9782253092711_1_75L-Ombre-de-la-baleine

Couverture : Maquette : Alistair Marca / Photographie : © Mohamad Itani / Arcangel Images

L'ombre de la baleine est le dernier roman de Camilla Grebe. Elle a auparavant écrit Un cri sous la glace (2017) et Le journal de ma disparition ( 2018), qui a remporté le Glass Key Award, récompensant le meilleur polar scandinave, tout à fait mérité.

Encore un polar nordique ! Va-t-il être si différent des autres romans policiers ? De surcroît, Le journal d'une disparition repose sur un procédé répandu, celui de l'enquêteur amnésique. Déjà, dans La mémoire assassine, Young en profitait pour faire de l'humour noir, de même que dans Enquête sur la disparition d'Emilie Brunet d'A. Bello dans laquelle l'auteur ajoutait une dimension réflexive. En revanche, Camilla Grebe l'emploie pour développer un problème sociétal de manière sérieuse et d'actualité sur l'immigration de ces dernières années en Suède. Dans cet opus, la romancière nous présente Malin, une jeune policière, qui travaille sur un "cold case" des années 1990, dans son village natal, Ormberg. Elle nous donne aussi un petit aperçu de l'histoire de ce village, de ses habitants, notamment celle des adolescents. On peut

mail-K15040-The_cotton_mill_68x80_cm_CPrint_2013-Hmême découvrir dans une ligne, en passant, les belles photographies de Hélène Schmitz... Suspense, rythme soutenu et bon développement des personnages font du Journal de ma disparition un excellent polar originalement construit, absolument pas superficiel ni superfétatoire.

Hélène Schmitz, The cotton mill, 2013.

Après l'enquête bien écrite et passionnante du Journal de ma disparition, on tombe sur une autre enquête prise en charge par trois narrateurs des plus ennuyeux : l'enquêteur Manfred, un père qui a laissé tomber sa fille d'un an de son balcon, un jeune garçon qui deale et sa mère faisant partie d'une congrégation. Quelle platitude dans les monologues intérieurs et dans l'intrigue ! L'ombre de la baleine ressemble tout à fait à une série policière des plus banales abordant tour à tour la drogue, la religion, les relations familiales... On a vraiment envie de vite en finir malgré une nouveauté dans cet audiolib. Le récit est lu par trois lecteurs différents mais cela n'est pas vraiment utile : les lectures étant souvent d'une grande qualité, on n'a guère besoin de lecteurs différents pour suivre les protagonistes habituellement (vous pouvez écouter un extrait ici). Une déception !

Grebe Camilla, L'ombre de la baleine, Audiolib, lu par Marie Eve Dufresne, Hugues Martel et Pierre-Henri Brunel, 1 CD, 11h40, France, juin 2019

Grebe Camilla, Le journal de ma disparition, Le livre de poche, France, avril 2019, 472 p.

Partenariat Audiolib.