellent Hitchcock. Pour l'anecdote, la femme d'Otto Keller, jouée par l'actrice Dolly Haas, est une ancienne comédienne allemande très célèbre qui a arrêté sa carrière pour suivre son mari aux Etats-Unis. Elle reprend du service exceptionnellement pour le célèbre réalisateur....

La loi du silence, Hitchcock, 1953, 95 min, avec Montgomery Clift, Anne Baxter.

Autres films : La corde, Psychose, Mais qui a tué Harry ?; Une femme disparaît,

Participation au challenge Hitchcock organisé par Titine. Son billet sur "La loi du silence ici.

Posté par maggie 76 à 08:06 - - Commentaires [21] - Permalien [#]


29 août 2012

Cinéma et littérature 3 : ISSN 2607-0006

 

Jane Eyre (2011) : bande annonce #1 VO

Cette nouvelle version de Jane Eyre déconstruit la narration chronologique du roman de Charlotte Brontë en commençant par la fuite éperdue de Jane Eyre de Thornfield-Hall : qui fuit-elle ? Pourquoi ? Des flash-backs nous permettent de découvrir son enfance et sa relation ombrageuse avec Rochester. Ce film esthétique est plus solaire, plus lumineux, plus romantique - n'occultant pas complètement l'aspect gothique - que les versions précédentes. Les paysages arides et déserts, des personnages tourmentés et secrets sont sublimés par la caméra de Fukanaga grâce à des cadrage audacieux - même Rochester défiguré reste séduisant - qui arrive tout de même à être fidèle au roman. Ce film - bien qu'ayant quelques imperfections comme l'amour de Rochester qui arrive très brutalement - fait de Jane Eyre une de ces héroïnes qui continuera longtemps à hanter  notre imaginaire...

Jane Eyre de Fukunaga, avec Mia Wasikowska, Michael Fassbender, Jamie Bell, 2012, 120 min.

vu aussi par Lou, titine, Miss Popila,.Shelbylee...

LES 39 MARCHES - Bonus VO

Voici encore un film de la période britannique d'Hitchcock dynamique et léger. Cette comédie policière relate les tribulations d'un canadien - Richard Hannay - qui est entraîné malgré lui dans une histoire d'espionnage et de surcroît accusé de meurtre. La situation de départ n'est pas banale : lors d'une soirée dans un music-hall, Richard rencontre une Mme Smith qui prétend que des plans ont été volés. Il faut empêcher la fuite de ces documents à l'étranger en se rendant en Ecosse pour démasquer le chef de cette conspiration. On assiste donc à une joyeuse suite de scènes burlesques notamment lorsque Richard se réfugie chez un couple de paysans écossais : le mari pointilleux et bourru croit à une idylle entre sa femme et le fugitif alors qu'elle l'aide simplement à échapper à la police et à ses poursuivants... De la ferme, il atterrit dans une sauterie, puis dans une auberge où la tenancière se croit en plein vaudeville... Avec des scènes épurées et à un rythme trépidant, le Maître crée une course-poursuite pleine de rebondissements et de retournements de situation culminant dans une scène finale qui révèle bien des surprises, notamment un "MacGuffin".

Les 39 marches, Hitchcock, avec Robert Donat, Madeleine Caroll, 1935.

Adapté du roman les 39 marches de J. Buchan lu par Cryssilda et Titine. vu aussi par Miss Léo et Titine.

François Truffaut-1968-La mariée était en noir

Une jeune femme, Julie Kholer prépare minutieusement les meurtres d'hommes qui figurent sur son carnet. Le mobile est assez vite dévoilé ; ce sont les assassins involontaires du mari de Julie le jour de son mariage... Dans ce film, Truffaut déclare ouvertement être influencé par son maître qui est Hitchcock. Mais que de longueurs ! Quel manque de suspense ! L'hommage hitchcockien me semble totalement injustifié : point de tension, ni d'humour noir. La vengeance s'éternise et se mécanise, tous ces morts n'arrivent pas à attiser le moindre intérêt pour ce film mortellement ennuyeux.

La mariée était en noir, Truffaut, adapté de The bride wore black de William Irish, 1967, avec Jeanne Moreau, 1h 47.

