La nuit du 12 de Dominik Moll commence par l'immolation d'une jeune femme, qui rentrait chez elle après une soirée passée avec des amies. Qui est le coupable ? Quel est le mobile ? Yohan, policier de la PJ de Grenoble, enquête méticuleusement et interroge les nombreux suspects, les ex de la jeune fille, Clara. 3 ans plus tard, l'enquête n'est toujours pas résolue malgré l'aide d'une juge qui relance l'affaire et d'une nouvelle co-équipière, dans l'équipe de Yohan, particulièrement perspicace...

La nuit du 12 n'est pas un thriller convenu : inspiré de faits réels et d'appuyant sur le livre 18.03, Une année à la PJ de Pauline Guéna, ce fait divers donne à voir de manière presque documentaire une investigation, le quotidien de la PJ et même leur problème de photocopieuse... Contrairement aux polars traditionnels, 20 pour cent des affaires criminelles ne sont pas résolues dans la réalité... Le réalisateur a réussi aussi à montrer comment cette affaire hante notre jeune capitaine.

"C'est quelque chose qui cloche entre les hommes et les femmes", déclare Yohan à la juge. Ce n'est pas une enquête conventionnelle parce qu'une réflexion sur les féminicides sous-tend cette histoire. Plusieurs portraits d'hommes et de femmes se succèdent autour de la question des rapports hommes-femmes dans les homicides mais aussi dans la PJ et la société plus globalement... coup de ♥ pour ce film réaliste, glaçant et émouvant !

La nuit du 12, Dominik Moll, 1h54, avec Bastien Bouillon, Bouli Lanners