CVT_Le-lieu-du-crime_300

Le lieu du crime est l'une des enquêtes menées par Thomas Linley, aristocrate, paraissant incongru dans le milieu policier. Il est chargé par son supérieur d'enquêter sur la mort d'une jeune femme Joy Sinclair qui souhaitait mettre sur pied une pièce qui devait révéler les terribles secrets familiaux des Stinhurst. C'est d'ailleurs un milieu aristocratique, le grand manoir écossais de Westerbrae qui va servir de décor au crime et où Thomas va retrouver le producteur, le comte de Stinhurst.

Ce qui pourrait apparaître comme une énième enquête sur le modèle des whodunits - chambre du crime close de l'intérieur, une douzaine de suspects, de nombreux mobiles... - est rendue plus complexe par la présence d'Hélène Clyde dont est amoureux Linley, développant ainsi une intrigue qui repose en grande partie sur la personnalité de T. Linley, l'aristocratie et ses secrets de famille, thématique très victorienne.  Quelques références à l'histoire et au théâtre agrémentent cette enquête bien ficelée mais pas des plus originales.

9782266215213

" Véritable forêt vierge, avec de lugubres statues funéraires recouvertes de lierre, des arbres tombés au sol faisant des forteresses et des cachettes idéales, des pierres tombales écroulées et des monuments en ruine... On aurait dit un décor de roman fantastique, jusqu'aux arbres noueux présentant à hauteur d'épaule d'énormes médaillons sculptés  en forme de lune d'étoiles ou de visage sarcastiques" ( p. 140) : à l'image de ce cimetière où est retrouvée morte Jemina Hasting, Le cortège de la mort est construit sur une profusion d'intrigues secondaires qui s'enchevêtrent et qui finissent par toutes se rejoindre. On ne peut qu'admirer l'habileté de la romancière pour nouer tous ces fils épars. Qui est l'assassin et quel est son mobile ? Questions somme toute classique mais la narration l'est beaucoup moins. Dans l'intrigue policière s'intercale des extraits d'un rapport de Psychopathologie, culpabilité et innocence dans l'affaire John Dresser. Ce rapport raconte le meurtre d'un très jeune enfant commis par trois jeunes de milieux défavorisés et soulève de nombreuses questions sur le système judiciaire. Coupant sans cesse la progression de l'enquête, on ne comprend que tardivement son rôle dans celle-ci.

Mais revenons à Jemina : qui l'a tuée ? Est-ce que ce sont ses collocataires de la pension de Bella Mc Haggis ? Est-ce un fou qui se prend pour son ange gardien ou Gordon son ex-ami ? C'est Isabelle Ardery qui mène l'enquête, aidée de ses fioles d'alcool et de Thomas Linley. On retrouve aussi ses équipiers comme Barbara Havers, les Saint-James...

Cependant, on ne retrouve pas l'opposition des classes sociales comme dans Le Lieu du crime, mais une réflexion sur la place de la femme dans la société : Isabelle sait qu'elle va devoir s'imposer dans un milieu masculin. Elle doit aussi faire face à des remarques sexistes d'un collègue... Mais le ton n'est pas toujours grave et les déboires vestimentaires de B. Harvers amènent beaucoup de légéreté. Et comme si le roman n'était pas assez touffu avec son cortège de suspects et de personnages, l'intrigue se déroule dans deux lieux différents nous permettant de découvrir le métier de chaumier et les espaces verts du Hampshire... Finalement, cette enquête se révèle passionnante, haletante et tortueuse.

Elizabeth George, Le lieu du crime, Pocket, 478 p.

Elizabeth George, Le cortège de la mort, Pocket, 1015 p.

Challenge mélange des genres de miss Léo et challenge myself de Romanza