La-dactylographe-de-Mr-James

" Vous êtes une extension de la machine, et votre tâche consiste à la faire fonctionner", a-t-on enseigné à Miss Frieda Wroth - dont le modèle est Théodora Bosanquet - qui est engagée comme dactylographe en 1907 par Henry James. Mais Miss Wroth est bien plus qu'une simple secrétaire. Elle a recherché son indépendance en bravant les préjugés de Mr Dodds, un banquier et futur mari potentiel assez repoussant, et les préceptes de sa défunte mère. Elle a lu plusieurs romans d'Henry James et porte un regard critique sur l'entourage du grand écrivain, sur sa famille et ses nombreux admirateurs...

A travers cette héroïne, Michiel Heyns s'empare d'un moment de la vie d'H. James hautement romanesque : le vol d'une liasse de correspondance, écrite par Morton Fullerton, et concernant aussi Edith Wharton, injustement dépeinte comme une femme odieuse, orgueilleuse et arrogante. cet épisode dramatique va permettre à Frieda de s'efforcer d'obéir à la maxime jamesienne : "profitez de la vie autant que vous le pouvez, c'est une erreur de ne pas le faire".

L'auteur a su relater cet épisode biographique en captant l'ambiance de l'époque, évoquant tout à tour, les suffragettes de Boston, la vogue du spiritisme, l'opposition entre Ancien et Nouveau monde...Dans un style jamesien, aux phrases alambiquées et soignées, retranscrivant chaque mouvement de l'âme de Frieda, M. Heyns trace obliquement aussi, un portrait du célèbre auteur du Tour d'Ecrou : sa manière de travailler, ses manies et son culte de l'art. Entre faits réels et fictionnels, M. Heyns a écrit un roman réjouissant à la tonalité jamesienne...

Heyns, La dactylographe de Mr James, Phillipe Rey, 328 p. (Rentrée littéraire 2012)

Merci dialogues pour ce partenariat !