18870860

Dernier film de Truffaut, Vivement dimanche est un film policier loufoque : Vercel est accusé du meurtre de l'amant de sa femme, Massoulier. Evidemment, il clame son innocence et c'est sa secrétaire, Barbara qu'il vient de renvoyer qui va mener l'enquête. Truffaut joue avec les codes du roman noir avec brio en choisissant comme détective amateur, une femme et en réutilisant maints clichés du film noir : des portes secrètes camouflés dans une bibliothèque, un suspect qui fume deux cigarettes en même temps par nervosité, beaucoup de scènes nocturnes et pluvieuses... tout porte ce film vers la série B que Truffaut a intentionnellement imité en tournant très rapidement les scènes ce qui amène des incohérences assez drolatiques. A cela s'ajoute des clins d'oeil cinématographiques et littéraires  disséminés dans le film -   Barbara joue dans une pièce Le roi s'amuse et une séquence rappelle psychose ; quant à la fin elle semble faire référence à Fritz Lang... - pour faire de ce film une parodie de série B très réussie....

Vivement dimanche, Truffaut, adapté de The long saturday nigth de Charles Williams, avec Fanny Ardant, Jean-louis Trintignant, 1h 46, 1983

Posté par maggie 76 à 11:11 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

27 août 2012

Une femme disparaît d'Hitchcock : ISSN 2607-0006

UNE FEMME DISPARAIT - Bonus VO


Une femme disparaît est un film d'espionnage décalé et charmant : le complot ne semble qu'un prétexte à mettre en scène des britanniques dans des situations les plus rocambolesques ! Dans une auberge des Balkans, des touristes débarquent après l'arrêt de leur train dû à une avalanche. Comme dans une comédie, nous faisons la connaissance de divers couples singuliers, des obsédés du cricket, un musicien et spécialiste de la danse folklorique - Gilbert Redman - qui dérange le soir tout l'hôtel, notamment notre héroïne, Iris Henderson... Le lendemain, La jeune femme capricieuse et hautaine repart vers Londres pour se marier et fait la connaissance d'une affable gouvernante qui l'aide car Iris a failli être assommée par un pot de fleurs. Lorsque Miss Froy, la gouvernante, disparaît, toutes les personnes du train nient l'avoir vu, du serveur du wagon-restaurant aux occupants du compartiment d'Iris. A-t-elle des hallucinations comme le sous-entend un éminent docteur ? Est-ce un complot comme Iris le prétend ?

Beaucoup de détails savoureux et comiques viennent pimenter cette histoire de disparition inquiétante et mystérieuse : deux vieux garçons qui mentent pour ne pas rater un match de cricket, un couple adultère qui dirait n'importe quoi pour rester discret, une religieuse portant des talons hauts, la gouvernante qui voyage avec son propre thé... L'enquête semble inextricable, car il faut ajouter à tout cela, un magicien, une fusillade, un détournement de train, des indices qui apparaissent et disparaissent, des témoignages contradictoires... Un train, une disparition, une enquête - avec un Gilbert comiquement et provisoirement déguisé en Sherlock Holmes - l'ambiance a le charme désuet des romans d'Agatha Christie... mais avec un humour très hitchcockien. Pas étonnant que ce film soit l'un des plus gros succès de la période anglaise Hitchcock : les personnages secondaires et les héros sont délicieux et malicieux, de même que l'humour des dialogues très enlevés, sans compter le fin mot de l'histoire d'espionnage complètement farfelue ! un film à découvrir absolument ici.

Une femme disparaît, Hitchcock, 1938, d'après le roman The Wheel Spins, Ethel Lina White, avec Margaret Lockwood, Michael Redgrave, 96 min

Autres films : La corde, Psychose, Mais qui a tué Harry ?,

L'avis de Miss Léo

Participation au challenge Hitchcock de Titine.

