index

La couverture de Frida © Frida par Sébastien Perez et Benjamin Lacombe/Albin Michel

En cette rentrée littéraire 2019, Frida Kahlo est encore à l'honneur dans le roman Rien n'est noir de Claire Berest. En attendant de le découvrir, vous pouvez lire celui de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe, qui ont conçu un admirable livre thématique sur Frida Kahlo. On découvre ainsi neuf thèmes autour de la vie et de l'oeuvre de l'artiste mexicaine : L'accident, l'amour ( planche 1), la maternité, la mort... Les textes de Sébastien Perez, qui accompagnent les illustrations, ne sont pas factuelles mais poétiques : ce sont de courts paragraphes avec des jeux de typographie, et des citations de Frida Kahlo. Voici le texte qui accompagne, par exemple, le thème de la médecine :

"Il y a peu, [...] j'étais une petite fille qui marchait dans un monde de couleurs [...]. Tout n'était que mystère [...]. A présent, j'habite une planète douleureuse, transparente, comme de la glace, mais qui ne cache rien".

Je me destinais à étudier les corps et c'est finalement mon propre corps qui m'enseigne et orchestre ma vie. Peignant au rythme de mes douleurs, un dégradé de vert à rouge sang, je suis ce que je vis

" Dans la salive. Dans le papier. Dans l'éclipse. Dans toutes les lignes. Dans toutes les couleurs. Dans toutes les cruches. dans ma poitrine. Dehors. Dedans - dans l'encrier - Dans la peine à écrire. Dans la merveille de mes yeux - dans les dernières lignes du soleil ( le soleil n'a pas de lignes) - Dans tout c'est imbécile et magnifique".

images

Planche 1 de "Frida", par Benjamin Lacombe et Sébastien Perez Crédits : Benjamin Lacombe / Sébastien Perez / Albin Michel Jeunesse

f2-copy

Planche 2 de "Frida", par Benjamin Lacombe et Sébastien Perez Crédits : Benjamin Lacombe / Sébastien Perez / Albin Michel Jeunesse 

Benjamin Lacombe ne s'est pas contenté de faire de magnifiques illustrations aux couleurs chatoyantes : s'inspirant des tableaux de l'artiste mexicaine, il a créé des découpes. Voyez ci-dessus dans la planche 2 : on reconnaît d'abord L'autoportrait en robe de Tehuana mais si l'on soulève cette page, on découvre un autre autoportrait, celui des deux Frida qui recouvre le portrait de Diego Rivera.

Six pages finales rédigées par l'illustrateur contiennent ses intentions tout en étant un hommage à la complexité de l'art de cette femme peintre. Benjamin Lacombe explique ses choix et analyse "la symbolique fridienne". Voici ses explications pour Le cerf blessé (planche 3, p. 24) :

le cerf blessé 001

Planche 3 de "Frida", par Benjamin Lacombe et Sébastien Perez Crédits : Benjamin Lacombe / Sébastien Perez / Albin Michel Jeunesse

" On peut s'interroger sur la pertinence de faire des citations si littérales à des oeuvres déjà existantes, mais je n'avais pas le choix. Il était impossible de toucher à un seul élément de la composition sans en briser le message. Dans Le cerf blessé, chaque élément a ne signification précise. Cette illustration fait référence à L'Enéide de Virgile et à l'histoire de la reine de carthage, Didon, errant dans la grande forêt au delà du Styx comme un cerf blessé, suite à la trahison de son amour par Enée. Mais plus encore que l'illustration de cette histoire classique, cette composition est une façon pour Frida de s'adresser à ses proches. Réalisé à la suite d'une énième opération vaine de sa colonne vertébrale, ce tableau a été offert à ses amis Lina et Arcady Boyler, accompagné d'un poème qui semblait clairement annoncer une tentative de suicide de Frida (ce qui arrivera finalement 8 ans plus tard). La branche morte du premier plan évoque la rupture, la souffrance et sans doute la mort prochaine. L'orage qui gronde en arrière-plan évoque les tourments de l'artiste. Néanmoins, la mer calme laisse présager l'espoir de jours plus heureux.

L'espoir de la renaissance, par la guérison ou par la mort, est appuyé ici par tous les éléments de la composition. La rangée de gauche, vers laquelle se dirige le cerf, est composée de neuf arbres, ce qui correspond au nombre de flèches fichées dans le corps de Frida, ainsi qu'au nombre de bois qui ornent fièrement sa tête. La symbolique du chiffre 9 est forte et plusieurs interprétations sont possibles : c'est la neuvième heure que le Christ a expiré sur croix, mais chez les Aztèques c'est aussi le nombre d'étapes qui conduisent à une éternité sereine. Le chiffre 9 est aussi le symbole de l'entier et du renouveau. Retirer ou changer le nombre d'arbres ou de flèches reviendrait à trahir la symbolique incluse dans ce tableau"

 Dans Frida, on peut admirer à la fois le style graphique reconnaissable de Benjamin Lacombe et l'art de Frida Kahlo. Cet album est une vraie merveille !

Perez Sébastien et Benjamin Lacombe, Frida, Albin Michel, novembre 2016, 76 p.

Autre album sur Frida Kahlo : Frida Kahlo de M. Hesse

Sur le web : site de Benjamin Lacombe,

Paso Doble. 2016. "Benjamin Lacombe : Frida Kahlo ne peignait pas ses rêves mais sa propre réalité". animée par T. Hakem.

"Une Frida Kahlo pour les enfants". France inter. 23 novembre 2016