28 octobre 2009

Vipère au poing adapté par de Broca : ISSN 2607-0006

52112240

C'est avec un petit de retard, que je mets un petit billet sur Vipère au poing, adaptation du livre d'Hervé Bazin par P. de Broca, avec dans les rôles principaux C. Frot, J. Villeret et Jules Sitruck.

L'auteur, H. Bazin, raconte son enfance, entourée de ses frères, de ses parents et des domestiques. Enfant turbulent, il voue une haine farouche à sa mère, qu'il a surnommée Folcoche...

Voici un film qui a eu le mérite de me donner envie de relire le roman autobiographique de Bazin, qui est d'ailleurs d'une grande qualité d'écriture, mais dont je n'avais pas gardé un bon souvenir, lors de ma première lecture.
Si P. Murat, dans sa critique de Télérama, qualifie cette adaptation "d'édulcorée" - ce qui n'est pas faux - cela ne m'a pas empêchée de l'apprécier, notamment pour le jeu des acteurs : C. Frot joue à merveille cette femme aigrie, comme fuyant le bonheur et J. Villeret incarne parfaitement cet homme effacé et écrasé par sa femme. La métaphore du serpent, qui parcourt tout le film et le livre, est très bien rendue... Même si le scénario et la manière de filmer est très classique, on passe un bon moment...

 Sur le web : article Télérama

Posté par maggie 76 à 10:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


25 octobre 2009

Certains l'aiment chaud, Billy Wilder

52132367

Juste deux mots sur un film, un classique du cinéma américain, un film de Billy Wilder, des années 60, qui n'est pas une adaptation littéraire mais qui est à voir !

En pleine Prohibition, Jo et Jerry, deux musiciens dragueurs et machos, vont devoir se déguiser en femmes pour rejoindre un orchestre féminin car ils sont devenus des témoins gênants : ils ont assisté à une fusillade orchestré par des truands appelés "les guêtres". Finalement, Jo tombe amoureux de la chanteuse de la troupe tandis que Jerry alias Joséphine se fait courtiser par un millionnaire.

Le jeu des acteurs, notamment celui de Jack Lemmon, est vraiment désopilant. Déguisé en femme, il subit les pires déboires, perd ses faux seins et est poursuivi par un millionnaire. Exploitant le comique créé par le travestissement des deux acteurs principaux, les gags s'enchaînent : Jo se rendant à un rendez-vous galant avec Sugar (Marylin Monroe), déguisé en millionnaire, oublie d'enlever ses boucles d'oreilles... Véritable vedette de ce film en noir et blanc, Marylin Monroe joue parfaitement le rôle de l'ingénue, dans des tenues très suggestives. Une comédie hilarante. Irrésistible !

Bande Annonce - Certains l'aiment chaud.

Posté par maggie 76 à 19:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

10 septembre 2009

Chez Maupassant, Contes et nouvelles : ISSN 2607-0006

52121470

2 DVD des nouvelles de Maupassant, dont tous les téléfilms sont très réussis... Voici la présentation de deux téléfilms :

"La Parure", un téléfilm de Claude Chabrol, (2006), scénario Gérard Jourd'hui et Jacques Santamaria, avec Cécile de France (Malthilde Loisel) et Thomas Chabrol (Charles Loisel), 30 min.

Une jeune femme, petite bourgeoise (incarnée par Cécile de France), mariée à un médiocre fonctionnaire,  est un jour, invitée à un bal du Ministère de l'Instruction publique où travaille son époux. Dans un premier temps, elle refuse de s'y rendre, étant humiliée de ne pas avoir une belle toilette à se mettre. Finalement, son mari accepte qu'elle s'achète un nouvel habit et elle, de son côté, décide d'emprunter à une riche amie une parure. Elle est rayonnante, le soir du bal, jusqu'au moment où survint un drame tragique...

"Miss Harriet", Un téléfilm de Jacques Rouffio, (2007), scénario Philippe Claudel, avec Jérémie Rénier (Chenal), Laure (Miss Harriet) et Jean-Claude Dauphin (Chenal âgé), 1h

Au cours d'un dîner, une des convives de Chenal, qui est un peintre impressionniste, remarque une petite esquisse qui tranche par rapport au reste de sa production : chacun se tait devant ce tableau mystérieux, sombre, tourmenté. Chenal avoue que ce tableau lui a été inspiré par une femme... Tout le monde pense à une histoire d'amour mais Chenal entame un récit plein d'émotion, relatant l'histoire de la femme du tableau, une histoire singulière vécue vingt-cinq ans auparavant, mais qu'il n'a pas pu oublier.

