th

"C'est une histoire, contée par un idiot, pleine de bruit..." : Faulkner fait partie des ces auteurs réputés difficiles, mais qu'en est-il ?  Comme les Faux-Monnayeurs de Gide ou Mrs Daloways de V. Woolf - écrit tous les deux en 1925-, W. Faulkner nous déconcerte par l'emploi continu du monologue intérieur. Mais, lecteur, vous serez d'autant plus destabilisé qu'effectivement comme dans la définition métaphorique de la vie par shakespeare, les pensées sont celles  d'un "idiot", Benjy. Ainsi découvre-t-on une série de sensations obscures, d'actions décousues telles que les conçoit Benjy qui ne comprend pas vraiment ce qu'il se passe et nous non plus : peut-on dire pour autant que l'histoire du Bruit et de la fureur ne signifie rien ? Cependant, le narrateur change et c'est à travers la conscience d'un autre personnage qu'on comprend peu à peu les événements : les pensées de Jason ( troisième partie des quatre formant cette intrigue) permettent de ressaisir tous les fils de l'intrigue et de découvrir un drame familiale...

" et de fureur, qui ne signifie rien " ( Macbeth V, 5) : Bien que décontenancé, on finit donc par découvrir la déchéance d'une famille du Sud. Il y a bien de la "fureur "   dans ces personnages tous habités par leur faute intérieure qui s'exprime surtout dans le personnage haineux et sadique de Jason prenant plaisir à maltraiter sa soeur Caddie et sa nièce Quentin. L'expression narrative choisie est en parfaite adéquation avec la vision du monde de l'auteur qui nous retranscrit la décadence d'une certaine conception de l'homme du Sud, exploitant les noirs, puritains, attaché à des valeurs - notamment morale pour Jason, dynastique pour la mère - de l'honneur qui n'ont plus cours... Si ce livre destabilise par sa narration comme le délitement des pensées d'un des personnages ( le deuxième narrateur Quentin) en proie à la souffrance, ou le choix de même prénom pour des personnages différents, il donne une vision de l'homme en pleine crise des valeurs... nous faisant éprouver le même malaise que ses personnages... C'est un très beau livre même si la difficulté de lecture de la première partie - qui reste opaque une fois la lecture achevée - soustrait un peu le plaisir de la sécouverte de cette "sombre histoire de folie et de haine" ( Faulkner).

Le bruit et la fureur, Faulkner, Folio, p. 372.

Lecture commune avec Céline. et participation pour le prix campus organisé par titine, cryssilda et Lou.