M02070374416-large

Qu'est-ce qu'un chat qui pelote ? C'est un chat qui joue le jeu de paume et qui sert d'enseigne à la maison de monsieur Guillaume, un mesquin commerçant. Ce commerçant a une femme dévote et deux filles au physique opposé : la cadette, Augustine, est jolie tandis que sa soeur est laide. Toute cette famille vit avec leurs trois commis dans une obscure boutique. C'est là que Théodore de Sommervieux aperçoit cette ennuyeuse et mercantile famille.

Voici comment est décrit cette scène de la vie privée perçue par un artiste comme Théodore : "Le magasin, n'étant pas encore éclairé, formait un plan noir au fond duquel se voyait la salle à manger du marchand. Une lampe astrale y répandait ce jour jaune qui donne tant de grâce au tableaux de l'école hollandaise. Le linge blanc, l'argenterie, les critaux formaient de brillants accessoires qu'embellissait encore de vives oppositions entre l'ombre et la lumière. La figure du père de famille et celle de sa femme, les visages des commis et les formes pures d'Augustine, à deux pas de lasquelle se tenait une grosse fille joufflue, composait un groupe si curieux ; ces têtes si originales, et chaque caractère avait une expression si franche [...]" ( p. 42).

Alors que le marchand croit que le commis Joseph Lebas va épouser son aînée, ce dernier lui annonce qu'il est amoureux d'Augustine. Mais celle-ci aime Théodore. Finalement un double mariage va d'organiser : l'aînée épousera le commis qui ne l'aime pas et la cadette se marie avec le peintre. Comment vont évoluer ces deux couples ?

Avec la simplicité d'un conte, Balzac oppose deux mariages, deux soeurs et deux classes sociales, résumé ainsi par le narrateur : " Cette observation n'empêcha pas que les arts et la pensée ne fussent condamnés encore une fois au tribunal du négoce" (p. 47). La prosaïque Augustine arrivera-t-elle à se faire aimer de son fantasque mari ? Tout en peignant un drame conjugal ( oui, encore !), Balzac fait aussi la peinture des marchands et des moeurs de son siècle... Cette brève nouvelle contient de nombreuses thématiques typiquement balzaciennes, notamment un discours sur l'esthétique réaliste, où le réel s'oppose à la réalité perçue par un artiste.

Balzac, La maison du chat-qui-pelote, Folio classique, Malesherbes, Juin 2016, p.

LC avec Miriam, Claudia, Rachel, Pativore. Prochaine LC Balzac le 24 mars ("Adieu") et je propose aussi pour le 25 avril, la lecture de Honoré et moi de Titiou Lecoq.

***************************************************

La comédie humaine :

1. Scène de la vie de province: La vieille fille"La femme abandonnée", " Pierrette", Le curé de Tours, Ursule Mirouet, Eugénie Grandet, La vieille fille, Le cabinet des antiques,

2. Scène de la vie parisienne :La cousine Bette, Ferragus, La maison Nucingen, "Pierre Grassou", La fille aux yeux d'or, La duchesse de Langeais

3. Etude philosophique : Maître Cornélius, Un drame au bord de la mer, Fascino cane, Louis Lambert, Melmoth réconcilié, La peau de chagrin, L'auberge rouge, L'élixir de longue vie.

4. Scène de la vie privée :  "La maison du chat qui pelote", Un début dans la vie, La vendetta, Une double famille, "Le bal de Sceaux", Mémoires de deux jeunes mariées, Le père Goriot, La bourse, Le colonel Chabert, Gobseck

5. Scène de la vie de campagne : Le lys dans la vallée