26 février 2012

Le chapeau de Mr Briggs, kate Colquhoun

Chapeau-Briggs-Kate-Colquhoun

"La folie du rail" : A. Christie semblait fascinée par les trains et a placé dans ces lieux clos plusieurs meurtres sauvages... Quant à Zola, s’inspirant d'une histoire réelle, le meurtre de Poinsot par Charles Judd, il écrit La bête humaine. En 1853, un meurtre effroyable ayant lieu dans un train va défrayer les chroniques londoniennes : Le chapeau de Mr Briggs retrace cette histoire réelle qui concurrence la fiction tant les rebondissements et les éléments de l'intrigue sont semblables à ceux de Wilkie Collins et à l'histoire Le secret de Lady Audley d'E. Braddon. Kate Colquhoun fait d'ailleurs de nombreux parallèles entre le roman d'E. Braddon et la mentalité de l'ère victorienne. Quel choc pour les bourgeois "comme il faut" lorsqu'ils apprennent qu'un homme respectable comme Mr Briggs, travaillant à la City et "bon père de famille", sans histoire, se fait assassiner dans le train qui le ramenait tous les samedis rejoindre son tranquille foyer !!! La presse évidemment s'empare de l'affaire, en même temps que la police qui va piétiner un bon moment entre de faux aveux et des vrais pistes... laissées en suspens ! L'horreur est à son comble ! plus personne ne se sent en sécurité.

C'est avec beaucoup de brio que K. Colquhoun recrée l'atmosphère tapageuse de l'East End et l'horreur croissante de la bourgeoisie, tout en faisant allusion à littérature contemporaine de l'affaire - du peuple de Dickens, à La dame en blanc, de Wilkie Collins - et en y insérant habilement de surprenantes phrases très romanesques " Au-dessus de sa tête le frêle croissant d'une nouvelle lune limpide vibrait entre les nuages" . La presse se fait l’écho de cette littérature dite "à sensation": "on crut un moment que l'inspecteur Kerresey poursuivait en chaise de poste un suspect à travers les montagnes d'Ecosse" (p. 82). Mais le réel imite l'art et dépasse la fiction quand on apprend que ce n'est pas dans les montagnes d'Ecosse qu'on poursuit le criminel mais à New York !

Historienne de formation, K. Colquoun décrit minutieusement la recherche des indices, les témoignages - qui se répètent à la longue - l'affaire judiciaire, le déroulement des séances etc... ce qui nous permet de nous plonger au cœur de l'histoire. Toutefois, la "forêt de noms propres" et le foisonnement des lieux nous laissent étourdis, voire abasourdis. Surtout ce crime réveille maint problème concernant la presse, la sécurité dans les trains et la question de l'abolition de la peine de mort. La dimension historique n'est pas oubliée avec les pressions de la Prusse sur le Danemark, pays de la nouvelle reine, femme d'Edward. Malgré le foisonnement des informations, ce livre documentaire -il y a un "sentiment d'histoire" selon une expression de Taine - développe de manière extraordinairement passionnante l’atmosphère et les problèmes de l'Angleterre du XIXeme siècle.

Le chapeau de Mr Briggs, Kate Colquhoun, Bourgois, p.458.

Lu aussi par Ys et Alicia

Posté par maggie 76 à 11:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


21 février 2012

Feydeau, Dormez je le veux!

72861328

 

*Feydeau (1862-1921)

Cette très courte pièce de Feydeau est une vraie comédie de Boulevard, une pièce légère, avec moult rebondissements et dont le divertissement est une fin en soi. Mais de quoi s'agit-il ?* Un valet Justin est capable d'hypnotiser son maître Boriquet - nom suggestif ? - qui effectue toutes les tâches à sa place. Il montre ses talents de magnétiseur à un autre valet Eloi. Justin mène la belle vie, surtout lorsqu'il s'aperçoit que la soeur de Boriquet, une vieille fille, est aussi tombée sous sa coupe... Ce qui lui permet de manger les repas de ses maîtres et de leur jouer des vilains tours... Évidemment lorsque son maître décide de se marier, Justin met tout en oeuvre pour empêcher ce mariage... Quiproquo, jeux de mots, comiques de caractère s'accumulent dans cette petite pièce - sans prétention si ce n'est celle de faire rire - en un acte, drolatique...

