25 mai 2016

Lucas et les machines extraordinaires Lisa Evans : ISSN 2607-0006

61+av0YC+WL

Quelle histoire cache cette jolie couverture ? Ce sont les aventures de Lucas Hutin que nous suivons. Les parents de cet enfant de 10 ans, complexé par sa petite taille ne trouvent rien de mieux à faire que de déménager en plein été, dans leur village natal anglais Beetom et il se retrouve esseulé. Mais la découverte d'une boite énigmatique, ayant appartenu à un grand-oncle magicien, va l'amener à enquêter sur la disparition mystérieuse de son oncle, de son atelier de magie et de la fiancée de cet ancêtre.

Comme dans Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire de Snicket, un narrateur facétieux, le cynisme en moins, entame le récit d'une enquête parsemée de jeux de mots, d'énigmes. De grosses coincidences permettent à notre héros de découvrir la vérité. Lucas et les machines extraordinaires est une agréable lecture même si la fin est farfelue. Le personnage du père est particulièrement réussi, un cruciverbiste distrait, ce qui permet à l'auteur de développer un riche vocabulaire et beaucoup d'humour. Un bon livre jeunesse à découvrir, parlant de magie et faisant appel à la magie de l'enfance...

" Et que dis-tu de celui-ci ? reprit son père, un autre journal à la main. "Quantité de boulanger qui rend malheureux les triskaïdékaphobes", en six lettres.

- Ch'sais pas, souffla Lucas.

- En fait, c'est assez limpide. La triskaïdékaphobie désigne la phobie du nombre de treize. Et quand on parle de "douzaine de boulanger" c'est pour faire référence à leur habitude de faire treize pièces quand  on en demande douze ; d'où l'expression " treize à la douzaine" ou " douzaine de boulanger". Le mot est donc treize".

Lucas et les machines extraordinaires, Lisa Evans, Bayard jeunesse, 284 p.

Posté par maggie 76 à 22:48 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


22 mai 2016

Boussole de Mathias Enard : ISSN 2607-0006

9782367621166-001-G

Lors d'un salon du livre, L'escale du livre à Bordeaux, j'ai pu écouter l'auteur venu parler de son livre, qui révélait avec humour, et moult anecdotes, avoir fait des études de langues orientales et avoir beaucoup voyagé dans le Moyen Orient. J'ai donc profité d'un partenariat Audiolib pour découvrir ce romancier dont je ne connaissais pas l'écriture. L'avantage d'une lecture faite par l'auteur lui-même, c'est qu'il connaît bien son texte pour le dire avec expressivité. On sent lorsqu'il évoque les " bavardages de couloir" des universitaires ou leur folie, tout leur ridicule dans le ton de la voix. D'autres moments, elle paraît plus mélancolique, à l'évocation d'un amour malheureux avec Sarah. A la fin de Boussole, un entretien avec l'auteur, nous permet d'en savoir davantage sur l'écriture du roman.

De quoi parle Boussole ? Cette "boussole" est nécessaire pour se repérer dans les méandres de ce récit : un musicologue malade, Frantz, se remémore des souvenirs de voyages, entrelacés de souvenirs amoureux. Le narrateur nous emmène dans des conversations, dans des lectures, dans des lieux exotiques, qui font surgir un Orient merveilleux, livresque mais aussi réel, avec la guerre en Irak. Pourtant, aucune pédanterie ne ressort de ce livre parce que la relation à Sarah est évoquée avec humour, et le narrateur ne manque pas d'autodérision. Delacroix, Flaubert, les traductions de Galand, Chateaubriand, Mozart, Liszt...  sont évoqués tour à tour : mais quel roman ! On reste étourdi devant un tel foisonnement ! On pense aux romans fin de siècle, où les narrateurs sans sortir de leur chambre font voyager par l'imaginaire...

Ce n'est pas un texte qu'on écoute en faisant d'autres activités. Elle nécessite une certaine concentration car le texte fourmille de références, de détails, de lieux, de personnages. Mais c'est une écoute qui laisse une certaine musique dans l'oreille, qui nous laisse rêveur, sous le charme d'un Orient lointain. "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" est un autre titre de cet auteur, dont les sonorités me plaisaient et qui j'espère me captivera autant que Boussole.

Mathias Enard, Boussole, 18h, audiolib

Extrait lu par l'auteur sur le site audiolib

Merci Audiolib pour ce partenariat.