Posté par maggie 76 à 11:01 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

19 août 2012

L'aventure de Mme Muir de Mankiewicz : ISSN 2607-0006

L'aventure de Mme. Muir - Bande-annonce

Une lectrice concluait que si ce n'était pas l'oeuvre Mme Muir et le fantôme de R.A. Dick qu'on qualifiait de chef d'oeuvre, se devait être l'adaptation de Mankiewicz. Et elle avait tout à fait raison. Ce film est un chef doeuvre ! Quels personnages ! Quelles joutes verbales ! Ah, chers téléspectateurs, laissez vous entraîner dans l'univers de Mrs Lucy Muir : cette jeune et séduisante veuve fuit le joug de sa belle-famille pour s'installer avec sa fille et sa servante Marthe dans une demeure baptisée " les goélands" dans le sud de l'Angleterre, qu'on refuse de lui louer. Pourquoi ? Parce qu'elle est hantée ! Là, en effet, est mort un marin qui est de prime abord bourru et colérique. Mais la jeune femme s'exclame : "hantée ! Passionnant !". Puis tout naturellement, elle parle au fantôme et fait progressivement connaissance de cet étrange hôte... S'entendant comme chien et chat au début, ils finissent par écrire ensemble une biographie " sans calfatage" dudit capitaine Gregg...

L'aventure de Mme Muir est un formidable portrait de femme qui refuse d'être "une faible femme", en ce début du XXeme siècle. Mais ce film aborde aussi les thèmes du passage du temps, de la solitude, de l'amour, de l'écriture et du rêve... On éprouve de la tendresse pour les personnages, que ce soit pour le capitaine qui se révèle plus affectueux qu'il n'en a l'air, pour la servante Marthe qui a la langue bien pendue mais qui prend tendrement soin de sa maîtresse et pour Lucy qui affronte la vie avec détermination, indépendance et humour et même pour sa belle-famille encombrante, bienséante et ridicule à souhait...  On est émerveillé par les beaux paysages marins et par la maîtrise dont fait preuve le réalisateur pour signifier le passage du temps... Comédie romantique - l'amour est plus fort que la mort et même que les rêves - c'est surtout un magnifique film onirique dont tous les vifs dialogues humoristiques font mouche. Un véritable chef d'oeuvre !

L'aventure de Mme Muir, Mankiewicz, 1h40, avec Rex Harrison, George Sander et Gene Tierney, 1947

Posté par maggie 76 à 10:46 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

16 juillet 2012

Miss Austen regrets de Jeremy Lovering : ISSN 2607-0006

Miss Austen Regrets - Trailer

Un mois austenien sans biopic de l'auteur, cela n'était pas imaginable... Mais que sait-on de la vie de Jane Austen ? Bien peu de choses en réalité, d'après les biographies à la fin des éditions de ses romans* : ce sont surtout les lettres qu'elle écrivit à sa soeur qui sont une mine d'informations sur les gens qui l'entourent... Malheureusement pour les Janéites curieux, Cassandra, la soeur de Jane Austen, a expurgé les lettres et elles se quittèrent très peu durant toute leur vie, ce qui réduit leur correspondance à une peau de chagrin... A quoi ressemblait-elle ? Aucun portrait ni description n'existe si ce n'est un dessin de Cassandra. Fille d'un pasteur, né dans une famille modeste, les Austen étaient tous de grands lecteurs et tous écrivaient. Comme toute jeune fille de son époque, Jane dansait, cousait, jouait du piano... De 1795 à 1800, la jeune fille écrit les premières versions de ses célébrissimes romans tels que Sense and sensibily... A partir de la mort de son père, sa famille connaît une certaine gêne financière... Mais la romancière continue sans cesse de réécrire ses livres et arrive à les publier.