On est donc plus proche d'une pièce comme Le médecin volant avec le comique de répétitions, ses jeux de mots, Eloi parlant de coup de pieds "occultes" dans sa confusion... que du Tartuffe. Cependant, on peut se demander si la fin ne vient pas ajouter une dimension conformiste : le valet reste valet... chacun à sa place : on voit bien que Feydeau s'adressait à un public de bourgeois, rien de subversif... La pièce est bien ancrée dans son temps - comme les allusions aux actions du canal de Suez, le consentement du père indispensable à un mariage... - et pourtant, en exploitant la vogue scientifique de l'hypnose thérapeutique pour en faire un ressort comique, Feydeau arrive à donner un tour comique à sa pièce, culminant avec le moment extravagant où un bourgeois cupide - notre fameux Boriquet hypnotisé - se prend pour un chimpanzé ou avec un combat d'hypnose entre un vrai hypnotiseur et notre magnétiseur amateur !!!... certes, le comique est peut-être facile et désuet mais on rit de bon coeur des pitreries de ces maîtres et valets d'un autre temps... Mais jouée, la pièce doit prendre une toute autre dimension et traduirait mieux la vivacité de l'écriture de Feydeau dont la devise serait " riez, je le veux"....

Feydeau, Dormez je le veux !, Magnard, 105 p.

Participation au challenge d'Océane, en scène.

* Le choix de la couverture est assez étrange car elle suggère un contenu qui n'a absolument rien à voir avec l'intrigue...

Posté par maggie 76 à 12:29 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

18 février 2012

Polidori, Le vampire

 

79822668

Lors des fameuses soirées à la villa Dodiati, est né le Frankenstein de Marie Shelley ( biographie sur le site Larousse). Dans ce jeu littéraire, seul Polidori y a aussi contribué : il a continué un texte de Byron, une nouvelle sur un vampire. Qui est ce vampire ? Il prend les traits Lord Ruthven, un être cynique qui prend un malin plaisir à perdre des jeunes filles vertueuses... Sa rencontre avec notre narrateur et héros romanesque Aubrey - à l'imagination fertile - occasionnera un voyage à travers l'Europe et sera jalonné de meurtres qui le mènera à la folie... Si le texte en lui-même est beaucoup trop bref pour nous attacher aux personnages ou pour nous plonger dans une atmosphère, Polidori arrive tout de même à apporter sa touche à la légendaire figure du vampire en en faisant un aristocrate pervers. En outre, ce vampire-là peut se déplacer le jour et souffrir d'une blessure par balle... 

 La lecture de Jean-Claude Aguerre, qui suit la nouvelle, s’appesantit étrangement sur le contexte : en effet, ce vampire doit beaucoup à son modèle byronnien : si Lord Ruthven est peint sous un jour si noir, c'est que Polidori détestait Byron. Pourtant à la lecture de cette nouvelle, ce qui frappe, c'est l'aspect fantastique et surtout les thèmes romantiques omniprésents. Le voyage en Grèce, les ruines, l'amour innocent pour son guide, une jeune femme Ianthe, rappelle beaucoup le début de Graziella de Lamartine.