Ces téléfilms mettent en images, très fidèlement l'univers des nouvelles de Maupassant : le patois des paysans normands, une campagne rude, la cruauté de la vie et des hommes... Le cadre historique est vraiment respecté ainsi que le pessimiste qui transparaît dans les nouvelles. Parfois drôles, parfois tragiques, tous ces téléfilms sont très plaisants à regarder. Vous trouverez aussi "Histoire d'une fille de ferme", "l'héritage", "deux amis", "Le père amabl"e, "Hautot père et fils" et "Toine".

Posté par maggie 76 à 20:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 septembre 2009

Arsène Lupin de Salomé : ISSN 2607-0006

50531932

Film de 130 minutes, de Jean Paul Salomé, avec Romain Duris, Kristin Scott Thomas, Pascal Grégory.

" Arsène Lupin est un voleur insouciant, détroussant l'aristocratie parisienne grâce à son charme redoutable. Sa rencontre avec une ensorcelante aventurière, la comtesse de Cagliostro va transformer le pickpocket débutant en en voleur de haut vol. Lancé sur la piste du trésor perdu des rois de France, que convoite une obscure confrérie royaliste, le jeune virtuose multiplie les coup d'éclat : attaque d'un train lancé à pleine allure, course-poursuite dan les catacombes parisiennes, vol spectaculaire à la cathédrale de Rouen... Mais sa quête va être perturbée par sa passion aveugle pour la vénéneuse comtesse..."

Arsène Lupin est un film à grand spectacle, avec des rebondissements en cascade,  des scènes spectaculaires, mais qui finalement paraissent un peu gratuites : l'intrigue est assez décousue. Tout s'enchaîne vite mais mal !

A la confusion du scénario, on peut déplorer un mélange des genres étranges : combat, film historique, fantastique... Tous les éléments pour racoler le spectateur sont présents mais peu efficaces...

Le roman policier est beaucoup plus subtil : l'énigme à résoudre se révèle passionnante et surtout le personnage de la comtesse de Cagliostro est extrêmement ambiguë et complexe : le personnage reste énigmatique jusqu'à la fin du roman et colore l'histoire d'une teinte fantastique, ce qui est bien mal rendu dans ce film... Aimant beaucoup les aventures d'Arsène Lupin, j'ai été assez déçue de cette adaptation qui semble chercher l'adhésion du plus grand nombre au détriment de l'intrigue...

Posté par maggie 76 à 08:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 août 2009

Sherlock Holmes attaque l'Orient Express : ISSN 2607-0006

Sherlock_Holmes_attaque_l_Orient_Express

Watson est inquiet pour son ami Sherlock Holmes, à cause de sa dépendance à la cocaïne. Il décide, avec l'aide de Mycroft, frère du célèbre détective, de l'envoyer à Vienne pour se faire soigner... par Freud !

Ce film est une adaptation d'un livre de Meyer, La solution à sept pour cent, qui pastiche les aventures de Sherlock Holmes. On ne s'ennuie pas devant ce film policier rocambolesque, grâce à de nombreuses scènes burlesques : l'apparition de Holmes déguisé en éboueur, l'effacé Watson jette de rage un verre d'eau sur un baron, puis, il est attaqué par des chevaux tueurs !

L'idée d'une rencontre entre le célèbre détective et Freud est savoureuse et entraîne un morceau de bravoure où apparaît le génie de la déduction de Holmes : rien qu'à la vue du bureau du psychanalyste, il peut en déduire ses goûts littéraires, le nombre d'enfants...

Je regrette juste que le rôle de l'enquêteur ne soit pas joué par Jérémy Brett qui incarne si bien le célèbre détective dans la série télévisée diffusée par Granada. Toutefois, en surjouant leur rôle, les acteurs apportent une bonne dose de comique. De rebondissements en rebondissements, Holmes détourne un train, le détruit à moitié et se bat sur le toit dudit train ! Extravagant et invraisemblable ! Film divertissant et drôle, destiné aux admirateurs de Sherlock Holmes !