Miss Austen regrets retrace les dernières années de la vie de l'auteur :  réalité ou fiction ? fidélité aux sources ou trahison ? La première partie du film donne une image surprenante de Jane car bien qu'elle soit ironique et parfois même méchante dans ses commentaires - l'exemple souvent cité de sa correspondance est le suivant : " Mrs Hall, de Sherbourne, a mis au monde hier prématurément un enfant mort-né, à la suite dit-on, d'une grande frayeur. Je suppose qu'elle dû, sans le faire exprès, regarder brusquement son mari"* - on a peine à l'imaginer en train de glousser dans des fourrées avec sa nièce ou flirtant ouvertement avec un quelconque médecin... Bien qu'une grande partie semble romancée - il est d'ailleurs souvent question de la confusion entre ses romans et sa vie -, ce biopic aborde justement une partie méconnue de sa vie sentimentale... Si le film est poignant - le sort des vieilles filles n'étaient guère enviables, ni celles des femmes globalement, le réalisateur a su aborder de nombreux aspects de sa vie comme la question de l'édition de ses romans, ses rapports avec ses proches, et surtout son indépendance. N'écrit-elle pas à sa nièce Fanny Knight qui lui demande conseils sur le choix d'un prétendant : "Tout doit être préféré ou supporté plutôt que de se marier sans affection"... In fine l'image donnée de cet auteur est peu flatteuse et non idéalisée mais apporte une touche supplémentaire au portrait incomplet de cette grande romancière.

Miss Austen regrets, Jeremy Lovering avec Olivia Williams.

* Jane Austen, Emma, 10/18.

Jarrod Julian, Jane, avec A. Hathaway, 2007, 1h58.

Participation au challenge back to the past, organisé avec Lou.

Posté par maggie 76 à 11:50 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


13 juillet 2012

84 charing cross road de David Jones : ISSN 2607-0006

84, Charing Cross Road, la bande-annonce

Je venais à peine de tourner la dernière page du recueil de correspondances de H.Hanff que Théoma proposait de faire voyager l'adaptation... Ayant tellement apprécié le ton et la personnalité si chaleureuse de l'auteur, j'ai bien évidemment eu envie de voir ce film bien que La duchesse de Bloomsbury - second livre des aventures londonniennes de Hélène H. - m'ait paru paradoxalement bien décevant à cause du ton bougon et snob de la narratrice et en même temps attrayant, car c'est une délicieuse cicerone érudite... Mais revenons à notre film qui débute par l'achat d'un livre...

Théoma conseille scones, plaid et thé pour voir ce film surrané ; et effectivement, on retrouve la même ambiance que dans les lettres de Hélène et de ses destinataires vivant dans le Londres d'après guerre. Quel plaisir de retrouver nos épistoliers ! Si A. Hopkins incarne très bien un Mr Doel "modeste", au flegme britannique, Anne Bancroft me paraît un peu moins appropriée pour jouer la vivacité et l'ironie de Hélène Hanff en en faisant trop. Mais David Jones arrive tout à fait à redonner vie aux protagonistes et donne une place de choix aux lettres, les lettres étant lues intégralement et s'intégrant très naturelllement au scénario : c'est d'ailleurs un tour de force d'adapter une correspondance et de remplir ainsi les blancs... Le seul élément qui m'a paru superflu est les appartés aux spectateurs : ces adresses aux spectateurs semblent peu naturels. L'intrigue est légère mais l'amour des livres et cette relation épistolaire rendent émouvante cette histoire atypique. C'est un vrai plaisir de retrouver Hélène Hanff pour qui a aimé la vivacité de sa prose...

84 charing cross road, David jones, avec Anne Bancroft et Anthony hopkins, 95 min.

Posté par maggie 76 à 12:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

03 juillet 2012

Raison et sentiments de J. Alexander : ISSN 2607-0006

Raison-et-Sentiments-BBC

Raison et sentiments en cinq portraits :

" Elinor, sa fille aînée, dont l'opinion avait eu tant de poids, était doué d'une force d'intelligence et d'une netteté de jugement qui faisaient d'elle, bien qu'âgée seulement de 19 ans, le conseiller habituel de sa mère et lui permettait de tempérer fort heureusement la vivacité de Mrs Dashwood qui l'aurait entraînée bien des fois à des imprudences. Elle avait un coeur excellent ; son tempérament était affectueux et ses sentiments profonds, mais elle savait les gouverner. [...] Marianne disposait, à beaucoup d'égards, des mêmes moyens que sa soeur. Elle était sensée et perspicace, mais passionnée en toutes choses, incapable de modérer ni ses chagrins ni ses joies. Elle était généreuse, aimable, intéressante, bref, tout, excepté prudente." (p. 11).

