15524230_L

Hitchcock est bien sûr reconnu pour ses films angoissants dont le modèle du genre est certainement Psychose. Marion Crane, une sage employée rêve de se marier mais son amant est endetté. Un vieux client fait son apparition et laisse une grosse somme d'argent en billets de banque... Cela tenterait n'importe qui, et surtout notre Marion, qui décide de s'enfuir avec l'argent. Malheureusement, fatigue, remords et orage se conjuguent pour empêcher l'héroïne d'arriver à bon port. Elle finit par s'arrêter dans un motel lugubre près d'un manoir non moins sombre. Là elle fait la connaissance de Norman Bates, un jeune homme solitaire et quelque peu perturbé, pour son plus grand malheur.

Si le début du film peut paraître amusant, avec le badinage des amants et une collègue laide et jalouse ( Elle dit à Marion, que le client vient de la draguer et non elle, parce qu'il avait certainement aperçu son alliance) assez rapidement l'angoisse du personnage s'installe à travers la présence, en voix off, de ses pensées qu'elle ressasse sur fond de musique stridente. Musique grinçante et répétitive, terreur des protagonistes, surimpression d'images, une caméra qui surplombent les personnages créent une ambiance angoissante, un climat d'épouvante et un suspense insoutenable... Qui est ce policier qui suit Marion ?  La soeur de Marion et le détective vont-ils retrouver la trace de celle-ci ?

"J'ai toujours vécu pris au piège" dit Norman Bates. Et c'est bien de piège qu'il s'agit mais qui s'abat sur Marion, prise dans un engrenage implacable. L'horreur s'intensifie peu à peu, de la découverte de la pièce, où Norman Bates aime à se trouver, remplie d'oiseaux empaillés à la découverte du véritable meurtrier. Ce film, réalisé en 1960 n'a pas pris une ride : la folie habite Norman, parfait dans le rôle de psychopathe, face à une victime ne pouvant échapper à un destin tragique et qui culmine avec la scène mythique de la douche. Psychose est un thriller où l'horreur rôde jusqu'à la dernière image : un chef-doeuvre qui vous hantera à chaque fois que vous passerez devant un motel glauque et isolé ou devant un passionné d'oiseaux empaillés.
Psychose, Hitchcock, 1960, avec Antony Perkins et Janet Leigh.

3669975678vu dans le cadre du challenge Halloween de Lou et hilde...