Posté par maggie 76 à 17:05 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

19 mai 2016

Projet oXatan de Fabrice Colin : ISSN 2607-0006

flammarion120962-200843888933

Avant ma lecture de La poupée de Kafka, comme j'avais beaucoup lu de billets positifs sur Fabrice Colin, j'avais acheté quelques livres au hasard. Les vampires de Londres débute par l'histoire de deux soeurs, qui découvrent leur nature de vampire au premier chapitre. J'ai refermé le livre. Mauvais moment pour commencer une histoire imaginaire ? Est-ce le thème qui me déplaisait ? J'avais d'ailleurs abandonné Comme des fantômes, du même auteur.

Ayant d'autres livres de cet auteur sous la main, j'ai commencé projet oXatan, qui débute ainsi : " Les plaines de Mars. Couleur : rouge sang. A l'horizon, les premiers feux du soleil achèvent de mettre l'aube en lambeaux. Notre vaisseau file au-dessus du désert, loin du Bunker, loin du cratère, loin du Lac noir et de la pyramide. Notre Paradis n'est plus qu'un souvenir. Diana est morte. Jester est mort. Mademoiselle Grace est morte. Jamais je n'aurais imaginé que les choses se terminerait ainsi". Mais qui sont ces personnages ? Pourquoi sont-ils morts ? Une analepse, grâce au journal d'Arthur, 13 ans, qui note les événements sur son ordinateur, nous permet de découvrir la vie de quatre enfants, complètement isolés, vivant sous l'autorité de Mademoiselle Grâce. Des "voix" semblent les appeler, des ogres rodent dans la forêt, un agent du Comité d'Ethique Mondial surgit brusquement...

Ce petit roman de science-fiction s'interroge sur l'humain et les progrès techniques. Comment définir l'homme ? Sans philosopher comme Montaigne ou La Bruyère, F. Colin développe une histoire palpitante et bien construite. Est-ce que parce que le roman est destiné à la jeunesse qu'il n'aborde que superficiellement les problèmes multiples ? Beaucoup de pistes sont esquissées qu'on aurait aimé voir approfondies... Reprenant le procédé plaisant de La poupée de Kafka, F. Colin a inséré des dessins que le narrateur aurait fait à l'aide d'un crayon optique, aidant à la lecture et créant un effet de réel. Bien qu'un peu superficiel, Projet oXatan est un bon roman jeunesse de SF. Vous trouverez, par ailleurs, plein d'idées de littérature jeunesse sur le site d'allez vous faire lire

F

Projet oXatan, Fabrice Colin, Etonnants Classiques, 217 p.

Les vampires de Londres, Fabrice Colin, Folio Junior, 310 p.

Posté par maggie 76 à 21:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

14 mai 2016

La malédiction du Lamantin de Konaté : ISSN 2607-0006

k

Nous retrouvons dans cette nouvelle enquête, le commissaire Habib et son jeune protégé Sosso. Près du fleuve Niger, au Mali, à Bamako, vit la tribu des Bozos. Le chef de la tribu ainsi que sa deuxième femme sont tués comme dans la légende du Lamantin, une divinité des eaux. Le peuple Bozo, tout comme les Dogons, ont des croyances dans leurs dieux très fortes, ce qui rend plus difficile l'enquête puisque l'enquêteur doit démêler le faux du vrai, les croyances du mensonge... Pour des Maliens ne connaissant pas leurs coutumes, il est plus difficile pour eux d'apprendre des événements qui les mèneront jusqu'au meurtrier.

Dans le magazine, Lire spécial polar, paru en mars 2016, j'ai trouvé le terme d'ethno-polar, qui s'applique parfaitement à ce roman policier. Certes, le roman repose partiellement sur la recherche d'indices, de coupables, dont le meurtrier reste insoupçonnable jusqu'à la fin, mais on nous décrit aussi les légendes des Bozos, leur histoire, bien que de manière superficielle.

Les enquêtes du commissaire Habib peuvent se lire sans ordre, même s'il est fait référence à L'empreinte du renard, dans ce nouvel opus. On trouve de nombreuses similitudes dans la construction du roman avec la précédente enquête et les coutumes Bozos ne sont pas assez décrites, bien qu'ingénieusement intégrées dans l'histoire. En outre, les deux personnages principaux sont assez caricaturaux, trop simplifiés. L'auteur a aussi écrit Meurtre à Tombouctou et des essais.

La malédiction du Lamantin, point, Moussa Konate, 188 p.

