bm_6217_400937

Dans ce premier roman écrit en 1920, Agatha Christie (biographie du Larousse) pose les bases du whodunit, qui lui apportera le succès : la mort par empoisonnement a été commis dans une chambre où tous les verrous étaient fermés. Plusieurs indices mettent le lecteur en déroute : un fragment de testament retrouvé dans un tas de cendre, une tasse en miettes, quelques fibres de tissu vert, une tache de cire sur le sol, voici les indices qui permettront à Hercule Poirot de retrouver l'identité du criminel. Lecteurs, saurez-vous faire les mêmes déductions que le détective belge ?

Plusieurs personnages sont suspects : chacun d'eux a un mobile, qui aurait pu les amener à tuer Lady Emily Inglethorp. Lorsqu'elle agonise, celle-ci s'écrie "Alfred" : son mari serait-il le coupable ? Tout semble l'indiquer, ce dernier étant de 20 ans son cadet et d'un milieu modeste. Mais ses beaux-fils, John et son frère Lawrence, pourraient aussi convoiter l'héritage conséquent qu'elle leur laisse. Sont aussi présents sur les lieux du meurtre, Mary Cavendish, la femme de John, Cynthia, la fille d'une amie d'enfance d'Emily et le docteur Bauerstein, un spécialiste en toxicologie. Mais surtout, Agatha Christie a eu soin d'inventer son exceptionnel  détective Hercule Poirot : " Poirot était un homme au physique extraordinaire. Malgré son petit mètre soixante-deux, il était l'image même de la dignité. son crâne affectait une forme ovoïde, et il tenait toujours la tête légèrement penchée de côté. Sa moustache cirée, lui conférait un air martial. Le soin qu'il apportait à sa tenue était presque incroyable, et je suis enclin à penser qu'il aurait souffert davantage d'un grain de poussière sur ses vêtements que d'une blessure par balle". Et pour que Poirot paraisse encore plus brillant et logique, la romancière anglaise lui adjoint un comparse "aux hypothèses échevelées". Lecteurs, évidemment, vous aurez reconnu le naïf Hasting. Pauvre Hasting qui est pour Hercule Poirot ce que Watson est pour Sherlock Holmes. :

" - Mrs Howard et vous-même [Hercule P.] semblez vous comprendre à merveille, lui dis-je [Hasting] avec quelque froideur. Mais peut-être n'avez-vous pas remarqué que je n'étais pas dans la confidence ?

- Pas possible ? C'est vrai mon bon ami ?

- Oui, éclairez-moi, s'il vous plaît..."

A la fin de l'enquête, après moult péripéties qui nous amènent à soupçonner tour à tour tous les personnages, Poirot réunit, pour ce qui deviendra comme un rituel, tous les membres de la demeure de Styles Court pour donner les explications qui dévoilent le nom du coupable, qui est toujours celui auquel on pense le moins. Une première enquête très classique, mais l'ingéniosité légendaire de Poirot, le style désuet font le charme de cette enquête bien distrayante.

Agatha Christie, La mystérieuse affaire de Styles, Livre de poche, 222 p.

Autres romans : Les indiscrétions d'Hercule Poirot, Poirot joue le jeu,

Lu dans le cadre du Lady swap de Titine et Lou.