Posté par maggie 76 à 09:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 août 2009

Les âmes grises d'Yves Angelo : ISSN 2607-0006

18435570

En 1917, près du front, la fille d'un aubergiste est retrouvée morte près du château du procureur Destinat. Qui est le meurtrier ?  Deux déserteurs vont être accusés, sans avoir été vraiment jugés. Le juge Mierk ne recherche pas la vérité mais des coupables. En revanche, un policier continue l'enquête, peu satisfait de ce procès inique. Quelques temps avant, une jeune institutrice, Lysia, est retrouvée morte, probablement un suicide, dans le château du procureur où elle résidait. Des morts, il y en a beaucoup. Il y a aussi ceux de la première Guerre Mondiale, guerre jamais montrée mais qui sert d'arrière-fond à cette tragédie...

Malgré une très belle distribution, le film n'est pas captivant. Les scènes sont décousues et manquent de rythme. L'intrigue policière est décevante, le mystère reste opaque et le spectateur est perdu dans cette longue et lente enquête. Surtout, l'émotion est absente de ce film austère. Dommage, le livre est très bien écrit : voici un extrait du roman :

"Elle ressemblait ainsi à une très jeune princesse de conte, aux lèvres bleuies et aux paupières blanches. Ses cheveux se mêlaient aux herbes roussies par les matins de gel et ses petites mains s'étaient fermées sur du vide. Il faisait si froid ce jour-là que les moustaches de tous se couvraient de neige à mesure qu'ils soufflaient l'air comme des taureaux. On battait la semelle pour faire revenir le sang dans les pieds. Dans le ciel, les oies balourdes traçaient des cercles. Elle semblaient avoir perdu leur route. Le soleil se tassait dans son manteau de brouillard qui peinait à s'effilocher. On n'entendait rien. Même les canons semblaient avoir gelé.

"c'est peut-être enfin la paix... hasarda Grosspeil.

- La paix mon os" lui lança son collègue qui rabattit la laine trempée sur le corps de la fillette."

Les âmes grises, P. claudel, Yves angelo, J. Villeret, J. P. Marielle, M. Hand, P. Podalydes, 1h43, 2005

Les Ames grises (2004)

 

Posté par maggie 76 à 18:14 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

20 août 2009

Truman Capote, de Bennet Miller : ISSN 2607-0006

 

50531991

Truman Capote est un auteur que je n'ai pas encore lu mais ce film m'a fait découvrir la genèse d'une de ses oeuvres, qui a marqué la littérature américaine du XXeme.

Le film Truman Capote décrit une partie de la vie de l'auteur : ce n'est donc pas une biographie mais le portrait d'un artiste en train de créer ce qui deviendra son oeuvre la plus connue. En 1959, par hasard, l'auteur découvre dans le New-York Times un article sur le massacre d'une famille de fermiers dans le Kansas. Avant même que les meurtriers soient arrêtés, il décide d'aller sur les lieux, avec une amie d'enfance, Harper Lee, pour se documenter. L'écrivain a décidé que ce fait divers servira de matière à son nouveau "roman de non-fiction" qui sera intitulé de Sang-froid. Ce livre, qui paraîtra 6 ans plus tard, a pour thème le meurtre du Kansas et la relation  de Truman Capote avec les deux meurtriers. Condamné à mort, l'un des deux tueurs reçoit de fréquentes visites du célèbre écrivain qui désire connaître les détails de la nuit du massacre. Une relation troublante et choquante se noue : Truman Capote est prêt à tout, au nom de la création littéraire.

Le portrait de cet écrivain est saisissant : il est à la fois horripilant avec sa voix haut perchée et désopilant par son esprit féroce. S'il est présenté comme un orateur, qui séduit son auditoire grâce à des réparties spirituelles, T Capote n'est pas présenté de manière flatteuse lorsqu'il s'agit de son travail d'écrivain. En effet, on montre aussi la genèse de De sang froid : l'écrivain n'hésite pas à mentir aux deux meurtriers pour avoir les renseignements qu'il désire. Il noue des liens avec les deux prisonniers mais les dénoue aussitôt que son intérêt pour eux retombent. Ce film est sombre, dérangeant et angoissant car il laisse une grande place à la vie des prisonniers et à leurs derniers pas dans les couloirs de la mort mais il permet aussi de faire connaître un auteur avec beaucoup de véracité.

TRUMAN CAPOTE - Bande-annonce VF

Posté par maggie 76 à 12:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]