Vous pouvez aussi écouter une émission de France culture " Seydou Keita, portraits de Maliens des années 50

510_72_dpi-12

© Seydou Keïta, tirage argentique réalisé en 1998

Posté par maggie 76 à 10:32 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

11 mai 2016

Le crime de l'orient-express d'Agatha Christie : ISSN 2607-0006

9782367620862-001-G

 Audiolib, dans "A. christie, la reine du crime en chiffres", nous rappelle l'extraordinaire popularité de cette romancière, 40 ans après sa mort : 67 romans policiers, 190 nouvelles, 18 pièces, 2 milliards d'exemplaires vendus dans le monde... Vous pouviez lire ses romans et maintenant, vous pourrez aussi les écouter. En ce qui concerne Le crime de l'Orient-Express, dont j'avais déjà lu le roman, l'enquête est extrêmement agréable à écouter, notamment parce que les chapitres sont très courts et l'écriture simple. On suit aisément l'histoire même en n'écoutant pas d'affilé les 7 heures de lecture. En outre, la voix agréable et expressive de Samuel Labarthe contribue à l'écoute intelligible de cette célibrissime enquête ( sur la jacquette, on nous indique qu'il a suivi les cours de Mesguich et vous l'avez peut-être vu dans La conquête de Durringer ou Les petits meurtres d'Agatha Christie).

"L'impossible ne peut se produire, donc l'impossible doit devenir possible malgré les apparences"

Doit-on encore présenter cette intrigue ? Elle fait partie de ces enquêtes ingénieuses, comme Les dix petits nègres, car l'histoire est particulièrement originale : un homme est tué dans un train, bloqué par la neige. Il a été tué de 12 coups de couteau. Qui a pu commettre ce meurtre effroyable dans un lieu clos ? En redécouvrant l'histoire, on remarque les faiblesses de l'intrigue - notamment un lien, très rapidement, se tisse entre les suspects et la victime et une mécanisation des faits ( présentation de chaque suspect, un par un, audition de chaque personne à la suite...). Mais c'est avec plaisir qu'on retrouve Poirot tout en déduction, car empêché de tous mouvements dans ce train à l'arrêt, il va depuis son fauteuil, résoudre cette énigme.

le-crime-de-l-orient-express

Le crime de L'Orient-Express de Sydney Lumet :

Alors que Douze hommes en colère est un huis clos réussi, ce whodunit n'est pas brillamment adapté par S. Lumet. Certes, l'intrigue est respectée et le casting éblouissant. Malheureusement, le personnage de Poirot incarné par Albert Finney paraît plus fou qu'excentrique, plus extravagant que minutieux. Son jeu outré n'est pas sans rappeler un autre Poirot, peu crédible, Peter Ustinov ( qui ronfle bouche ouverte dans un salon, dans Mort sur le Nil, mais au moins ce film avait le mérite d'être comique, grâce à des personnages secondaires extravagants). Bref, celui qui incarne le mieux Poirot, sa méticulosité et son orgueil, est David Suchet. Ce film suscite l'ennui, parce que Poirot y est ridiculement mal interprété et parce que l'intrigue est répétitive ( 12 témoins à écouter !).

Agatha Christie, Le crime de l'Orient-Express, lu par Samuel Labarthe, 6h41. Vous pouvez écouter un extrait ici.

Sidney Lumet, Le crime de l'Orient-Express, 1974, 120 min, avec Albert Finney, Vanessa Redgrave, J.P. Cassel, Lauren Bacall...

Merci Audiolib pour ce partenariat

Posté par maggie 76 à 13:39 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

08 mai 2016

Les meilleurs zeugmas du masque et la plume, présenté par Jérome Garcin : ISSN 2607-0006

garcin-zeugmas-hd-filetrge

La semaine dernière, Jérôme Garcin débutait son émission "Le masque et la plume" par la lecture du courrier des auditeurs, clôturant cette partie par l'énumération de Zeugmas relevés par les lecteurs dans divers romans ( écouter ici). Il nous livre l'histoire de "l'entrée triomphale" de ce procédé dans l'émission et l'engouement zeugmaesque créé.

Mais qu'est-ce qu'un zeugma ? Si vous compulsez votre Gradius ( Dupriez), vous trouverez la définition suivante, citée par J. Garcin : " figure de syntaxe qui consiste à réunir plusieurs membres  de phrase au moyen d'un élément qu'ils ont en commun et qu' on ne répétera pas" (p. 19). Vous cherchez un exempe ? En voilà tout un déluge, "un trafic de zeugma", réunis par auteurs et par genres aussi divers que les films, les chansons, les journaux, les romans : 

- "Cet homme marchait pur loin des sentiers obliques

vêtu de probité candide et de lin blanc" (Victor Hugo, "Booz endormi")

- "Ah ! Savez-vous le crime et qui vous a trahie ?" (Racine, Iphigénie)

- "Mais cette pièce d'artifice n'était qu'une roulée qu'administrait Saint-Loup, et dont le caractère agressif au lieu d'esthétique me fut d'abord révélé par l'aspect du monsieur médiovrement habillé, lequel parut perdre à la fois toute contenance, une mâchoire, et beaucoup de sang", ( Proust, Le côté de Guermantes).