Cette lecture, accompagnant le récit, nous révèle aussi l'énorme succès qu'a connu ce petit texte : Il est partout présent au XIXeme siècle que ce soit en France, à travers un mélodrame de Nodier, Le vampire, inspirant un drame en 5 actes à Dumas, que dans les arts musicaux : en Allemagne, une bataille musicale fait rage, un compositeur accusant l'autre de plagiat : qui der vampyr de Marschner ou der vampir de Lindpaintner va triompher ? Même titre, mais des styles très différents pour ces deux opéras, celui de Marschner étant qualifié de "romantique" tandis que Lindpainter se situe du côté de l'opéra italien : j'avoue que je n'ai été sensible ni à l'un ni à l'autre, mais que Le vaisseau fantôme de Wagner, inspiré de Marschner, est en revanche grandiose....


Le Hollandais volant - ouverture

Polidori, Le vampire, Babel.

Participation au challenge romantique de Claudia.

Posté par maggie 76 à 13:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

15 février 2012

Au mois de février 2012

mp_001

518Pba-5jvL9782253162520-T

Tout d'abord en ce mois de février polaire (la preuve chez Margotte, chez claudia ou choupynette...) , je voulais remercier Alicia pour son livre voyageur passionnant Le chapeau de Mr Briggs, de Colquhoun, ici, où il est question d'un meurtre réel, si semblable à ceux de Wilkie Collins... et de bien d'autres sujets terriblement intéressants. Merci aussi pour le marque-page magnifique qui l'accompagnait (ci-contre)... Comme dans un roman aussi, coincidence véridique, j'ai posté le 10 000eme commentaire sur le blog de Dasola, qui m'a envoyé une surprise : le polar Ascenseur pour l'échaffaud. Dans l'adaptation filmique, sa phrase préférée est "l'espoir c'est du crédit, le désespoir, c'est du comptant"... Merci Dasola pour ta gentillesse ! Je voulais aussi remercier Caroline et les partenariats dialogue pour l'envoi de Loverboy de G. Trujillo Munoz que j'avais vu chroniqué sur le site de Ys et pour l'envoi prochain du Musée du docteur Moss de JOC.

♥ En ce qui concerne les challenges, Isil a clôturé ceux de Dickens dont c'était le 200eme anniversaire, et de J. Verne, Céline, celui des dames de Lettres, ainsi qu'une autre clôture tout aussi mémorable, celui du mois anglais par Titine, Cryssilda et Lou. Mais d'autres ont vu le jour : Le challenge en scène de Bladelor et celui Beaux livres sur le blog d'Eiluned. Quant à L'irrégulière, elle continue le sien, le challenge amoureux

♥ Si vous aimez les pierres précieuses, regardez le documentaire " à poursuite de l'opale" sur Arte, - moi aussi, j'ai été atteinte de la fièvre de l'opale-, pour celles qui aiment Maupassant et les cimetière vous pouvez lire le billet de Méloë et celles qui suivent la carrière de J. Campion, son nouveau film vu par céline et pour celles qui aiment a. Christie, L'amiral flottant a l'air très original, lu par Niki. Je meurs d'envie de voir La dame en noir vu sur le site de Lou ( et sur un autre site dont je ne retrouve plus la trace, c'est ça d'avoir mille post-it et de les perdre ensuite...). Et si vous avez envie de rire, vous pourrez toujours lire le nouveau J.M. Erre intitulé Le mystère Sherlock, vu sur le site de Keisha, dont j'avais apprécié Série Z. En parlant de Sherlock, le nouvel opus de G. Ritchie semble en avoir déçu plus d'une...

♥ Mes achats : Le maître de Ballantrae de Stevenson (vu sur le site de Lou), dont je viens de terminer une nouvelle Les merry Men, La guerre des mondes de Wells (Dasola parle de l'auteur ici, Un homme de tempérament, une biographie de D. Lodge), Angel d'E. Taylor, vu sur le blog de Lilly, Adolphe de Benjamin Constant qui rentrera parfaitement dans le challenge romantique de claudia, Ann Radcliffe, les Mystères d'Udolpho, dont Les Mystères de la forêt, a déçu à la fois Malice et Titine.... Je m'arrête ici avant que ma liste deviennent pire qu'un catalogue d'Homère et de sa monstrueuse flotte ou la liste des morts étranges de Rabelais dans le Quart Livre et à tous, bonnes lectures...