"Il [John Dashwood] n'avait pas une mauvaise nature, à moins qu'on qualifie ainsi la sécheresse de coeur unie à pas mal d'égoïsme ; mais il était considéré, en général, comme un homme respectable, car iil se conduisait correctement dans les circonstance ordinaire de la vie quotidienne. [...] Mrs John Dashwood était la vivante caricature de son mari ; d'esprit plus étroit encore et de caractère plus égoïste." (p. 9).

"Je suis convaincu, dit Edward, que vous ressentez réellement, devant une belle perspective, tout le plaisir que vous affirmez ressentir. Mais, en retour, votre soeur doit admettre que je n'en ressens pas plus que je ne dis. Je goûte un beau point de vue, mais pas sur des principes pittoresque. Je n'aime pas les arbres difformes, tordus, dévastés. Je les aime bien mieux lorsqu'ils sont droits, fermes et florissants. Je n'aime pas les cottages en ruine, à l'abandon. Je ne suis pas amoureux des orties, des chardons et des bruyères. J'ai plus de plaisir à voir une ferme modèle qu'une tour de guet, et une troupe de villageois heureux et bien tenus me plaît plus que les plus beaux beaux bandits du monde". (100)

"Mrs Dashwood plut également à Lady Middleton. Il y avait chez toutes les deux un égoïsme et une sécheresse de coeur qui les attiraient mutuellement ; et elles communiaient, l'une, l'aure dans une insipide correction et un manque complet d'intelligence." (p. 228)

"En dépit de toutes les améliorations et embellissements qu'il [sir John Dashwood] avait entrepris à Norland, en dépit des millions de livres qu'il avait failli vendre à perte, on découvrait aucun signe de cette indigence à laquelle il avait essayé de faire croire, aucune pauvreté n'apparaissait si ce n'est dans la conversation ; mais là le déficit était considérable." ( p. 232)

Jane Austen ne condamne pas les sentiments mais un romantisme échevelé, une sensibilité extravagante, incarnée dans l'une des soeurs Dashwood... Tout comme dans les autres romans de l'auteur, des héroïnes sont en butte à de nombreux obstacles, incarnés dans l'inconstance des hommes, la cupidité des femmes, l'aveuglement de toute une société pétrie de préjugés et de vanité. Quelle fabuleuse galerie de portraits agrémentée de vifs dialogues ! La mini-série, bien que fidèle, me semble un peu trop jouer sur le mélodrame : pourquoi avoir fait de Margaret une Cosette transportant l'eau du puits ou transformer les soeurs Dashwood en parfaite femme d'intérieur, alors que le roman ne l'évoque jamais ? Le réalisateur accentue aussi l'aspect gothico-romantique des paysages en filmant des falaises escarpées et des mers déchaînées, paysage état d'âme en relation avec les coeurs passionnés des soeurs Dashwood, faisant de Marianne une grande sentimentale attrapant une fluxion de poitrine, en se promenant sous la pluie battante, par nostalgie... En revanche, cette série manque singulièrement d'humour, là où Jane Austen raille, caricature ses contemporains, les femmes sottes comme Mrs Palmer, ou sa mère Mrs Jennings, le réalisateur passe rapidement, et préfère les envolées sentimentales... Après la version d'Ang Lee, j'ai trouvé cette mini-série d'esprit moins victorien... Mais Janéite ou pas, infidélités ou pas, la magie opère toujours avec les romans et les adaptations de Jane Austen.

Austen, Raison et sentiments, 10/18, 382 p.

Raison et sentiments, de J. Alexander BBC avec Charity Wakefield, Dominic Cooper, Dan Steven, Hattie Morahew

Participation au challenge back to the past organisé avec Lou.