Et comme ce procédé irrévérencieux et humoristique, ce recueil de figures de style est ludique, léger, accompagné d'illustration de J. Gerner ( ci-dessous, qui n'apporte rien, à mon avis), coloré ( titres orange et pages oranges intercalées), pour un petit moment de délassement et  de distraction. Prenez votre temps et votre plume ( un zeugma, non ?) pour créer les vôtres : à la fin de cette anthologie, on vous propose d'écire vos propres zeugmas à partir de citations célèbres. Je suis sûre que vous y prendrez goût et que vous deviendrez, peut-être, un collectionneur de cette figure de rhétorique...

Zeugmas 001

Les meilleurs zeugmas du maque et la plume, illustration de Jechen Gerner, folio, 104 p.

Merci folio pour ce partenariat.

Posté par maggie 76 à 10:36 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

05 mai 2016

La physique des catastrophes de Pessl : ISSN 2607-0006

9782070361311

C'est en lisant l'avis très attrayant et pertinent de Lilly - on pense effectivement au Maître des illusions de Donna Tartt et à lire son prochain roman, intitulé, Intérieur nuit -  que j'ai eu envie d'ouvrir La physique des catastrophes de Marisha Pessl.

On a l'impression d'entrer dans un campus novel en découvrant l'histoire de Bleue Van Meer. Celle-ci a perdu sa mère alors qu'elle n'était qu'une enfant et son père, un enseignant chercheur, va d'université en université, enseigner les sciences politiques. Enfant précoce, Bleue a des difficultés pour s'intégrer dans les écoles qu'elle fréquente mais son immense savoir lui permet de décrypter le monde. Mais la vie peut-elle se conformer à un film ou à un livre ou aux théories d'un père idéaliste, épris de liberté et critiquant le consumérisme ?

Son père décide de l'inscrire en terminale, dans l'université St Gallway de Stockton, pour une année. Là, elle découvre un professeur Hannah Schneider, qui s'intéresse vivement à elle, contrairement à la bande d'étudiants qui l'entoure. Pourtant, ces derniers et Hannah fascinent Bleue qui ne cesse de s'interroger sur eux :  " Un adulte à l'intérêt marqué  pour les jeunes ne peut pas être totalement sincère ni équilibré, écrivait-il page 424, dans le chapitre 22 intitulé "Le charme  des enfants". Une attitude de ce genre dissimule souvent un dessein noir".

D'emblée l'on sait qu'Hannah est morte. Quelles en sont les raisons ? Peu à peu, la narratrice lève le voile sur cette tragique histoire et l'auteur joue avec son lecteur, laissant des indices qu'on ne comprend que restropectivement... Quelle structure livresque ingénieuse ! Quelle intrigue palpitante !

La physique des catastrophes 001

"Bleue" : quel prénom  ! "voir leptotes cassius, dictionnaire des papillons Meld éd., 2001", nous explique la narratrice, dans une parenthèse. Non seulement le style, rappelle celui d'un universitaire avec des notes de bas de page parfois et avec une obsession de la littérature, mais elle montre aussi la propension du personnage à analyser, comme un entomologiste, le monde. Des supports visuels ( image ci-dessus, dont je n'ai pas réussi à trouver le nom du dessinateur) contribuent à cette précision, ce souci de documentation bien que nombres de références (je ne les ai pas toutes cherchées) me semblent parfois fantaisistes.

Le premier chapitre s'intitule "Othello", le deuxième "Portrait de l'artiste en jeune homme", etc... sa prof est mystérieuse comme un personnage de Faulkner, et elle tombe amoureuse d'un Heathcliff... Comme le souligne la narratrice, elle est " portée sur la bibliographie", ce qui donne un charme inimitable à ce roman extrêmement drôle, intelligent, au style original. Seule la fin est improbable et inouïe, longue et inutile. Le reste est fabuleusement raconté.

Marisha Pessl, La physique des catastrophes, 817 p., Folio

Posté par maggie 76 à 11:47 - - Commentaires [23] - Permalien [#]