53774778

On ne se lasse jamais des beaux films, et bien qu'ayant vu plusieurs fois ce film, je n'ai pas hésité à le regarder une énième fois  : Adèle H fait partie des films inoubliables pour sa représentation d'un amour désespéré, tragique. Adèle, la cadette des filles de Victor Hugo, amoureuse du lieutenant Albert Pinson, va contre l'avis de sa famille, tout quitter pour partir à Halifax, de l'autre côté de l'Atlantique. Elle est amoureuse jusqu'à en perdre la raison : "Cette chose incroyable de faire qu'une jeune fille marche sur la mer, passe de l'Ancien Monde au  Nouveau Monde pour rejoindre son amant, cette chose-là je la ferai". Adèle est douée pour la musique et pour l'écriture mais c'est l'amour qui la consumera jusqu'à la folie... On la voit beaucoup écrire, son journal, ses lettres... mais sa seule et véritable religion est l'amour. Vulnérable, esseulée, rejetée, elle est hantée par la mort de sa soeur Léopoldine, fille chérie de V. Hugo et par ce père à la fois trop présent et trop absent.

Adèle H n'est pas une simple biographie même si son destin méconnu est fidèlement filmé, rehaussé par l'éclat de magnifiques couleurs et images, comme la scène d'adieu dans le cimetière, au clair de lune. Adèle H, c'est le film de la passion amoureuse aveugle, jusqu'au désespoir, jusqu'à la folie et la perte de la dignité. I. Adjani prête ses traits délicats à cette  jeune fille, sublime dans ce rôle d'amante, frôlée sans cesse par la folie, dévorée par la passion : elle joue à merveille cette femme dont le caractère entier la perdra et qui n'est pas sans rappeler son interprétation d'une autre artiste passionnée et violente, Camille Claudel. Comme Léopoldine, au destin brisé, Adèle est exaltée et passionnée comme une héroïne romantique.