Nouveaute_livres

L'homme qui mit fin à l'histoire commence comme un livre de SF avec tout un jargon scientifique pour décrire la manière dont les voyages dans le temps ont été rendus possibles. Mais ce n'est pas un voyage dans le temps typique : les personnages ne veulent pas changer le passé, découvrir leur futur ( comme La machine à explorer le temps, de HG Wells) mais témoigner !

En effet, ce récit nous réserve une double surprise : tout d'abord la forme du récit est celle d'un documentaire aves les témoignages de personnes interrogées, et de séquences sur les deux chercheurs principaux, leurs lieux de travails etc... Ensuite, l'auteur pose un questionnement sur la mémoire et l'éthique : est-on responsable des actes de ses parents ? doit-on s'en souvenir ?

La dimension historique se prolonge par la découverte de ce passé, de l'unité 731 : en Chine, pendant la seconde  Guerre Mondiale, des japonais ont effectué des vivisections sur des chinois. Le thème est très dur mais le roman vaut le détour.

L'homme qui mit fin à l'histoire, Ken Liu, Le bélial, p. 106

Le_Regard-Ken_Liu

Alors que sur nos écrans a déferlé Blade Runner 2049, qui comme le film de Ridley Scott aborde la question des replicants, Ken Liu a imaginé une détective Ruth Law dont la particularité est d'être augmentée : elle a un régulateur, l'empêchant de sombrer dans la dépression et des muscles renforcés... Elle doit enquêter dans une sombre affaire de meurtres de prostituées : ces dernières sont toutes énuclées.

Ce bref récit sobre semble influencée par les nouvelles de P. K. Dick et montrent des points de ressemblance avec Les larmes sous la pluie de Rosa Montero.  Les dérives des nouvelles technologiques ne sont pas une nouveauté mais Ken Liu arrive tout de même à nous attirer dans son univers pas si éloigné du nôtre. Est-ce la simplicité de son écriture ou l'humanisme irréductible de son enquêtrice qui nous séduit  alors que le thème n'est pas original ? Ken Liu a réussi à écrire une courte enquête prenante où les technologies ont une grande place.

Le regard, Ken Liu, Belial, p. 93

Vient de paraître La ménagerie de papier aux éditions folio - que je suis en train de lire - pour ceux qui voudrait découvrir ce talentueux auteur, né en Chine et qui a émigré aux Etats-Unis.

belial133-2015