Après l'engouement suscité par le roman de Susan Hill, le film allait-il être à la hauteur ? La dame en noir peut décevoir bien que les principales composantes du livre soit présentes : le héros, Arthur kipps, un jeune notaire veuf, part trier les papiers d'une défunte étrange habitant un manoir isolé au milieu de marécages. En butte à l'hostilité des villageois de la contrée, là, il voit une étrange dame en noir. Le réalisateur a jugé bon de changer des détails : pourquoi avoir fait du héros un veuf, élevant seul son enfant ? pour susciter notre compassion et orchestrer une fin sentimentale, étrangère au roman ? Grosso modo, le film respecte l'histoire, et on prend plaisir derrière notre écran à plonger dans cette atmosphère lugubre et funèbre, à découvrir ce manoir isolé, près d'un petit cimetière. La découverte de la maison délabrée est époustouflante. Le héros est bien campé par Daniel Radcliffe, et correspond assez bien à l'idée qu'on s'en fait à la lecture du roman. 
La déception vient de moments beaucoup moins subtils où une petite fille crache du sang comme celle de L'exorciste. Quelques scènes font réellement frisonner mais comme beaucoup de films d'horreur, l'excès de recherche de sensations amène certaines séquences au bord du ridicules comme les scènes grandiloquentes de possession de Mrs Daily ou des multiples morts dont la mise en scène paraît redondante. Si les portes grinçantes sont les bienvenues, la bande sonore restant plutôt sobre, d'autres scènes sombrent dans l'épouvante grotesque... Le film aurait gagné à mettre en scène plus de mystère et moins de touches d'épouvante. C'est néanmoins avec plaisir qu'on plonge dans les marais perdus de Crythin Gifford...
La dame en noir, 1h35,réalisé par James Watkins, avec Daniel Radcliffe, 2011.
Participation au challenge halloween de Lou et Hilde, vu aussi par Niki, titine, Lou,.Donna Swann...