754941_13649428La_Guerre_des_mondesth

9781844085699thudolpho

 

Posté par maggie 76 à 20:48 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

14 février 2012

La fortune des Rougon, Zola

72472664

Quel souffle ce Zola ( une exposition virtuelle est consacrée à l'auteur sur le site de la BNF) ! Mais quelle verve ! Zola est un auteur qui sait emporter son lecteur : dans La fortune des Rougon, il nous dévoile les origines des Rougon-Macquart. Point d'étude de milieux - quoique Plassans, ville provinciale constituée sur le modèle d'Aix-en-Provence joue un grand rôle, notamment comme lieu où sont concentrés de très cupides et ridicules bourgeois - mais Zola étudie sa chère théorie de l'hérédité : Nana se prostitue, Gervaise est alcoolique quant à Lantier, c'est un tueur sanguinaire... Ce n'est pas étonnant, nous dit Zola, car Adélaide Fouque est folle et a des appétits détraqués, comme ses trois enfants dont on nous raconte la chute et l'ascension : il y a tout d'abord Pierre Rougon qui ne rêve avec sa femme que de gloire et d'argent, et ses trois enfants, Aristide, Eugène et Pascal. si Pascal est désintéressé et s'éloigne de sa famille, Aristide et Eugène, eux sont les dignes fils de leur père ! quant à Antoine Macquart, le fils illégitime d'Adélaide, il est paresseux, traitre, bat sa femme et vole ses propres enfants, dont la fameuse Gervaise !

Mais ce n'est pas seulement la généalogie d'une famille que nous dépeint Zola, le futur pamphlétaire, s'attaque aussi à l'histoire : il montre comment le Second Empire qu'il fustige s'est bâtit sur le sang à l'image des Rougon-Macquart, qui ont chacun un cadavre dans le placard. La sympathie de Zola penche nettement pour le peuple, par ailleurs, même si on lui a vivement reproché de peindre sous des couleurs très sombres. Parmi toutes ces débauches, ces veuleries, ces turpitudes, seules deux figures échappent à cette déchéance : Miette et Silvère. Malheureusement, ces deux héros nous font subir des passages mièvrement longs... Zola ne semble pas taillé pour raconter des histoires d'amour pleine de sensibleries. Mais quelle écriture ! Zola Nous entraîne sur le sillage des insurgés et de cette famille machiavélique et avec lui, même les pierres s’animent, même les objets semblent prendre vie. un incroyable roman et ce n'est que le début du cycle !

Lu par Kali, et par Cleanthe

Bibliographie (livres lus soulignés): La fortune des Rougon, La curée, Le ventre de Paris, La conquête de Plassans, La faute de l'abbé Mouret, Son excellence Eugène Rougon, L'assommoir, Une page d'amour, Nana, Pot_Bouille, Au Bonheur des dames, La joie de vivre, Germinal, L’œuvre, La terre, Le rêve, La bête humaine, l'argent, La débâcle, Le docteur Pascal.

Posté par maggie 76 à 18:26 - - Commentaires [29] - Permalien [#]

11 février 2012

La mort au fil des siècles

 la_mort_au_fil_des_siecles_xixe_et_xxe_siecle_la_mort_reconciliee

Ce n'est pas une fresque macabre ou un goût du voyeurisme qui ont poussé ces réalisteurs à nous raconter la "mort au fils des siècles", de la mort héroïque de l'Antiquité à la mort réconciliée du XXeme siècle, en passant par la mort intinime ou la mort terrifiante. C'est plutôt une interrogation sur la représentation architecturale et le changement de rapport à la mort qui est mis en scène. Quelles sont les relations avec nos morts ?