Raison(1), sentiment(2), L'amour (3)et la méchanceté (4)

pdvd662sense460

tumblr_legw4moXk01qf1pamo1_500Sense_and_Sensibility_2008_jane_austen_995841_1024_576

 

Posté par maggie 76 à 10:14 - - Commentaires [31] - Permalien [#]

02 juillet 2012

Mais qui a tué Harry ? de Hitchcock : ISSN 2607-0006

 Mais qui a tué Harry ? Bande annonce VO

Quand on sait que The trouble with Harry est adapté d'un roman britannique dont l'auteur est Jack Trévor Story, on comprend mieux l'humour absurde et anglais qui préside aux dialogues et aux situations du film. Cette joyeuse comédie commence par la découverte d'un cadavre. Miss Graveley s'exclame : " Il semble qu'il y ait un petit ennui", en voyant le capitaine Albert Wiles traînant le mort. Doux euphémisme... suivi d'une proposition de prendre une tasse de thé : le décalage entre les propos des personnages et les situations crée de l'humour tout au long du film, où une série de scènes illogiques et cocasses se succèdent. Quant à la femme, Jennifer, en apprenant la mort de son mari Harry, elle déclare satisfaite : " M'en voilà débarrassée" !

Mais qui a tué Harry est aussi un faux film policier, car finalement le shérif ne fait qu'une brève apparition bouffonne où son seul indice est le témoignage d'un sans-abri, voleur des chaussures de Harry et d'un dessin qu'aussitôt le peintre - Sam - modifie, le détruisant ainsi mais une vraie comédie avec de nombreuses idylles qui se nouent tout autour de ledit cadavre... En revanche, s'il y a un vrai mort, les fausses causes apparaissent toutes plus absurdes les unes que les autres : Miss Graveley pense l'avoir tué avec un coup de talon, alors qu'Harry venait juste de recevoir un coup de poêle sur la tête, coup venant de sa femme !  Il est vrai qu'à certains moments, le scénario se fait volontairement répétitif et malheureusement plus languissant : comme le capitaine Albert, on irait bien dormir un peu... Mais ce film est la rencontre de l'humour britannique avec l'humour macabre de Hitchcock. Humoristique et atypique dans l'oeuvre de Hitchcock, n'attendez pas pour découvrir cette hilarante comédie macabre...

En ce qui concerne les anecdotes tournant autour de ce film, on peut citer la première apparition de Shirley Mac Laine qui a eu un Academy Award pour ce rôle, mais que je n'ai pas trouvé particulièrement remarquable, j'ai préféré le flegme tout britannique de l'acteur Edmund Gwenn (Albert Wiles, le capitaine) ou la cocasserie du jeu de John Forsythe en peintre déjanté et enjoué malgré la situation. Les making-of insistent aussi sur les déboires atmosphériques qu'a connu le réalisateur : Hitchcock a dû recréer les forêts automnales en studio, en faisant peindre et coller les feuilles orangées et or à des arbres ! Et encore une fois, Hitchcock fait une brève apparition, le trouverez-vous ?

Mais qui a tué Harry ? / The trouble with harry, Hitchcock, 1955, 1h35,

Autres films : La corde, Psychose,

Participation au challenge " Hitchcock" organisé par Titine et Sabbio. visionnage commun avec Titine, son billet ici.

Posté par maggie 76 à 19:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

30 juin 2012

Monet " un oeil...mais bon Dieu, quel oeil !" de Sylvie Patin : ISSN 2607-0006

SDC12179Giverny, photo que j'ai prise en 2008

Si vous passez près de Giverny, arrêtez-vous pour visiter le jardin de Monet d'une beauté équivalente à ses fameux tableaux tels que les Nymphéas. Regardez aussi le documentaire  " Claude Monet à Giverny, la maison d'Alice" : à partir 1883 et jusqu'à sa mort, le peintre va vivre entouré de sa famille, au milieu de son jardin, peignant sans relâche les effets de lumière sur un même objet. A travers la lecture de lettres d'Alice Hodesché, seconde femme de Monet, et de nombreuses photographies, on nous dévoile la personnalité du peintre impressionniste tout en évoquant ses différentes oeuvres. On y découvre un homme passionné par la nature, et d'une grande exigence par rapport à son art : Monet détruit ses tableaux lorsqu'il est insatisfait et la femme à l'ombrelle reçoit même un grand coup de pied qui déchira la toile. Peintre de "plein air", les lettres évoquent aussi les sorties de Monet avec sa fille Blanche pour peindre les sujets à l'extérieur même si le temps pluvieux l'empêche souvent de sortir... Ce documentaire permet de découvrir un Monet plus intime...

