CVT_Les-Indiscretions-dHercule-Poirot_4158

Rien de vaut un classique du genre... policier pour passer un agréable moment. A. Christie, dans Les indiscrétions d'Hercule Poirot met en scène une intrigue assez traditionnelle : à la mort du riche Richard Abernethie, toute sa famille est présente pour l'enterrement. La cérémonie funèbre se déroule sans encombre jusqu'au moment où le notaire les rassemble pour la lecture du testament : à ce moment, Cora, la soeur de Richard, considérée comme une "simple d'esprit", sous-entend malencontreusement que son frère aurait pu être tué. Un assassinat ? Qui aurait pu commettre le meurtre sinon un membre de la famille qui hérite d'une fortune à sa mort ? Peu à peu, le doute s'immisce dans la tête du brave notaire qui décide de faire appel au célèbre Hercule Poirot...

On aime le monde désuet qu'A. Christie ressuscite : il y a toujours chez l'auteur, une nostalgie du siècle victorien. Ici elle peint la décadence d'une famille de bourgeois où la jeune génération est opposée à la vieille génération, toutefois, les convenances sont tenaces. Les Abernethie sont une famille comme aime à les décrire A. Christie, bigarrée, avec des hommes appartenant au monde de la finance, des acteurs et des femmes ayant faits des mauvais mariages (entendez, au-dessous de leur condition).

On aime le petit détective au crâne d'oeuf et à la moustache spectaculaire qui semble si bien connaître l'âme humaine. S'inscrivant dans la lignée des détectives perspicaces, observateurs et grand connaisseur d'âme, Hercule Poirot n'a pas besoin d'empreintes digitales, d'indices mais fait fonctionner ces petites cellules grises. Ici, il n'apparaît que très tard dans l'enquête pour mieux laisser les personnages et le lecteur se perdre en hypothèses. Même vieillissant, il garde toujours son orgueil cependant son rôle n'est pas très étoffé dans cette affaire même si c'est lui évidemment qui trouve l'infime détail accusant le meurtrier, qui nous aura échappé à tous !
On aime aussi cette intrigue alambiquée : des gâteaux empoisonnés à l'arsenic, une femme tuée à coups de hache, des religieuses présentes à chaque crime, de nombreux suspects, mais le véritable assassin est toujours le plus invraisemblable d'entre tous.
Avec une écriture simple, une intrigue efficace, qui pique notre curiosité, Les indiscrétions d'Hercule Poirot est une lecture plaisante même si ce n'est pas celui que j'ai préféré.

Vous trouverez sur le blog de Karine, un billet sur L'homme au complet marron et sur le blog d'Ankya, une petite chronique sur Les pendules d'Agatha Christie. H. Poirot a toujours autant de succès ! J'ajoute que je viens de découvrir un magnifique billet de titine qui a chroniqué Le meurtre de Roger Ackroyd . Et mes lectures : Poirot joue le jeu et Le crime de l'Orient-Express.

Les indiscrétions d'Hercule Poirot, Agatha Christie, Edition du masque, 284 p.