Pourquoi enterre-t-on les morts alors que l'antiquité, dans l'amour de l'image, construisait de colossaux monuments ? Rome ne reconnaissait que les vainqueurs et que l'Antiquité paienne donnait un statut divin aux généraux glorieux. Contrairement au Moyen Age christiannisé où l'on craint et peint les enfers, la période baroque théâtralise la mort dans des memento mori extraordinairement ostentatoires : le squelette doré du Bernin - sur le monument funéraire de Urbain VIII -  en est un exemple. Le documentaire s'attarde aussi sur le cimetière du père Lachaise dont on nous donne une histoire générale : Napoléon a voulu chasser les cimetières hors de la ville. Il en fait de véritables nécropoles - comme à Barcelone ou à Vienne - à l'atmosphère poétique et mélancolique où sont enterrés nombres de célébrités de Balzac à Wilde. Cela rappelle une nouvelles de Maupassant, "Les tombales" - nouvelle originale où une jeune femme fait les cimetières comme on fait les trottoirs - où le narrateur déclare : "J'aime beaucoup les cimetières, moi, ça me repose et me mélancolise" et " j'aime aussi les cimetières, parce que ce sont des villes, prodigieusements habitées".

Dommage d'ailleurs qu'il n'y ait aucune référence littéraire : la mort a aussi beaucoup inspiré les auteurs, que ce soit la mort perçue comme une vie chez les romantiques ou la mort baroque de Verlaine ou celle plus grotesque de Bauleraire ou la fameuse "faucheuse" hugolienne :

J'ai vu passer dans mon rêve
- Tel l'ouragan sur la grève, -
D'une main tenant un glaive
Et de l'autre un sablier,
Ce cavalier  des ballades d'Allemagne [...] , cauchemar, Verlaine.

Cependant le documentaire donne force d'informations culturelles - fresques, sarcophages, sculpture - avec beaucoup d'images à l'appui. Découvrez, ces lieux intimes, personnels, mais faisant partie aussi du partrimoine...

La mort au fil des siècles, documentaire de M. Trabitzsch et Mina Mair

Posté par maggie 76 à 12:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

09 février 2012

L'Embranchement de Mugby, Dickens

dickens_2012_HP

L'embranchement de Mugby fait partie de ces contes de noel - publiés dans La maison de L'Apre-vent - qui contribuèrent tant à la célébrité de Dickens. Comme Le chant de Noël, Dickens use d'allégories et de symboles pour illustrer l'idée de pardon, pendant le moment de grâce qu'est la période de Noël. On retrouve beaucoup des obsessions de dickens dans cette petite nouvelle, notamment, celle d'un homme trahi par son meilleur ami et celle qu'il aime, mais aussi une figure angélique féminine qui vient aider le héros à résoudre ses problèmes intérieurs...

Dans un temps abominablement mauvais, un homme débarque  dans une gare, sans savoir où il va, fuyant un passé morne, ennuyeux... plusieurs rencontres vont lui permettre de choisir le chemin qui le mènera au bonheur. Sans être le meilleur Dickens, on savoure l'écriture humoristique de Dickens qui portraiture un héros ridicule, une écriture aux comparaisons souvent incongrues et son amour des coïncidences : "En se parlant à lui-même, il parlait à un homme d'entre quarante-cinq et cinquante-cinq ans, qui s'était mis à grisonner prématurément, comme un feu mal entretenu"... L'autre passage très amusant est la rencontre d'une petite fille avec notre héros, empreinte d'une fantaisie toute carrollienne.

Donc, Dickens ( biographie sur le site Larousse) reprend des ficelles présentes dans ses romans-feuilletons... et il ne peut s'empêcher d'y ajouter une touche de surnaturel. Alors que le conte est terminé, deux brefs récits  - les rencontres du héros avec d'autres personnages - dont une histoire de spectres développent l'idée de destin et de prédestination... Mais l'auteur, à travers ce héros, ne parle-t-il pas de lui-même ? Certains éléments sont autobiographiques, mais il est évident que chaque lecteur peut incarner ce personnage, et j'aime l'idée qu'à un moment crucial de sa vie, on peut tout recommencer.... Prenez vous aussi le chemin des lectures de Dickens, notamment celle de cette petite nouvelle très plaisante...

