Mais qui a tué Harry ? Bande annonce VO

Quand on sait que The trouble with Harry est adapté d'un roman britannique dont l'auteur est Jack Trévor Story, on comprend mieux l'humour absurde et anglais qui préside aux dialogues et aux situations du film. Cette joyeuse comédie commence par la découverte d'un cadavre. Miss Graveley s'exclame : " Il semble qu'il y ait un petit ennui", en voyant le capitaine Albert Wiles traînant le mort. Doux euphémisme... suivi d'une proposition de prendre une tasse de thé : le décalage entre les propos des personnages et les situations crée de l'humour tout au long du film, où une série de scènes illogiques et cocasses se succèdent. Quant à la femme, Jennifer, en apprenant la mort de son mari Harry, elle déclare satisfaite : " M'en voilà débarrassée" !

Mais qui a tué Harry est aussi un faux film policier, car finalement le shérif ne fait qu'une brève apparition bouffonne où son seul indice est le témoignage d'un sans-abri, voleur des chaussures de Harry et d'un dessin qu'aussitôt le peintre - Sam - modifie, le détruisant ainsi mais une vraie comédie avec de nombreuses idylles qui se nouent tout autour de ledit cadavre... En revanche, s'il y a un vrai mort, les fausses causes apparaissent toutes plus absurdes les unes que les autres : Miss Graveley pense l'avoir tué avec un coup de talon, alors qu'Harry venait juste de recevoir un coup de poêle sur la tête, coup venant de sa femme !  Il est vrai qu'à certains moments, le scénario se fait volontairement répétitif et malheureusement plus languissant : comme le capitaine Albert, on irait bien dormir un peu... Mais ce film est la rencontre de l'humour britannique avec l'humour macabre de Hitchcock. Humoristique et atypique dans l'oeuvre de Hitchcock, n'attendez pas pour découvrir cette hilarante comédie macabre...

En ce qui concerne les anecdotes tournant autour de ce film, on peut citer la première apparition de Shirley Mac Laine qui a eu un Academy Award pour ce rôle, mais que je n'ai pas trouvé particulièrement remarquable, j'ai préféré le flegme tout britannique de l'acteur Edmund Gwenn (Albert Wiles, le capitaine) ou la cocasserie du jeu de John Forsythe en peintre déjanté et enjoué malgré la situation. Les making-of insistent aussi sur les déboires atmosphériques qu'a connu le réalisateur : Hitchcock a dû recréer les forêts automnales en studio, en faisant peindre et coller les feuilles orangées et or à des arbres ! Et encore une fois, Hitchcock fait une brève apparition, le trouverez-vous ?

Mais qui a tué Harry ? / The trouble with harry, Hitchcock, 1955, 1h35,

Autres films : La corde, Psychose,

Participation au challenge " Hitchcock" organisé par Titine et Sabbio. visionnage commun avec Titine, son billet ici.