23 décembre 2010

Une autobiographie, Agatha Christie

415f2_9z83L

 

Pourquoi avoir écrit cette autobiographie ? Dans l'avant-propos datant de 1950, Irak, Agatha Christie explique le but de son autobiographie. N'arrivant pas à écrire un roman policier, elle décide d'entreprendre le récit de sa vie : « or ce que veux, moi, c'est plonger au petit bonheur les mains dans le passé et les en ressortir avec une poignée de souvenirs variés » (p. 16). Pourquoi avoir choisi Poirot comme détective ? Comment est né son premier roman ? Cette autobiographie vous permettra de découvrir tous les secrets d'écrivain d'Agatha Christie.

« grand jeu victorien » (Titre de la quatrième partie) :

L'importance de son enfance est visible dans le découpage de son autobiographie : 4 des plus longs chapitres sont consacrés à sa jeunesse.

Son enfance heureuse est racontée à travers des fragments de souvenirs : portrait du père, de la mère, jardins, jeux d'enfants, entre un père rentier et des domestiques qui savaient tenir « leur rang ». La plupart de ses souvenirs sont anodins mais certains sont présents dans ses romans, comme le cheval à bascule, jouet qui freait surface dans « un cheval pâle ». L'enfance se déroule au rythme des événements quotidiens : mort de son père, mariage de sa soeur, mais aussi une grande place est faite à ses lectures. Sachant lire très tôt, elle découvre Doyle, Dickens, Dumas...

Dans ses histoires d'enfance sans grand intérêt, surgit toutefois un amour du théâtre qui ne sera jamais démenti. Elle dira elle-même que « Le théâtre n'avait jamais cessé d'occuper une part régulière de ma vie ». Sa jeunesse se déroule entre ses diverses occupations  victoriennes, piano, danse... Des anecdotes amusantes sur l' imagination romanesque et sentimentale de l'époque victorienne viennent ponctuer le récit de faits quotidiens : «  - tu sais j'aime bien Ambrose, me dit-elle [sa grand-mère] une fois en parlant d'un des soupirants de ma soeur. L'autre jour, alors qu'elle se promenait le long de la terrasse, je l'ai vu se lever après son passage se baisser pour ramasser une poignée du gravier où elle avait posé le pied et le mettre dans sa poche. Très beau geste, je trouve, très beau. Digne de mon époque à moi ». Pauvre chère mamie ! Nous dûmes lui faire perdre ses illusions. Le dit Ambrose était un en fait un passionné de géologie, et c'étaient les caractéristiques du gravier qui l'avaient intéressé. » (p. 375)

Des débuts littéraires difficiles.

A causes des revers de fortune de son père puis de sa mort, à 17 ans, elle fait son entrée dans le monde au Caire. C'est à époque qu'elle écrit ses premiers poèmes. Pendant une convalescence, sur proposition de sa mère, elle écrit son premier texte qu'elle qualifie de « valable » :  La maison de beauté, suivie de diverses tentatives rejetées comme le manuscrit La neige sur le désert.

Avec l'arrivée de la guerre, elle décide de travailler dans un hôpital du Devon et passe un concours de préparatrice en pharmacie. C'est là dans ce laboratoire qu'elle décide d'écrire un roman policier. Ce n'est que 2 ans plus tard, qu'il est publié dans une petite maison d'édition chez Bodley Head : La mystérieuse affaire de Styles, qui lui rapportera peu d'argent. Parallèlement à ses débuts d'auteur, elle décrit sa vie avec Archie Christie, la naissance de sa fille, son tour du monde. Les cinq derniers chapitres abordent rapidement sa vie avec l'archéologue Max Mallowan et ses succès littéraires.

Une forte personnalité :

Dès son enfance, apparaissent certains traits de caractère de la personnalité d'Agatha Christie : tout d'abord sa timidité et ensuite son imagination débridée. Cependant, si elle se décrit comme une femme entravée par les convenances de son époque, elle n'hésite pas à s'acheter une voiture à un moment où les voitures restaient un luxe et à partir voyager seule jusqu'à Bagdad.

La naissance du whodunit :

Comment vit le jour son roman égyptien « La mort n'est pas une fin » ? Comment a été créé Hercule Poirot ? La reine du crime revient sur la genèse de ses romans et donne aussi des indications sur la création de ses personnages. Elle parle aussi de ses succès au théâtre notamment des Trois souris aveugles et se plaît à raconter une anecdote amusante d'une de ses pièces, Premier alibi : le soir de la première, la porte que devait défoncer un médecin et un maître d'hôtel était déjà ouverte et on voyait l'acteur sensé incarner la victime morte s'installer tranquillement !

« Un symbole victorien » :

La vie et l'oeuvre d'Agatha Christie est marquée par l'époque victorienne, par son sentimentalisme, ses convenances. Elle nous fait découvrir les moeurs de cette époque à traverse diverses anecdotes et les lectures de son enfance : elle raconte ainsi comment elle fit plusieurs chutes avec son voisin, dans l'escalier, pour avoir voulu s'entraîner à danser la valse à la mode qui se déroulait dans des escaliers !

A cette époque la femme devait suivre son mari mais la romancière ne cesse de mesurer l'évolution de la femme dans la société. Elle-même est consciente du changement du monde qui l'entoure :« En l'année 1911, je vécus une expérience fantastique : je montai dans un aéroplane » ; Cependant, on est surpris de voir le peu de place que tiennent les deux événements majeurs du XXeme siècle. L'histoire contemporaine ne semblait pas intéresser beaucoup notre romancière.

Fresque sur l'époque post-victorienne, découverte d'une personnalité, l'autobiographie d'Agatha Christie est une oeuvre plaisante à lire, dans un style léger, humoristique et familier, bien qu'un peu ennuyeusement verbeux parfois, contrairement à ses romans policiers....

challange_agatha_christieUne autobiographie, Agatha Christie. Livre de poche, 984 p.

Hors-série Lire, Agatha Chritsie : une femme fatale, 98 p.

Challenge Agatha Christie organisé par George.

challenge autobiographie bleue et violette

 

 

 

 

 

 

 

Posté par maggie 76 à 13:04 - Commentaires [31] - Permalien [#]