Charles Dickens, L'embranchement de Mugby, Folio 2 Euros, 114 p.

Autres oeuvres : L'homme hanté, Le grillon du foyer, Oliver Twist, Les chroniques de Mudfog,

Billet en l'honneur de l'anniversaire de Dickens (7 FEVRIER 1812),Autres billets sur L'embranchement de Mugby chez Allie 

Posté par maggie 76 à 12:29 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

02 février 2012

Baudelaire, La Fanfarlo

9782081309418

*La mélancolie, Dürer / Baudelaire, photo de Nadar

"Tu m'as donné ta boue, j'en ai fait de l'or" : Quel est le poète dont l'aura rayonne le plus au XIXeme siècle ? C'est certainement Baudelaire ( Biographie sur le site Larousse), dernier des romantiques, premier des modernes. Ses fleurs maladives fascinent encore : dualité de la femme, la double postulation, le spleen, la modernité, la ville, l'exotisme... Mais laissons la parole au poète dans un de ses poèmes qui "glorifie le culte de l'image"; Poète du paradoxe et de l'excès, Baudelaire fait déferler de stupéfiantes images :

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l'Espérance, comme une chauve-souris,
S'en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D'une vaste prison imite les barreaux,
Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

- Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l'Espoir,
Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

"Le Beau est toujours bizarre" : Dans "Une charogne", il a su extraire la beauté du mal. Les bases de la littérature antique, classique, sont transmuées en or. Mais Baudelaire n'est pas le poète d'une seule oeuvre, il a aussi écrit la Fanfarlo : C'est une nouvelle assez étonnante, sous la plume du traducteur de Poe, influencée par l'écriture balzacienne, notamment la longue nouvelle, La fille aux yeux d'or. Un jeune dandy, Samuel Cramer, poète à ses heures perdues, décide d'aider une femme vertueuse à reconquérir son mari, notamment en le libérant de sa passion pour la "Fanfarlo", une actrice. Samuel, se prête au jeu mais l'amour devient véritable passion... Ce qui est remarquable dans cette petite nouvelle étincelante et délirante, c'est l'esthétique de Baudelaire qui transparaît à chaque ligne : la haine de la femme naturelle, la pose du dandy, la malédiction de la création, l'éloge d'un certain romantisme mais le blâme de W. Scott... "Le temps était noir comme la tombe, et le vent qui berçait des monceaux de nuages faisait de leurs cahotements ruisseler une averse de grêle et de pluie. Une grande tempête faisait trembler les mansardes et gémir les clochers ; le ruisseau, lit funèbre où s'en vont les billets doux et les orgies de la veille, charriait en bouillonnant ses milles secrets aux égouts ; la mortalité s'abattait joyeusement sur les hôpitaux et les Chatterton et les Savage de la rue Saint Jacques crispaient leurs doigts gelés sur leurs écritoires, quand l'homme le plus faux, le plus égoïste, le plus sensuel, le plus gourmand, le plus spirituel de nos amis arriva devant un beau souper et une bonne table, en compagnie d'une des plus belles femmes que la nature ait formées pour le plaisir des yeux". Cette nouvelle nous plonge au cœur des obsessions baudelairiennes et ne manque pas d'ironie, de dérision, et d'autodérision (?)... Romanesque à souhait, réflexion sur le poète, sur le faux et le mensonge, La fanfarlo oscille entre le grotesque des personnages et le charme d'une écriture outrée.

La Fanfarlo, Baudelaire. 1001 et nuits, 62 p.

Autres oeuvres : Les fleurs du mal/ Mon coeur mis  nu, Baudelaire,

Posté par maggie 76 à 19:57 - - Commentaires [15] - Permalien [#]