28 février 2014

Au mois de février 2014 : G. Doré, " l'imaginaire au pouvoir" : ISSN 2607-0006

Affiche

Que s'est-il passé en Février ? Titine évoque quelques films vus en février comme le vent se lève de Miyazaki ou Minuscule dont parle aussi Dasola ici (Minuscule). Dasola a aussi fait un billet sur 12 years a slave et YSL.

Envie de polars ? Vous pourrez découvrir cet auteur, K. Bruen et Dasola nous présente le dernier Indridason, intitulé le duel, ou opération Stweet Tooth de Ian Mc ewan qu'a aussi aimé Keisha ( d'autres liens sur son site). Keisha m'a d'ailleurs donné très envie de lire De l'art de mal s'habiller sans le savoir de M. Baugé qui va bientôt sortir en poche (avril). Shelbylee nous conseille Depuis le temps de nos pères de Dan Waddell. En revanche, ne lisez pas le dernier E. George : voici une critique très drôle de Shelbylee ! Si la littérature japonaise est peu à l'honneur sur ce blog, vous pourrez retrouver le billet de Lilly sur un roman d'Ishiguro, Un artiste dans un monde flottant, qui semble fascinant.

Vous ne savez pas quel défi vous donner cette année ? vous pouvez lire la liste des 10 challenges choisis par cléanthe, ce qui est déjà pas mal ! Shelbylee s'est inscrite au challenge de la seconde guerre Mondiale, elle en parle ici et pour la première Guerre Mondiale, il existe aussi un challenge présenté par Soie. Quel bonheur d'apprendre que le challenge V. woolf, chez Lou,  devient permanent et que le challenge British Mysteries repart pour une deuxième édition !

Et n'oubliez pas d'aller jeter un oeil sur l'exposition Brassai dont parle Titine. Un documentaire " la photo surréaliste" de Luciano Rigolini pose les principes de l'esthétique surréaliste en évoquant les productions de Man Ray, Brassaï, Dora Maar... ( 52 min arte). Arte met aussi à l'honneur d'Henri Cartier Bresson avec le documentaire de P. Assouline ( " Le siècle de Cartier Bresson" 2012, 53 min). Quant à Niki, elle nous parle d'un peintre préraphaélite peu connu, Evelyn de Morgan. Si vous aimez G. Doré, un documentaire sur arte accompagne l'expo du musée d'Orsay : on peut ainsi découvrir des aspects moins connus de la carrière de G. Doré, notamment ses tableaux et ses caricatures ( Documentaire de P. Bouchénic, 2013, 52 min).

Et s'est ajouté à ma PAL, Le mystère Sherlock de J.M. Erre, Eichmann à Jerusalem de A. Arendt, L'encyclopédie de la Grande Guerre ( tome II) sous la direction de Rouzeau et Becker. Bon mois de mars et bonne lecture!

Posté par maggie 76 à 19:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]


24 février 2014

R. Rendell, Une fille dans un caveau ISSN 2607-0006

9782702421802FS

" Cette grandiose et grotesque nécropole aurait pu, si l'on avait récupéré le terrain servir à loger bien des sans-abri. C'était particulièrement sinistre et impressionnant. Jamais auparavant wexford n'avait ressenti si fortement ce frisson opressant de la mort. [...]. La victoire ailée retenait des chevaux, projetés en avant contre un ciel presque noir. sous les arches des colonnades, s'étendaient des ténèbres. Pour rien au monde il n'aurait marché entre ces arches et ces piliers frontaux pour déchiffrer les plaques de bronze fixées aux murs jaunes et humides. Jamais il ne passerait une nuit dans un tel lieu. Il avait gravi les marches pour visiter le cimetière." Et c'est dans ce cimetière de Kenbourne Vale que nous retrouvons Wexford, en convalescence à Londres, chez son neveu, commissaire à la brigade criminelle. Il ne peut s'empêcher de participer à cette mystérieuse enquête où une fille, avec une fausse identité, est retrouvé dans le caveau d'un sinistre cimetière.

La beauté romanesque de cette intrigue se situe dans la lecture de l'inspecteur Wexford : il n'a cure d'aller voir la statue de Peter Pan à Kensington park, en revanche, il va saluer la statue de T. More, auteur de l'Utopie. Des citations en exergue de ce livre ponctuent chaque début de chapitre : les cités idéales construites par les écrivains ont bien pour fonction de critiquer les sociétés dans lesquelles ils vivent. Les quartiers miséreux, le désarroi de certains habitants, la religion, tout est évoqué dans cette enquête où la vie privée de nombreux policiers et personnages, gravitant autour de l'enquête, sont évoqués pour mieux montrer les failles humaines et sociales.

Les recherches se concentrent notamment autour de la famille, des relations entre parents et enfants et du poids de la religion. En revanche, la déambulation dans un Londres pluvieux est charmante malgré la fameuse pluie londonnienne. Cette " dystopie" - c'est ainsi que Wexford surnomme l'enquête - s'attache aussi aux états d'âme de Wexford qui doit faire ses preuves à Londres : malgré ses problèmes de santé et son âge va-t-il réussir à trouver le fin mot de l'histoire ?

R. Rendell, Une fille dans un caveau, 285 p.

Participation au challenge I love London organisée avec Titine.

4555998

Kenbourne vale

Posté par maggie 76 à 17:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

08 février 2014

Le garçon dans le chêne, Fredrick Ekelund : ISSN 2607-0006

9782070449040FS

" je marche sur le soleil, debout sur le soleil", " Le soleil remplit jusqu'au bord ma poitrine de miel exquis et dit : un jour toutes les étoiles s'éteindront ; et pourtant elles continuent de briller sans crainte"(edith södergran, poétesse finlandaise, cité p. 87)

Voici un polar venu du froid, qui est tout aussi intéressant et captivant que ceux d'Indridason ou de Mankel. L'auteur suédois F. Ekelund nous emmène au coeur de sa ville, à Malmö, ville industrielle du sud de la Suède, dans une sombre affaire de viol et de crime d'honneur. L'inspecteur Lindström et sa nouvelle stagiaire, Monica Gren, enquêtent sur des immigrés où deux cultures s'opposent radicalement, ce qui ne va pas sans heurts. La victime Yasmina - adolescente mystérieuse dont on nous dessine peu à peu un portrait fascinant, qui participe de beaucoup dans l'attrait de ce polar - était trop libre selon sa famille, vivant dans des conditions claniques, marquée par la tragédie de Sabra et Chatila. Cependant, un deuxième meurtre amène nos deux enquêteurs dans une toute autre direction, assez surprenante.

Comme beaucoup de polars nordiques, la dimension réaliste et sociale transparaît à travers l'enquête. Le quotidien, la culture suédoise, la politique, la littérature, de nombreux sujets sont abordés permettant de nous représenter les mentalités scandinaves. Et qu'en est-il de ce nouvel inspecteur ? Nous découvrons corollairement à l'enquête, la vie de Lindström, qui sans être aussi noire que celle d'un Elendur, vit difficilement le drame conjugal de l'éloignement...

Loin des enquêtes de l'univers atemporel des whodunits où la mécanique du mystère prime sur le reste, Le garçon dans le chêne reflète le monde contemporain, dans une écriture sans fioriture, avec des personnages ayant des failles, des défauts et des enquêtes qui ne suivent pas une ligne droite. On a hâte de découvrir les nouvelles enquêtes de Lindstrôm...

Fredrick Ekelund, Le garçon dans le chêne, folio policier, 335 p.

 avis de Lystig

Merci Folio pour ce partenariat, et à Lise.

Posté par maggie 76 à 19:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]