impromptu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En 1855, Henri Heine écrira un portrait élogieux de Sand : "George Sand, le plus grand écrivain de France, est en même temps une femme d'une beauté remarquable" (Lutèce, lettres sur la vie politique, artistique et sociale de France). Déjà en 1833, elle a signé un contrat avec Buloz et elle sort d'une relation avec Musset (1834), à la fois orageuse et passionnée qui défraie la chronique. Elle travaille beaucoup et a acquis la célébrité en quelques mois. Elle a pour ami Delacroix, et Litz, Sainte-Beuve...et Marie d'Agoult. C'est dans son salon qu'elle entend pour la première fois, la musique de Chopin et en tombe immédiatement amoureuse : la musique est une "langue universelle" qui la "jette dans des extase et des ravissements qui ne sont pas de ce monde". Mais Chopin, fragile et conservateur, est scandalisé par cette femme qu'il fuit. Impromptu développe la rencontre amoureuse entre le célèbre compositeur et la non moins célèbre romancière.

Quant est-il de son travail d'écrivain ? Portrait d'une amoureuse, Impromptu  dresse aussi la peinture d'une romancière en train d'écrire : on nous montre ses rapports avec Buloz, son besoin pressant d'argent pour survenir aux besoins de sa famille, ses habitudes d'écriture, son intérêt pour le théâtre : une représentation improvisée et irrévérencieuse avec Musset n'est pas sans rappeler le théâtre de marionnettes de Nohant. On la voit beaucoup écrire, surtout le soir et avec régularité. D'ailleurs, autant Musset se plaint de la désertion de la muse, autant Sand écrit avec facilité : " J'ai travaillé toute la journée, et le soir j'ai fait dix vers et bu une bouteille d'eau de vie, elle a bu un litre de lait et écrit un volume."1 On la voit entreprendre, anachroniquement, un de ses grands ouvrages, son autobiographie, L'histoire de ma vie, ( commencé en 1848) tout en rédigeant un autre roman.

Ce qui est aussi remarquable dans ce film, c'est le rendu de l'ambiance artistique de l'époque : George s'habille en homme, fume ; par son indépendance affichée et sa vie tapageuse, faites de blagues de potache avec sa joyeuse bande d'artistes* et ses enfants, elle rejette un mode de vie et une morale bourgeoise. Ce rejet s'incarne vivement dans le personnage de la comtesse d'Antan qui admire cette femme mais d'une manière ridicule, sans toutefois arriver à dépasser ses préjugés et ses habitudes. Emma Thompson est d'ailleurs surprenante, dans ce rôle de mécène hystérique et ridicule. La société corsetée est effrayée par cette femme scandaleuse et sulfureuse, qui lance une mode peu conventionnelle : on parle même de "george-sandisme" ! ce contraste s'incarne aussi dans la relation Sand/Chopin, lui étant doux, malade - magnifiquement incarné par Hugh Grant- alors que Sand est fougueuse et audacieuse. "Des gouttes de pluie résonnaient sur les tuiles sonores de la chartreuse, mais elles s'étaient traduites dans son imagination [Chopin] et dans son chant par des larmes tombant du ciel sur mon coeur" écrit George dans histoire de ma vie. Des premières images aux dernières, le film est accompagné de la musique de Chopin, donnant une touche mélancolique à la vivacité de la vie parisienne que mène les artistes de l'époque. Malgré des inexactitudes biographiques, cette biopic nous révèle une fort belle peinture du monde et de l'esprit artistique de la première moitié du XIXeme siècle et un portrait réussi du caractère de George Sand.

impromptu_1991_685x385impromptu_1991_01_g

766px_ChopinSandDelacroix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sand et Chopin par Delacroix

1 J'ai trouvé des qualificatif étranges sur Musset dans un synopsis du film : "un goujat arrogant avec qui elle vient d'avoir une liaison ratée" (cinémovies). Ce critique sait-il qui est Musset ? ou alors ça me rappelle Sainte-Beuve et sa critique sur Baudelaire pour le moins ambigu où il parle des fleurs du mal comme d'un "Kamtchatka romantique" et de "folie Baudelaire"....

* p. 38, George Sand, un diable de femme, Anne-Marie Brem.

Impromptu, de James Lapine avec Hugh Grant, Judy Davis, Emma Thompson, 1h43, (1991, ajout suite à un commentaire)

George Sand, Un diable de femme, Anne Marie de Brem, Découverte Gallimard, 111 p.

Challenge back to the past, organisé avec Lou.

Challenge George Sand par George.