product_9782070467532_195x320

Dans le nord de L'Italie, dans la vallée de l'Aoste, une dameuse écrase un homme. C'est le sous-préfet Rocco Schiavone qui va enquêter. Ce dernier, fraîchement muté de Rome, supporte mal le froid et son exil. D'ailleurs, il supporte mal tous ses collègues, dont il se moque allègrement. Dès que le corps est identifié, on soupçonne un ancien amant de la femme de l'homme assassiné. Evidemment les apparences sont trompeuses et malgré ses défauts, le sous-préfet mènera à bien son enquête, grâce à de petits indices mentionnés mais l'identité du meurtrier est difficilement soupçonnable...

Si l'enquête est assez traditionnelle, le personnage principal, R. Schiavone, l'est beaucoup moins. Non seulement, le protagoniste est désagréable, mais contrairement, à nombre de policiers qui enfreignent les lois au nom d'une certaine justice et droiture, il commet des actes illégaux pour des raisons personnelles. Il n'hésite pas à menacer et à frapper les témoins. Le lieu qu'il choisit pour dévoiler l'identité de la victime n'est pas moins original. Bref, voici un héros atypique que j'ai fini par trouver attachant malgré son caractère. Ce personnage odieux évolue parmi d'autres personnages immoraux. De nombreux politiques sont corrompus, univers familier pour ceux qui ont déjà lu des romans policiers italiens.

Dans cette première enquête de R. Schiavone, sa vie sentimentale est développée de manière plus subtile. Des passages en italique explorent les sentiments du personnage principal. On comprend mieux ainsi ses motivations. Malgré des doutes, on ne découvre qu'à la fin le drame de ce policier brutal et irascible. Une enquête classique à lire si vous arrivez à supporter le sous-préfet R. Schiavone, qui à force de misanthropie provoque un certain comique...

Manzini, Piste noire, Folio policier, 290 p.

Merci folio pour ce partenariat

*Edit du 23.04 : billet d'Eimelle