 "- Que représente cette toile ? Voyez le livret. Impression, soleil levant.

- Impression, j'en étais sûr. Je me disais aussi, puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l'impression la-dedans" : Louis Leroy, écrivait dans Le charivari en 1874 ce faux dialogue, à qui l' on attribue d'ailleurs l'origine du mot impressionniste, pour critiquer ces peintures d'une facture nouvelle. Raillé à ses débuts, Monet a bien des difficultés à vendre ses tableaux ou à les faire exposer dans les salons annuels. Boulevard des capucines*, Le pont du chemin de fer (1874) ou La gare Saint-Lazare ( 1877) font de Monet un peintre de la modernité, peignant la ville, les bouleversements haussmanniens, le fugitif : dans le Boulevard des Capucines, n'a-t-on pas l'impression qu'il a saisi un instant, un mouvement ? A partir des années 90, les "séries" permettent au peintre de trouver sa manière : il peint le même motif, du même point de vue, en faisant varier le moment. Jouant ainsi sur les effets de la lumière dont les exemples les plus spectaculaires sont la série des cathédrales et  des peupliers. Alors que le peintre chemine vers la reconnaissance officielle, sa vision devient plus audacieuse dans un tableau comme Londres le parlement, avec les effets de brouillard qui prime sur le sujet - qui n'est pas sans rappeler un Turner - ou  Falaise à Varengeville (1897), proche de l'abstraction. En regardant cette monographie sur Monet, très richement illustrée, on a envie de s'exclamer comme Cézanne : " Monet, ce n'est qu'un oeil... Mais bon Dieu, quel oeil ! ".

Monet " un oeil... mais bon Dieu, quel oeil ! ", Découverte Gallimard, Sylvie Patin, 167 p.

Participation au challenge "l'art dans tous ses états" de Shelbylee

boulevard_des_capucines_by_claude_monet_keepsake_b

* Boulevard des capucines, 1873

Posté par maggie 76 à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

24 juin 2012

An education de Lone Scherfig : ISSN 2607-0006

une education bande annonce VF

 Quel biopic bien réalisé ! Quelle gageure réussie ! Pourquoi parler de gageure ? Lorsque la journaliste Lynn Barber livre en une douzaine de pages un moment de sa vie qu'elle a longtemps tenu secret, le romancier Nick Hornby métamorphose cette petite histoire biographique en scénario vivant et impertinent. Si l'histoire est somme toute assez convenue, l'interprétation des acteurs est réussie. Sous la pluie, un jour, une lycéenne Jenny rencontre un bel homme séduisant et riche (Jack) dont elle ne tarde pas à tomber sous le charme. Entre la vie ennuyeuse de ses parents et les soirées jazz, entre sa vie de lycéenne terne et les amis éblouissants et frivoles de son nouvel ami, entre une vie d'étudiante à Oxford et des virées à Paris, Jenny a vite fait son choix ! "l'action fait le personnage", comme dirait le professeur de littérature de Jenny et c'est dans un tourbillon que nous emporte les personnages.

La réalisatrice a réussi une jolie peinture de l'Angleterre des années 60, notamment en filmant le milieu petit bourgeois très conservateur, économe et antisémite... bien incarné dans le personnage du père de Jenny, Jack ( Alfred Molina), qui pense que prendre une année sabbatique après le lycée, c'est être un "blouson noir" ou un "juif errant". De facture très classique, on nous livre aussi de jolis portraits très humains, parfois lâche (David), reconnaissant leurs erreurs et leurs faiblesses ( Jack)... C'est toute une nouvelle époque qu'on nous montre avec non plus le dilemme entre le mariage d'amour ou d'argent mais le choix entre des études et se marier... C'est peut-être bien pensant mais c'est aussi bien pensé...

An education de Lone Scherfig, 2010, avec Carrey Mulligan et Peter Sarsgaard, 1h35.

Vu par Lou, et Dasola qui n'a pas aimé...

Posté par maggie 76 à 12:55 - - Commentaires [19] - Permalien [#]